FERMETURE DE TNG
1 mois Rp = 3mois réels
Nous sommes actuellement au mois d'octobre x989, sortez vos manteaux d'automne! Prochain changement de mois en juillet.
Suivez-nous !
Hall of Fame
Résultats Printemps 2017
Arno
Rplayeur
Sky
Floodeuse
Stella
Newbie
Namida
Staffeuse
Flame
Voteuse
Sky
Honneur
RSS
RSS



 

Partagez| .

L'après-guerre d'un général de lumière. [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: L'après-guerre d'un général de lumière. [Solo] Lun 23 Fév 2015 - 19:56



feat. Adam Falcon


L'après-guerre d'un général de lumière

White Dragon's Change


Mais juste parce qu'il se croyait, encore trop permissif.
Oui, laxiste envers les malfrats, criminels et impurs de ce genre.
Ce monde sombrait dans le chaos et les ténèbres.
Et avec son héritage draconique,
il se savait seul être à pouvoir éclairer ces ombres cauchemardesques.








Plusieurs petits bruits métalliques, résonnaient dans un long couloir. Au rythme des pas d’un général, vêtu d’une armure élégante, avilie par d’immondes griffures irrégulières. Elles maculaient le haut de son abdomen, déchiraient sa chair et le tissu de son habit, juste en dessous… Elles étaient là comme pour marquer au fer, sa défaite ! Le combattant vaincu, fut appelé par les conseillers. Il devait par un rapport oral, leur faire parvenir ce qu’ils avaient tous raté.

Bien étrangement son acolyte imprévu n’était pas là. Ce cher Adam, désertait-il le bâtiment ? Reniait-il un ordre direct, venant de ses supérieurs ? Si tel était le cas, il avait de la chance… Une chance qu’aurait désirée Anders. Il était temps, le Dragon Slayer blanc faisait face à une porte, d’une grandeur égale à sa splendeur. Même cela était orné de façon abusive. Un luxe, que les conseillers ne doivent avoir…



Seul dans le corridor désert, il se décida à entrer. Sans préalablement frapper. Après ce qu’il avait vu, son être n’était pas enclin à faire preuve de politesses inutiles… Une fois entré, il referma l’imposant portail garni, de mille et une fioritures. D’un geste ferme, colérique, mais non dénué d’une certaine grâce. La porte claqua et la séance commença. La tête du noble épéiste était légèrement baissée. Il n’avait pas encore daigné, regarder l’assemblée.

Général Anders Okram Kalvoz. Vous avez été, semble-t-il, impliqué dans l'incident de la prison. Nous voudrions avoir de plus amples détails. Dit une voix arrogante et méprisable au possible.

Nul son ne parvint à sortir, des fines lèvres du militaire distingué. Ses poings s'étaient resserrés sur eux-mêmes. Si ses paumes n'étaient point recouvertes de noirs gantelets, nul doute qu'elles se seraient mises à saigner. Impliqué ? Ils auraient au moins pu le féliciter, l'acclamer pour avoir aussi vite réagi ! Assis sur leurs trônes, au sommet de leur incompétence ! Toutefois, une autre voix plus chaleureuse, moins détestable se fit entendre.


Monsieur O.Kalvoz a fait de son mieux pour gérer la situation, ne soyons pas aussi agressif à son égard. Laissons-le au moins s'exprimer, ces événements n'ont pas dû être faciles à vivre. Je vous en prie général. Communiqua cette voix, se voulant plus attentionnée.

Les derniers dires réveillèrent des souvenirs. Certes, non pas excessivement lointain. Mais cela suffit pour que le général Kalvoz, se maintienne soudainement le haut de la figure. Ces images insupportables, horribles... Si insoutenables, qu'elles donnèrent une vive douleur au crâne du lumineux. Supportant ses martyres mentaux, levant son regard sur ces corbeaux. Il leur montra sa haine, qui se représenta dans ses yeux sous forme d'étincelles blanchâtres.


Vous… Vous ne savez rien. Où étiez-vous lorsque l’alerte fut donnée ?! Ce que j’ai vu n’a pas été facile à vivre dites-vous… Un sourire, aussi nerveux que fou furieux, se dessina sans que rire ne s’entende. Conneries ! Ce fut la pire journée de ma vie, devant mes yeux  nombre de soldats, de recrues… Sont morts. La plupart de manière misérable, baignant dans leur propre sang… Certains les tripes à vif ! D’autres brûlaient, jusqu’à ce que mort s’en suive ! Tout ça…

Cela est entièrement de votre faute général. Coupa cette voix si désagréable. Quelle idée d'emmener de simples soldats sur un front pareil. Au lieu d'enrôler au hasard, vous auriez dû prendre du recul ! Votre soif de sang, allié à votre haine des criminels ont conduit à leur perte, d'innombrables innocents. N'inversez pas les rôles, vous n'êtes pas le « gentil » dans cette histoire.

La colère du Dragon blanc allait éclater. Comment pouvait-on fuir, ses responsabilités de la sorte ? Les iris topaze de l’être draconique rétrécirent. En plus de cela, trois sièges en plus de celui de l’ex-conseillère étaient vides. Enfin, peut-être que ces absents faisaient quelque chose d’utile. L’homme de lumière se sentait capable de purifier ces impies ! Malheureusement, ou heureusement… Le portail menant à cette salle, s’ouvrit brusquement.

Comme une détonation, les claquements de portes surprirent tous les résidents du lieu présents. Telle une diva entrant en scène, un homme charmant avança lentement. Si Anders n’avait pas été autant à bout, il aurait été sûr d’apercevoir, une ribambelle de paillettes sublimer cette entrée pour le moins… Bien calculée. Des pas légers se firent, jusqu’à s’arrêter près du général furieux.


Yo ! Désolé du retard, je devais régler deux ou trois choses, mais je suis là maintenant ! Prononça un effronté, bien connu du manieur de lumière.

Adam… Dit-il d’une voix plus calme.          
   
Bien, nous allons pouvoir mieux communiquer. Ce n’est pas avec le général Kalvoz que…

Je vous stoppe de suite. Si le général Okram Kalvoz n'avait pas été présent. Il y aurait en ce moment même, les pires criminels du pays qui arpenteraient joyeusement les rues de notre cité. Son ton ainsi que regard, se firent plus sombres. Cela se voit bien que ce n'est pas vous qui avez perdu tous vos hommes. Mais sachez une chose. Au front, c'est nous les militaires qui nous prenons toute sorte d'émotion en pleine gueule. Alors vos discours de politicien, pour nous envoyer toutes les responsabilités du monde sur le dos, non merci. Et s'il vous plaît conseillers. Faites parler quelqu'un d'autres que cette personne emplie de mauvaise foi, par pitié...

Cette prise de parole, ô combien vraie et justifiée, permit à Anders de presque annihiler toute trace de sa colère. Le ton charmeur et dissident du fusilier, s'avérait être un très bon traitement pour les crises du lumineux. Mais qu'importait. Les conseillers considéraient les remarques du général Falcon et prirent une décision. L'individu à la voix et aux réflexions agaçantes, fut mis sur le côté. Toujours avec diplomatie.

Nous vous prions d'excuser les réactions pour le moins, déplacées de notre collègue. Tout le monde a été secoué par cette attaque, et donc, nos nerfs sont mis à rude épreuve. Expliquez-nous dans le calme, ce qu'il s'est passé dans les grosses lignes. Cela est un coup dur pour tout Fiore, mais nous comprenons qu'il l'est d'autant plus pour vous. Nous prendrons des mesures après études de vos rapports et discernements.

Cette « autorité », savait bien manier la langue des mortels. À quel point, que tout le reste de la réunion se passa sereinement... Enfin, autant que possible. Le témoin de la réunion nota chaque élocution de l'assemblée réunie. Cela prit bien une heure. Il fallait dire, qu'il n'était point aisé de parlementer, avec des personnes qui aimaient vous couper sans arrêt. Toutefois, cette tâche ô combien énervante se termina.

Les deux généraux étaient maintenant priés de se retirer. Aucun des deux ne salua leurs supérieurs. En un sens, ils ne le méritaient aucunement. En duo, ils gravirent les quelques mètres qui les séparaient de la sortie. À quelque pas de cette dernière, une voix les retint. Le juge saint s'arrêta, mais contrairement à son insolite acolyte, il ne tourna que légèrement la tête. Leurs dires ne méritaient guère plus d'attention.


Lorsque nous aurons pris des directives, vous en serez le premier averti général O.Kalvoz. Mais d’ici là, essayez de vous distraire, de moins penser à cette malencontreuse expérience… Sur ce, bonne fin de journée. Finit la voix, se rapprochant plus de la « sagesse ».

Tss… Lâcha le nobliau, de manière quasi-inaudible.

Les portes imposantes s'ouvrirent de nouveau, régurgitant ce qu'elles avaient laissé entrer. Puis elles se refermèrent lentement. Bouchant progressivement la vue des conseillers, sur l'extérieur de leur cocon protecteur. Les deux amis firent un petit bout de chemin ensemble. Tandis qu'Adam essayait tant bien que mal, de remonter le moral de son partenaire. Ce dernier resta stoïque. Perdu dans ses pensées.

Celles-ci réfléchissaient non sans surprise, sur cette perte massive de soldat. Anders se dit intérieurement, que cela était de sa faute. Non pas à cause de ses enrôlements impulsifs. Mais juste parce qu'il se croyait, encore trop permissif. Oui, laxiste envers les malfrats, criminels et impurs de ce genre. Ce monde sombrait dans le chaos et les ténèbres. Et avec son héritage draconique, il se savait seul être à pouvoir éclairer ces ombres cauchemardesques.

Mais il devait y réfléchir seul. Il lança un regard à son précieux allié. Un regard étonnamment bienveillant. Il lui sourit agréablement, puis le remercia. Une présence comme la sienne lui était désormais précieuse. Elle lui redonnait espoir en ce monde. C'est pourquoi, ses notions de bien ou de mal devaient être remises à jour. Une dizaine de mètres furent gravis. Deux corridors se présentaient à eux.

L'un menant aux bureaux et à l'entrée, du bâtiment majestueux du conseil. L'autre, aux complexes sportifs et d'entraînements. Le charmant fusilier regagna ses quartiers de gestion. Tandis qu'à l'inverse. Le Dragon Blanc voulait se défouler, sur quelques mannequins et golems d'endurcissements. Les faibles cliquetis de ses bottes ferreuses, se propagèrent dans les couloirs sans vie, doucement, mais surement vers leur objectif...



© Code de Anéa pour N-U


Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: L'après-guerre d'un général de lumière. [Solo] Lun 23 Fév 2015 - 19:57



feat. Adam Falcon


L'après-guerre d'un général de lumière.

White Dragon's Psyche


À partir de ce jour,
le juge saint se tâcherait les mains du sang de ses ennemis.
Inspirerait la terreur à ses victimes,
et plus que tout...
Se transformerait en démon, au service d'une justice inébranlable !






« Quelques jours plus tard. »

Dans la salle d'entraînement privée du général Kalvoz, ce dernier y été cloîtrait. Un des avantages à être non loin du sommet de la hiérarchie militaire. Sur la porte aux apparences plutôt simplettes, un petit écriteau tenant à l'aide de ficelles reliées à la poignée, y trônait. Celui-ci annonçait sommairement, qu'il ne fallait point déranger le haut gradé. Cependant... Il y avait ces bizarreries mi-reptiliennes, mi-humaines qui venaient régulièrement, apporter de la nourriture au lumineux.

À vrai dire, cela était bien le seul besoin que la pièce ne pouvait satisfaire. Autrement tout était là. Une salle de bain fonctionnelle, une petite chambrette où un lit de fortune demeurait. Et un petit séjour aux allures lambda. Sans oublier le plus important. Nombre d'outils de musculation et d'endroits libre à l'entraînement. Les seuls êtres habitants en ce lieu, autre que le général, étaient les créations magiques servant littéralement de sac de sable.

Ces choses étaient parfaites pour endurcir un aspirant, une recrue, ou encore un soldat. Mais passé un certain seuil, elles devenaient de la chair à canon. Et en l'occurrence, les boulets explosifs étaient les poings du maître épéiste. Ils faisaient tonner sa fureur, exploser sa noirceur, puis envenimer son ardeur ! Dévêtu de son haut, il n'avait de cesse de se surpasser... Ses muscles étaient dévoilés au grand jour, chacun d'entre eux étaient contractés et parfaitement découplé.

Des grosses gouttes de sueur parsemaient son corps bouillonnant. Coulaient sur ses formes vigoureuses... Bien que l'enveloppe charnelle d'Anders résistât, celle-ci tremblait. Le juge saint l'avait poussée à ses extrêmes limites. Le repos était inenvisageable. Un luxe de trop ! Lorsque son corps ne pouvait se mouvoir, c'était à son esprit de prendre le relais. De ne cesser de cogiter, sur mille et une façons de détruire le mal.

Mais aussi, de raisonner sur la légitimité de son existence. Est-ce qu'en temps que Dragon Blanc, la pureté lui était innée ? Devait-il réellement s'inquiéter de ses actions en ce bas-monde ? Était-il seulement un instrument de la lumière ? La véritable question qu'il se posait, était cette dernière :
« Dois-je rester pur en parsemant la lumière, ou abandonner cette dite pureté, et anéantir de toutes les manières possibles, l'obscurité qui assombrit ce monde ? »

Pendant d'innombrables heures, cette réflexion restait en suspens. Incapable d'y répondre par lui-même, Anders persistait. Il voulait savoir ! Les enseignements de son père draconique, lui avaient enseignés, que la sainteté de son âme était la meilleure des choses. Mais comparée à l'humanité tout entière, son âme devait-elle primer...? C'est en détruisant son dernier mannequin de bois à main nue, qu'il prit sa décision.

Tous ces jours à s'acharner n'étaient qu'un prétexte. Le véritable ennemi était lui-même ! Il se battait contre tout ce qu'il avait appris. Non pas par irrespect pour Akramus... Mais au contraire, pour redonner à cette terre l'aspect qu'il aurait tant voulu contempler... À partir de ce jour, le juge saint se tâcherait les mains du sang de ses ennemis. Inspirerait la terreur à ses victimes, et plus que tout... Se transformerait en démon, au service d'une justice inébranlable !

Ces pensées pour le moins effrayantes furent coupées par des tapements de porte. Presque à bout de forces, le nouveau démon de justice tourna vivement la tête vers ces bruits agaçants. Logiquement, les hybrides employés par le conseil se contentaient de venir et déposer un plateau-repas. Alors ce n'était pas ces êtres dégoûtants ? Qui cela pouvait-il être, à part...


Anders ! Bon, tu l’as sans doute vite compris… Grâce au charme unique de ma voix, mais c’est Adam. Ou général Falcon si tu veux que ce soit plus… Formel. Dit-il, d’un ton légèrement amusé.

Att… Attends, je vais… Se coupa-t-il lui-même, en reprenant un peu de son souffle. Prendre une douche et me… revêtir, conve… Convenablement… Réussit-il enfin à dire.

Très bien ! Répondit-il simplement.

L'éreinté essaya de parvenir jusqu'à sa salle de bains. Sans tomber la tête la première si possiblement. Après moult pauses, pour reprendre sa respiration et retirer ses vêtements restants... Il y parvint. Se maintenant contre un mur, il fit couler l'eau sur son corps épuisé. Les gouttes d'eau tombèrent et glissèrent lentement sur sa peau. Enlevant à force, la crasse et la sueur s'étant installées dessus.

Cette douche pouvait être interprétée de manière symbolique. Comme le baptême retirait les péchés originels, cette eau pouvait servir à détruire ses entraves morales. Néanmoins... Les personnes comme Adam et tous ceux ayant une once de justice en eux devaient être épargnés. Certes, elles devaient avoir une infime part de la vision de ladite justice que se créait Anders. Ceux coupables de crime devaient être encore punis... Toutefois... Les impurs recherchant la miséricorde du Dragon Blanc seraient dorénavant écoutés.

Quelques minutes passèrent. Les clapotis de l'eau se stoppèrent. L'être à la magie reptilienne, dut absorber un peu de lumière alentour. Elle-même émise par un certain nombre de lacrymas lumineuses. Ses forces lui revenaient peu à peu. Il pouvait à nouveau marcher droitement. Et pendant son sèchement, le général Falcon s'amusait avec son fusil... Et à aborder le peu de femmes qui passaient dans cette partie du bâtiment.

Lorsqu'Anders eut terminé, il ouvrit vivement sa porte, puis d'une allure princière, la referma. Ses vêtements habituels renfilés, il arborait une mine plus énergétique, bien qu'un peu sérieuse. Son compagnon de justice lui demanda si tout allait bien. Si ces jours passés seul à s'entraîner, s'étaient déroulés comme il le souhaitait. Le Dragon de lumière le rassura, et lui demanda pourquoi venir maintenant.


Et bien, les conseillers ont terminé leurs débats inutiles et tout le tralala… Mais avant de parler de ça, je connais un super restaurant… Et je suis sûr que les mets qu’il te proposera te plairont ! Annonça-t-il, en faisant un sourire amical à son camarade.

Peut-être bien, mais tu sais… J’ai un palais très difficile à satisfaire… Dit le lumineux, d’un ton taquin.

De nouveau, comme s'ils étaient devenus un inséparable duo... Ils s'en allèrent à ce buffet, que l'ensorcelant fusilier ne tarissait pas d'éloges. Celui-ci, ne se trouvait pas à l'intérieur de la bâtisse des justiciers. Mais un peu plus loin, à l'est. Un lieu paisible, où de petits commerces affluaient de toutes les directions. Ici, l'on n'aurait jamais crû qu'il y avait encore quelques jours eus une attaque contre les prisons d'Era.

Tout semblait si calme, si serein... Si faux. Comme si cette partie d'Era n'était pas connectée au reste... Cela valait peut-être mieux. Si les habitants de Fiore apprenaient que le conseil avait failli, une fois de plus à sa tâche... Le royaume perdrait totalement foi en ce dernier, et l'ordre laisserait place au chaos... Un bien sombre avenir pour un pays si prospère.

Mais revenons-en à ce mystérieux estaminet. Le guide au fusil réussit rapidement à y emmener Anders. L'apparence extérieure était assez sobre. Un bâtiment classique, entre deux autres. La façade était faite de boiserie, même si la porte ainsi que le mur visibles étaient sertis de vitres qui donnaient sur l'intérieur. Là, les généraux pouvaient voir le standing de cette brasserie. Des gens d'un rang social moyen ou assez pauvre... À vrai dire, le nobliau avait déjà presque peur d'y entrer !


Ne t’en fais pas… La plupart sont des soldats en permission, donc tu ne vas les juger sur leur classe sociale, si ? Et surtout n’aie pas peur. La nourriture ici est excellente, pas besoin d’un portefeuille accordéon pour des mets princiers !  Dit-il, d’un ton qui se voulait rassurant.

Bon et bien, s’ils sont presque tous des militaires… J’espère réellement que t.. Essaya-t-il d’exprimer, d’une méfiance bien visible.

Elle est merveilleuse, je te dis tête de mule ! Le coupa-t-il, d’un ton espiègle.

L'adjectif qu'employa Adam, aurait normalement blessé la fierté du Dragon Blanc. Au point qu'il en aurait peut-être demandé, un duel au sable ! Mais sortant de la bouche de son ami, cela passa sans accrocs. Il en ricana même légèrement. Se motivant intérieurement une dernière fois, le Dragon parvint à avancer vers ce restaurant... Devant l'énième hésitation de son camarade, le fusilier soupira, toujours paré d'un fin sourire.

Une fois à l'intérieur, le brouhaha ambiant restait tolérable. Mais... Attendant bêtement un serveur, qui aurait dû leur montrer une table, Anders resta planté quelques secondes sur place. Monsieur Falcon était déjà un peu plus loin. En voyant son acolyte mimer un piquet, il ne put s'empêcher de pouffer un rire. Cela fait, il lui fit un signe aussi discret qu'un phacochère, puis trouva une table pour le duo.


Respire-moi un peu cet air ! L’odeur du peuple, de la liberté et… D’un peu d’alcool. Prononça-t-il, de son air enjoué habituel.

Étant un Dragon Slayer, je n'ai pas besoin de prendre une grande inspiration pour sentir tout cela. Dit-il d'un ton neutre, avant d'enchaîner pareillement. D'ailleurs, je sens aussi une odeur d'urine, sans doute venant des toilettes. De parfums divers et variés émanant principalement des cous du peu de dames installées dans cette bâtisse. Le pire reste, que tout cela se mélange à l'odeur de la sueur... Fusionne avec les arômes des plats en préparations. De quoi bien me donner l'appétit, tu en conviendras.      

Euh ouais… Bon, pour briser des ambiances sympathiques. Je saurais à qui faire appel maintenant ! Dit-il, en riant silencieusement.

Un garçon vint suite à cette discussion, prendre les commandes des généraux. Le lumineux ne sachant pas quoi prendre, dit à son partenaire de table de le surprendre, de commander pour lui. Acceptant le défi, sourire aux lèvres. Il se vanta d’avoir pris le meilleur des repas. Mais aussi, en accompagnement, le plus grand de tous les vins ! Il fit volte-face lorsqu’Anders lui dit qu’il ne touchait pas à l’alcool…

Bon, ramenez votre meilleure eau alors… Dit-il, encore un peu bouche bée.

Ils discutèrent de tout et rien, en patientant. L’élégant tireur d’élite, ne voulait pas encore aborder le sujet qui l’avait amené, à toquer à la porte du noble dragonnet. Ceci irrité légèrement ce dernier… Mais qu’importait. Une dizaine de minutes passa, ainsi, leurs plats purent arriver. Se souhaitant poliment un bon appétit à tout deux, ils commencèrent à déguster. Adam y allait franchement et semblait se régaler. À l’inverse, Anders hésitait, mais fut surpris du bon goût de ses aliments.

Cependant, malgré cette bonne nourriture il ne put se taire indéfiniment. Il réclama expressément des explications. Le dissident gourmand, lui dit qu’il dirait tout une fois leurs assiettes terminées. Et, il se ferma tel un rempart. Tout en ingérant gracieusement, son repas digne d’un roi. Voyant qu’il n’était pas du genre à céder, l’aristocrate militaire baissa les bras et continua de se nourrir. Espérant vraiment, que les futurs dires d’Adam seront intéressants...

© Code de Anéa pour N-U

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: L'après-guerre d'un général de lumière. [Solo] Lun 23 Fév 2015 - 19:58



feat. Adam Falcon


L'après-guerre d'un général de lumière.

White Dragon's Wrath


Ces ordures... Me le payeront un jour...
J'en fais le serment, Adam.
Arrête-moi si tu penses que ta cause est juste.
Car si tu ne me stoppes pas maintenant, un démon draconique sera relâché...







Enfin ! Les deux assiettes étaient vides. Les hauts gradés avaient terminé leur combat contre cette si bonne nourriture. Ingurgitée, avalée, dévorée, il n'en restait littéralement plus rien. Soufflant un petit coup, Anders en profita pour avouer que ces mets étaient satisfaisants. Néanmoins, il n'oublia point les paroles précédemment prononcées du fusilier. Du plus sérieux de ses regards, il questionna son acolyte. Ce dernier n'eut d'autre choix que de lui répondre.

Bien, je voulais retarder ce moment, car je savais ô combien la nouvelle t’énerverait. Sûr de vouloir être en colère ? Il jeta un rapide coup d’œil au lumineux, qui semblait bien décidé à tout savoir. Très bien… Bon, après une ribambelle de paroles inutiles, pour changer… Quelques débats aussi creux que nos assiettes. Ces êtres inintelligents, ont prévu de t’envoyer, fouiller la maison de l’ex-conseillère. Dit-il, d’un ton presque sérieux.

Comment ? Des gardes n’y ont pas été postés ? Là, où elle se serait forcément rendue ?! Je savais qu’ils étaient incapables, mais c’en est trop ! Annonça-t-il énervé. Cela ne servira plus. Elle s’est sans doute déjà rendue là-bas, pendant leurs discussions stériles. J’irai quand même. Si elle n’a pas brûlé sa maison, il y a des chances qu’elle ait laissé un ou plusieurs indices. Finit-il, un peu plus calme.

Comprenant cet énervement, Adam ne pouvait que le rejoindre dans cette logique, pourtant évidente. Mais, des incapables resteraient des incapables, quoiqu’il arrive. Cependant, une question restait en suspens. Et lui ? Qu’avait-il à faire ? Une interrogation qui passa les lèvres du général de lumière. Affichant un calme peu commun, l’élégant don Juan répondit.

Bonne question, comme quoi rien ne t’échappe toi ! S’exclama-t-il, en riant légèrement. Ils m’ont juste chargé de garder un œil sur toi. Et oui, ça ne fait jamais plaisir d’apprendre une chose du genre, je sais. J’ai bien dit que tu pouvais t’en charger seul, mais… Fit-il durer le suspens, avec un silence dramatique, ou qui voulait l’être. Ils ont osé dire qu’ils avaient peur que tu détruises l’ancien habitat de cette garce de Rei. Enfin bon, j’espère que ça ne te dérange pas. J’ai confiance en toi, mais quatre yeux valent mieux que deux, même si les tiens voient mieux que les miens en l’occurrence.  

Tu es direct, franc et tout ce qui a de plus fiable dans cet institut inapte. Je ne pourrais rêver meilleur baby-sitter. Blagua-t-il, léger sourire nerveux au visage. Bon, ce n’est pas tout ça, mais il faudrait que je m’acquitte de ce travail. Finissons nos verres, puis partons rapidement. Dit-il simplement, d’un ton neutre.

Bien général ! Beugla-t-il, levant son verre de vin.

Le duo d'autorité en termina avec leurs breuvages, puis il se leva, paya la recette, et s'en alla d'un pas pressé. Adam dit la direction à prendre, mais ce coup-ci, ce fut le général lumineux qui prit la tête. Toutefois, une odeur ne trompant pas. Plusieurs relents se mélangeant, donnant un arôme encore jamais senti par le Dragon Blanc. Inquiétant et pour le moins, révoltant atteignit ses narines !


Dépêche-toi ! Cria-t-il.

Surpris, l'ami du lumineux suivit l'ordre de ce dernier. Il commençait à revêtir son aura éblouissante. La colère déforma peu à peu les traits de son doux visage. Soudain, une demeure récemment enflammée, s'afficha à sa vision. Brusquement, ses yeux s'écarquillèrent et ses pupilles rétrécirent dans sa rage, n'ayant aucune commune mesure. Sa mâchoire se resserra, témoignant de sa fureur. Les odeurs prenaient des sens... Les sens devenaient des images. Les images devenaient des scènes... Les scènes, de douloureuses révélations.

Le lumineux n'avais jamais aussi bien porté son nom. Son corps éclairait de part en part la bâtisse en fumée. Révélant ainsi nombre d'atrocités. Le flair sur-développé du Dragon, décelait absolument tout. Allant de la basique odeur de cramé. À celle de plusieurs fluides corporels, ne devant aucunement se trouver en cet endroit. L'esprit perspicace d'Anders lui montra malgré lui, que le mal n'avait aucune limite. Ses pistes odorantes le menèrent près d'odeurs humaines.

Au vu de l'état du bâtiment, il n'était point aisé de savoir où il se trouvait. Mais en tout cas, ce qu'il vit le stoppa net. Trois corps. Dont deux dans une position... Ignoble, déshonorante au possible. Adam regardait cette scène avec stoïcisme. Non pas qu'il était sans cœur. Toutefois, le conseil avait omis ce détail. Lequel ? Le fait d'avoir envoyé trois pauvres innocents à la mort ! Même si le général draconique avait fait de même, lui avait au moins eu la décence de les accompagner !

La chaleur monta d'un cran, la rage incommensurable du pur reptile grandissait à vue d'œil. Mais sans prévenir, une main se posa sur l'épaule gauche du furieux Dragon. Falcon ne pouvait pas voir la scène sous ses yeux, comme le militaire Kalvoz la voyait. Cependant, son expérience lui dictait de faire ce geste. Un mouvement aussi banal, pouvait éviter la déchéance d'une lumière vers les ténèbres absolues.


Te l'ont-ils dit Adam ?! T'ont-ils prévenu de l'envoi de ces chevaliers ?! Dit-il en serrant si fort ses poings, que même ses sombres paumelles se déchirèrent sous sa force croissante. Ses ongles parvinrent à rentrer dans sa chair, faisant goutter son sang sur le sol de cet endroit atterrant ! Mais d'un ton haineux, il continua de parler. Ces ordures... Me le payeront un jour... J'en fais le serment, Adam. Arrête-moi si tu penses que ta cause est juste. Car si tu ne me stoppes pas maintenant, un démon draconique sera relâché...Clôtura-t-il, d'un air effrayant, pétrifiant... Terrorisant.

Un long silence lourd de sens s'installa. L'inclinaison inquiétante de la tête d'Anders, aurait fait fuir plus d'un mage noir aussi puissant seraient-ils. Ses iris ambrés, où résidait en ce moment toute la haine qui l'abritait... Auraient brisé les esprits des plus valeureux Paladins... Seul un être le connaissant, seul un homme partisan de sa rancœur, pouvait supporter une telle pression draconienne... Quand l'humain assigné à un faucon soupira désespéré... Le noble enragé sut, qu'il allait lui répondre.

Mhh... Ta proposition serait alléchante, si je ne partageais pas ton point de vue. Un démon draconique hein ? Tu ferais pâle figure, face à un diable don Juan et tireur d'élite... Donc, face à moi ! Plaisanta-t-il, nerveusement. Plus sérieusement. Continua-t-il, en fanfaronnant beaucoup moins. Les événements récents m'ont quelque peu ouvert les yeux. Ce n'était pas nouveau que les conseillers ne foutaient rien. Mais là, ils ont carrément envoyé des soldats mourir.

Dont deux torturés, un physiquement, l’autre pareillement et sexuellement. Ils n’avaient aucune chance et été à la merci de cette folle dangereuse. Aucun chevalier ne mérite de telles souffrances… Le stoppa-t-il, d’une voix funeste et enchaîna sur le même ton. C’est eux, et eux seuls qui mériteraient ce genre de mise à mort ! Hurla-t-il. Déchaînant sa colère sur un mur grisé et atrophié par les flammes. Son poing, entouré de sa lumière passive rendit ce dernier à l’état de cendre, grâce à la force de ses sinistres sentiments. Qu’ils soient damnés et maudis ! Un jour, il faudrait faire quelque chose à leur sujet…

Ouais, briser leurs tasses de thé, ils l’auront mal pendant un moment… Ses yeux croisèrent alors, ceux de son dangereux ami. Les briser assez fort sur leur crâne, pour qu’ils en meurent ! Rectifia-t-il, riant ultérieurement, de manière plutôt gênée.

L’heure n’était pas à la plaisanterie, mais à la réflexion. Néanmoins, pas dans ce lieu. Il ne devait plus exister. Être anéanti de la réalité même !  D’une voix sèche, le Dragon Slayer dit à son compagnon de se reculer. Plus loin, encore plus loin… Lorsqu’il fut assez éloigné, la destruction de l’endroit n’était plus qu’une formalité… Son aura blanchâtre de colère, s’amplifia légèrement. De sa vitesse hors du commun, il grimpa aux cieux, avançant à l’aide de petits bonds. De mur en mur, mètres en mètres. Une fois arrivé là, où il ne pouvait plus se propulser décemment, il utilisa plus d’énergie magique et s’expulsa au ciel !


Hakuryû no… Murmura-t-il, d’une voix horrifiante, levant ses bras. Regroupant son saint élément dans le creux de ses mains. Tatsumaki ! Exclama-t-il, afin de finir l’incantation de son sort.

Lévitant, il pouvait ainsi caresser de son corps, le firmament. La purification allait commencer. Il avança ses membres supérieurs, puis libéra la tornade lumineuse. Plus imposante que jamais ! Tel un typhon, elle balaya les ruines fumantes, de cette propriété. Grandissante, elle surpassait maintenant l'enveloppe charnelle de son lanceur. Oui, la cité fut éclairée par une source, plus pure que le soleil lui-même, l'espace de quelques instants.

La sainte foreuse, était utilisée avec soin et précision. Les bâtiments avoisinants, ne furent en aucun cas touchés. Criant sa hargne à Gaïa, ainsi qu'à Ouranos. Déversant son indignation, il se libéra... Cependant, il avait été bien présomptueux. La seule source de son énergie draconique, était la lacryma de ce matin. L'attaque ainsi utilisée, le dépourvue de ses forces restantes. Son sort purificateur, avait creusé le sol, éradiqué le mal de cette ville. Cependant, le pacificateur tomba...

Telle une goutte s'écrasante au sol, il fusait. Néanmoins, la pluie n'avait pas un allié de la trempe d'Adam ! Ce dernier l'agrippa au dernier moment, à l'arrière du col. Il ne resta pas bien longtemps, dans cette position, plus qu'inconfortable. Très vite, il le souleva et d'une délicatesse digne d'un phacochère, le jeta au sol. Il loua les Dieux, que son bras ne fut pas arraché dans cette opération... Puis secourut son allié luminescent.


Belle démonstration de force, mais meurs pas juste après ça ! Prononça-t-il, en secouant le Dragon épuisé. Tiens, un œil de levé, parfait. Dit-il, constatant ce qu’il voyait.

Ça… Ça va. J’ai juste besoin de… D’une lacryma de lumière… Souffla-t-il, d’une faible voix.

Les habitants du coin, étaient pris de panique. Remarquant cela, Adam rassura la plèbe, en dévoilant leur appartenance au conseil et... À la dangerosité, du lieu fraîchement rasé. Un petit mensonge, que le peuple adorait croire et entendre. L'homme au nom de volatile, dit à son ami dragon, de patienter légèrement. Ce qu'il fit, ne pouvant presque plus bouger... Puis un petit laps de temps passé, le fusilier revint, avec un cristal éblouissant.


Merci… Dit-t-il, amicalement.

Cependant, il utilisa une astuce, qu’il avait développée, au fil des ans. Il augmenta la luminosité de la lacryma, à quel point, qu’Adam dut détourner la tête. Et enfin, il se délecta de son plat favori. Cela fait, il se releva et dit que ce n’était pas encore le moment, de se rebeller.

Mais Adam lui tendit une autre lacryma... Sans doute ramassé chez cette traîtresse, avant l'attaque d'Anders. Celle-ci semblait servir à la communication. L’homme aux cheveux blancs se tut, la prit et la bidouilla quelque peu. Il semblait vouloir la refaire fonctionner… Lorsqu’enfin, une voix émana de cet appareil déjà légèrement fondu.


« Allôôô... Oui ? C'est ZzZzz… katsu. Vous savez la ZzzzZz… fille qui a réduit vos Zzzzzz… ce matin. Je viens ZzzzzZz… trois morts. Il y avait un lieutenant Zzzzzz… dessus et deux soldats. Eux ZzZzzzZ… pas fait long feu. Je vous Zzzzzz… dépêcher si vous voulez retrouver ZzzZZ corps. Ah ZzzzZ, votre soldat, c'est un rapide ! Zzzzzzzzzzzzzz… »

Ils étaient même au courant de leur mort…Conseillers inutiles ! Lâcha le général au fusil, d’un ton irrité.

Elle mourra dans les pires souffrances existantes ! Cracha-t-il, en détruisant le cristal de communication d’une main. Mais malheureusement, pas aujourd’hui. Dit-il, respirant difficilement à cause de sa colère grandissante.

Ils avaient encore trop de faiblesses, trop peu d’hommes… Pour l’heure, ils devraient agir comme ils le faisaient d’habitude et n’éveiller aucun soupçon. Le stratège né devait réfléchir, penser à un plan d’attaque. Cela prendrait plusieurs mois, voir plusieurs années, mais les conseillers tomberont, cela était écrit… Il ne restait plus qu’à l’accomplir.

© Code de Anéa pour N-U

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'après-guerre d'un général de lumière. [Solo]

Revenir en haut Aller en bas

L'après-guerre d'un général de lumière. [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'après-guerre d'un général de lumière. [Solo]
» Ma petite collection de Geekeries =)
» Retrouvaille d'après guerre [PV ELISAN]
» Les rois et autres nobles après la guerre de l'anneau
» La vie après la guerre [Pv Kanade Hitomi][FB]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ancienne disposition :: Fiore Centre-