FERMETURE DE TNG
1 mois Rp = 3mois réels
Nous sommes actuellement au mois d'octobre x989, sortez vos manteaux d'automne! Prochain changement de mois en juillet.
Suivez-nous !
Hall of Fame
Résultats Printemps 2017
Arno
Rplayeur
Sky
Floodeuse
Stella
Newbie
Namida
Staffeuse
Flame
Voteuse
Sky
Honneur
RSS
RSS



 

Partagez| .

[PEGI 18] L'histoire d'un divin... Moi !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: [PEGI 18] L'histoire d'un divin... Moi ! Mar 3 Mar 2015 - 16:58

Chapitre un : La naissance d’un divin… Moi !


Savez-vous ce qu'est le destin ? Cette chose intangible, cette force supérieure qui aime f*utre la merde par ci, par là... Et bien moi, il m'a choisi afin d'élever notre race, l'humanité... Au-dessus de sa force et son niveau actuels ! Tout commença avec ma naissance. Ma mère était belle, peut-être trop… Car mon père lui interdisait de sortir de ses quartiers... Mais où ? Telle était la question n'est-ce pas ? Une ville marchande et prospère, d'un demi-million d'habitants facile. Au centre de cette métropole gisait une sorte d'arène. Un ancien centre de recherche pour le gouvernement de Joya.

Julius Lihas, un homme aux allures sages, réfléchies... Ce vieil homme avait toute la ville dans sa poche, en tout cas les relations... Il avait rénové l'ancien centre de recherche, pour en faire ce champ de bataille barbare. Où nombre de gladiateurs, combattants et arrogants aimaient s'affronter jusqu'à la mort ! Mais reparlons d'une chose insignifiante, dérisoire, qui était légèrement le centre de mon histoire !

Mon enfantement... Celui-ci fut dur et éprouvant. Faute de personnel spécialisé, l'arène avait un médecin qui ne faisait que retirer les douleurs légères en ces temps-ci... Autant vous dire, que nous étions dans de beaux draps ! De longues et fatigantes minutes passèrent, du sang coulait abondement du sexe de ma mère... Ses cris d'agonies auraient pu réveiller les morts... Et je finis par sortir… Le seul docteur presque inutile du coin me fit pleurer comme le faisaient les professionnels de la santé.

Une fois qu'une couverture encore tachée du sang d'autrui fut mise sur ma frêle enveloppe corporelle... Mon porteur voulut me donner à ma mère, après avoir regardé si j'étais en bon état. Le seul hic était que ma mère, ayant une petite larme coulante sur l'une de ses joues et un sourire aux lèvres... Était morte. Décédée d'épuisement, morte pour m'avoir enfantée... Morte, car je devais vivre...

Lorsque mon père, Kräm Déodras champion de son art termina son combat… Il rejoignit en toute hâte ce semblant d'infirmerie dans ses propres loges... Puis fondit en larmes en apprenant la nouvelle. Le vieux Julius lui-même vint consoler sa vedette. Quelques consolations plus tard... Il me prit dans ses bras semblables à des troncs d'arbre, me regarda d'un air bienveillant et décida de m'appeler Eden. Car j'étais pour lui, ce petit morceau de paradis qui le rattachait à ce monde… Ainsi que le dernier souvenir de sa défunte femme...

Une dizaine de jours passèrent, dix journées sans combat pour le fier champion... Mon paternel s'occupait à peu près bien de moi. Toutefois, il ne devait pas oublier son « travail »... Même si celui-ci était clandestin. Le patron de l'endroit proposa à son protégé qu’il s’occupe de moi. Il mentionna que  j'aurais une éducation plus que correcte… Des soins journaliers au besoin…  Et une nourriture saine et équilibrée lorsque je serais en âge d'en avoir une... Mon géniteur accepta. Il n'avait pas le choix de toute manière. Il devait gagner sa croûte.

Trois ans s'écoulèrent... Je pouvais à présent marcher, parler et comprendre pas mal de choses. Un jour qui était similaire aux autres... Mon père et son boss vinrent à avoir une discussion à propos de moi. Ça parlait de mon avenir, de faire de moi le nouveau leader de l'arène. D'être surentraîné, façonné et modifié pour une seule et unique chose. Le combat ! Mon paternel refusa. Les voix commencèrent alors à monter. Il sortit du bureau de ma nourrice à la barbe blanche. Claquant violemment la porte, puis me prit pour aller dans sa chambre gigantesque.

Dorénavant, il ne me laissait plus sortir... Comme ce fut jadis le cas pour ma mère maintenant aux cieux... Il revenait de temps en temps, lorsque ses horaires le lui permettaient. Mais je ne m'en plaignis point. J'étais heureux, bien nourris et relativement libre. C'est pourquoi, le souvenir d'un père génial et aimant restera gravé dans mon esprit à jamais... Néanmoins, le destin aussi bon était-il… Pouvait se révéler être une véritable raclure ! Et ça ne manqua pas... Une autre journée banale, où aucune chose ne la différenciait d’une autre...

Les portes de la loge de mon père se firent ouvrir par le vieillard et son escouade de garde du corps. Mes yeux s'écarquillèrent lorsqu'on me dit que mon papa chéri ne reviendrait plus... Qu'il était parti dans un autre monde… Que plus jamais je ne pourrais rire avec lui... Ni jouer, ni me faire chaleureusement engueuler par sa voix forte et barbare... Par réflexe, je me mis à pleurer, sentant que cette nouvelle était loin d'en être une bonne... Je fus donc repris sous l'aile du directeur de l'arène...

Jusqu'à mes cinq ans, je fus bien éduqué ainsi que bien traité. Et il n'était pas rare que mon tuteur s'amuse avec moi, entre deux gestions de revenu. Alors tout était parfait ! Ma vie se révélait être un conte de fées ! Le pays des merveilles en vérité ! Mais non... Le champion remplaçant mon père n'était qu'une blague comparée à mon géniteur… Les visiteurs avaient pas mal déserté l'endroit... Donc l'idée de me mettre sur le devant de la scène fut reprise par son créateur.


Chapitre deux : Les prémices de ma souffrance…


Deux ans après les funérailles grandioses de mon père et un discours à rallonge émouvant de mon « parrain ». Je fus informé de ses intentions. Il me dit que seule la puissance importait, puis il m'annonça qu'il ferait tout ce qu'il y a en son pouvoir… Pour me rendre invincible et redorer le blason de ma famille. Enfin... Uniquement de mon père en l'occurrence. Naïf et innocent comme j'étais, je n'osai pas refuser. Alors mon endurcissement... Commença le jour même !

Nous nous déplaçâmes moi, monsieur Lihas et le mage de soins -qui avait perfectionné sa magie au passage-, vers la salle d'entraînement des challengers. Je demandai d'une voix hésitante et gênée, pourquoi m'amener là-bas... Comme réponse, je n'eus qu'un vent bien placé et une bride de conversation entre le doc et mon mentor. Il lui avait juste dit de rester une heure dedans quoiqu'il arrive, et d'arrêter un instant si je m'en prenais trop dans la gueule.

Très bien… Ce n’était pas les mots exacts utilisés, mais vous m'aviez compris. Bref... Je fus donc balancé dans la salle d'entraînement des gladiateurs impitoyables de l'arène. Derrière moi, le mage de soin qui me disait de progresser vers l'avant... Sans un mot j'avançai, impressionné et au début admiratif envers mes futurs bourreaux... En plein dans mon cheminement, je me fis stopper par un puissant coup dans l'estomac… Qui stoppa net ma respiration !

L'enfant que j'étais, serrai son ventre bien fort et se recroquevillai par réflexe sur lui-même... Les hommes imposants se mirent à rire bêtement face à ma faiblesse, toutefois... Ils sourirent moins lorsque mon guérisseur attitré leur dit qu'il fallait y aller doucement... Que j'étais ici sous-ordre du grand patron. Ils me regardèrent avec un air sadique sculpté dans leurs horribles faces... J'allai passer un mauvais quart d'heure... Enfin, une mauvaise heure pour être plus précis...

Et ça ne manqua pas d'être vrai... À peu près tous les deux ou trois coups, le doc' me faisait des soins d'urgences. D'un état pitoyable, je passai à une santé de fer. Cela dura soixante longues minutes. Le goût amer de la souffrance… L'odeur métallique de mon sang… Et les sensations de douleurs me firent réaliser dans quoi je fus embarqué... Trop tard... Ce rituel de fortification se répéta ainsi durant deux interminables années.

Mon petit corps ridicule avait déjà su se muscler. Je pouvais encaisser plus de coups avant que le médecin n'ait à me soigner... Mais à mes sept ans, l'on me transféra à une partie du lieu que je ne connaissais point. Sur la route, le directeur de l'endroit m'expliqua ce qu'était à l'origine cette base. Le gouvernement pourri de Joya utilisait plusieurs centres de recherche cachés dans le sol lui-même. Ledit centre était divisé en trois « étages ».

Le « rez-de-chaussée » était la face visible de l'iceberg, le grand dôme gisant au milieu de la ville portuaire. Il était au départ un endroit où des bêtes étranges créées à l'aide de manipulations douteuses se battaient à mort. Et les grosses têtes du lieu notaient les résultats des affrontements. Le premier sous-sol servait à la création de race diverse et variée. Mais aussi de bibliothèques et à ses heures perdues, de salle de torture...

En ces lieux, je me retrouvai à regretter les coups des autres barbares... Des crochets ferreux serraient solidement mes poignets, chevilles et mon cou. Je ne pouvais point bouger… Pris au piège par mes propres décisions. Le doc' était toujours là, mais accompagné par d'autres collègues. Sauf que ceux-ci préféraient donner la douleur plutôt que de l'enlever. À l'aide de scalpel, fouet arracheur de peau et d'autres éléments extrêmement différents... J'eus le droit à des séances mémorables.

Je dirais que la première année fut la plus douloureuse. Mes cris stridents devaient exploser les tympans de mes tortionnaires, mais ils devaient voir si je résistais ou pas... Cet an passé, mon tuteur vint me proposer quelque chose. Si j'endurais les supplices sans bruit… J'aurais le droit de rester un certain temps dans une bibliothèque remplie à raz-bord de livres en tout genre. Malgré les heures de tortures enchaînées, grâce au mage de soin... -ou à cause de ce dernier...-

Mon corps n'était guère épuisé et lorsqu'il était au bord de la mort… Mon soigneur me retirait le calvaire enduré. C'est avec un regard fatigué et une voix bousillée par mes hurlements, que je lui répondis que ce serait super... Un fier sourire se dessina sur son visage... J'assumai que ma réponse lui allât. Je faisais donc depuis ce jour, de mon mieux pour souffrir atrocement en silence. Mes efforts plaisaient à tous ceux m'entourant... À quel point, que les quatre autres années qui suivirent... Chaque jour, je pouvais aller lire un ou deux livres d'affilée.

Mais vous croyez que je n'eusse subi de simples blessures physiques pour être endurci ? Détrompez-vous. Par moment, l'on ne se gênait pas à torturer un enfant, une femme ou un homme devant mes yeux. De manière plus qu'horrible... Mes larmes coulèrent d'elles-mêmes compatissantes pour les torturés... Ça allait du dépeçage à vif, aux mutilations d'organe... Les psychopathes aux blouses blanches ne se privaient pas d'y aller extrêmement lentement. Peut-être voulaient-ils que leurs cris d'agonies perdurent dans ma mémoire...?

Des viols avaient même eu lieu, ainsi que tout ce qui pouvait me traumatiser... Au fil du temps, je finis par regarder ces actes ignobles comme des banalités. Ma dure réalité... Ne me souciant plus des sorts des autres, de leur douleur, de leur misère... Pour être franc… Mes instants préférés furent quand un de mes bourreaux se ramenait avec soit un marteau, soit une petite masse. Il prenait un malin plaisir à l'abattre sur plusieurs de mes membres... C'était le pied... Sentir ses os se briser... Ses muscles êtres déchirés... Ça ne faisait qu'augmenter ma puissance !

Mais passons…. Parlons plutôt de mes moments d'échappatoires... Lorsque qu'on m'envoyait d'une douceur troublante dans une salle bombée d'ouvrages aussi anciens qu'intéressants. Mes yeux ne demandaient qu’à les lire ! Certains parlaient de l'histoire de ce monde, et d'un autre nommé « Edolas ». J'appris ainsi qu'un certain « Zeref » aurait été le pire mage noir de l'histoire. Qu'une certaine Fairy Tail ait sauvé un nombre incalculable de fois le monde.

Je sus aussi où était chaque ville de chaque pays... Des techniques de combat via des glossaires d'arts martiaux. Je pus même mettre la main sur un bestiaire extrêmement détaillé d'un homme, ayant traversé presque tous les pays de part en part ! Mais ma plus grande découverte fut un livre de magie. Bizarrement, il n'était pas écrit comme tous les autres... Ça ressemblait presque à des formules mathématiques ou je ne sais quoi… Mais en tout cas, ça semblait compliqué. Alors tout en le gardant sous la main, je cherchai des encyclopédies de math et chose semblable.

Je les trouvai facilement et fis mon possible pour apprendre comment me servir de cette chose nommée « Magie pure ». Vers mes dix ans, je réussis enfin à faire sortir quelque chose de ma paume ! De petits traits d'une couleur noir et rouge. Je ne compris pas de suite à quoi cela servait... Mais c'était génial ! Les deux ans qui suivirent, lorsque mes heures de récompense étaient venues… Je m'entraînai tel un acharné à mieux utiliser ces étranges sortilèges !

À mes douze ans je fus une fois de plus déplacé. Deuxième sous-sol du bâtiment. Celui-ci servait de lieu d'entraînement intensif. Une énorme salle plus grande encore que la chambre de mon défunt père, se présentait à moi. Des outils bizarres de plusieurs dizaines de kilos étaient un peu partout. Peut-être étaient-ils là pour entraîner ? Muscler ? Il y avait aussi un petit coin... Qui me laissa perplexe. L'on m'apprit que c'était mon nouveau chez-moi.

Des toilettes, une douche, une table, une chaise et un lit. Voilà ce qu'il y avait dans ce petit coin de salle. On me prévint que je devais m'endurcir durement, avant de pouvoir revenir à l'étage de l'arène... Regardant en direction des échos de voix et vers ce qui ressemblait à des haltères pour géants, ça fit tilt dans ma tête. Pour une fois on me laissait travailler à mon rythme !

Donc je commençai directement ! Je pris le plus petit poids et tentai de le soulever... Je dus tout d'abord utiliser les deux bras, mais je ne pus que le lever trois fois... Alors il fallait que je travaille mes muscles ! En faisant des pompes comme l'on m'avait conseillé, des abdos, des tractions... Je testai les limites de mon corps et les repoussai... Voilà comment se passa la première année...

Les autres furent bien différentes... Je pus enfin commencer à utiliser les appareils étranges et ésotériques. Étrangement, je ressentis quelque chose à l'intérieur… Comme une source quelconque de pouvoir. Utilisant une vision forte pratique, je pus découvrir que les objets étaient imprégnés de magie. Mais que celle-ci était utilisée à son minimum. Parfait... Pendant deux ans, je galérai à les soulever, mais peu à peu ça se facilitait...

À mes seize ans, j'avais subi une métamorphose physique ! Des muscles d'acier, une chair comparable au roc, mais surtout ! Une belle gueule de vainqueur conquérant ! Tous les instruments de musculation étaient maintenant à leur poids maximal ! J'avais dans chacune de mes mains, un poids de quatre-vingts dix kilos... Aux jambes ? Pareil ! J'enchaînai les directs, coups de pied à une vitesse monstre. Courrai en cercle comme un dératé… Et chacune de mes actions étaient rythmées par un solo endiablé de guitare électrique !

Car oui... Je trouvai mes journées mornes et monotones... Alors je demandai à mes observateurs, s'ils pouvaient m'envoyer quelque chose de motivant et qui me ferait bouger. Et ce fut sur le Metal et le Rock, que leur choix se porta ! Pour une fois, je les félicitai et repris mes entraînements. Tapis roulant, vélo elliptique, Smith machine, et d'autres inconnues au bataillon ! Dont de gros cubes accrochés à un mur, où une grosse ficelle terminant par une solide poignée était reliée à ceux-ci.

Lorsque je tirais dessus de toutes mes forces, je réussissais à faire glisser ledit cube en ma direction. Bien entendu, arrivé à un certain point le mécanisme se bloquait, et la masse était renvoyée tout au fond. Pour endurcir mes phalanges, je frappai le mur d'acier ou de béton armé de mon grand logement. J'enchaînai les coups à la vitesse de l'éclair, sans même geindre une seule fois, ni montrer une seule marque de faiblesse !

Pendant le trajet entre le premier et second sous-sol, il y avait quelques années... J'avais pris en douce mon livre sur ma magie et m'entraînai un peu plus à manier celle-ci. Notamment à augmenter ma masse musculaire en absorbant l'ethernano des lieux. En plus de mes poings, il m'arrivait souvent de frapper avec mes genoux et autres membres afin de rendre mon corps aussi solide que le métal lui-même !


Chapitre trois : Une expérience forte enrichissante.


J'étais encore plus grand que mon géniteur mort, avec mon mètre quatre-vingts quinze ! Et plus massif avec mes cent kilos purs muscles ! J’étais enfin prêt à rentrer à la « maison »… Revenir à ce rez-de-chaussée tant prisé… J’allai ne faire qu’une bouchée de leurs gladiateurs de mes deux ! Le vieux avait même prévu le coup en annonçant à son public, la venue du fils de l'ancien champion ! Il fit des prospectus afin d'attirer le plus de monde et me laissa les choses en main, la nuit tombée.

Enfin, avec le toit de l'arène je ne voyais point le ciel… Mais je pus le deviner au vu des paroles des insectes fourmillant, non loin de moi. J'eus soudain une petite envie, un caprice de future star. Je demandai à mon « manager » de passer un morceau que j'appréciai fortement, et que je trouvai plus qu'adapté à mon caractère et mes façons de faire. Riant débilement, il accepta. Excellent...

Vu que c'était mon premier affrontement dans la fosse des gladiateurs, je me retrouvai confronté à un combattant de seconde zone... Pathétique ! Le présentateur qui savait mettre en valeur les plus inutiles vermines, avait à peine fini son annonce que ma musique vint le stopper ! Julius avait mis le paquet... Des sortes de feux d'artifice éclatèrent à chacun de mes pas, la foule connaissait déjà mon nom... Déodras ! Déodras ! Déodras !

Oui ! C'était moi ! Le fils d'un des plus grands guerriers de tous les temps ! Claquant mon cou en balançant violemment ma tête de droite à gauche une dizaine de fois, tout en craquant mes phalanges… J'avançai vers ma future victime ! Ma chevelure dorée ne fut pas si désordonnée que cela, elle tint bien le choc. Et alors, l'humiliation commença !

Pour m'amuser un peu, je laissai mon « ennemi » m'envoyer plusieurs salves de directs, d'uppercuts et de crochets… Inutiles, inutiles, inutiles, inutiles ! M'ennuyant comme jamais, je pris ses poignets et de mon air le plus effrayant, je lui dis que j'allai les lui péter ! En les serrant un peu trop fort, c'est ce que je fis. Ensuite, pour éviter qui gueule trop fort… J'envoyai férocement mon genou gauche dans son foie. Le coup stoppa sa respiration et je pus libérer mes tympans.

Je me retournai vers le public qui m'acclamait déjà ! Je levai les bras et gueulai que j'étais le meilleur et qu'ils avaient raison de m'aimer en si peu de temps ! Le futur perdant essaya de me donner un coup en traître... Muda, muda, muda, muda, muda, muda ! Mon triceps droit arrêta son vulgaire coup de poing sans problème ! Hinjaku, hinjaku, hinjaku ! Du côté du poing, en me retournant je lui heurtai son frêle crâne de singe, et stoppai à jamais sa pauvre et misérable existence !

Premier combat, première victoire... Et elles s'enchaînèrent ! L'aisance avec laquelle je réduisais en charpie mes adversaires, me valut le surnom de Nightmare Bringer. Assez classe, cela voulait dire qu'une fois qu'on annonçait à un gladiateur qu'il allait m'affronter… Ce dernier en faisait des horribles et sanguinaires cauchemars, toutes les nuits suivantes...

Oh, et pour m'aider à me sentir mieux dans ma tête. Mon tuteur pensa qu'il serait ingénieux de me faire bouffer ceux que je tuais... Je ne répugnai pas au cannibalisme, pour moi c'était un moyen de se nourrir comme un autre... Alors je ne refusai point. Chaque jour, je détruisis, me nourris des défuntes tarlouzes et recommençai en chaîne ce cycle infernal qui dura une année.

Pendant ce temps. Julius Lihas se faisait un max d'argent sur mon compte, grâce aux multiples paris sur moi et goodies avec ma gueule dessus. Après tout... Le gouvernement de Joya autorisait ouvertement cette activité logiquement illégale… Alors pourquoi se priver de goodies ? Mais bref... Il engagea des chercheurs, puis rénova les anciens labos des sous-sols.

Pour faire quoi ? Alors là... Je ne savais pas... Mais étrangement, il me posa une question en plein repas... Et les bonnes manières alors ? On laisse les gens manger d'autre gens tranquillement bordel ! Raah... Bon. Il me demanda si je voulais apprendre une magie. Useless ! J'en avais déjà une ! Mais malheureusement…. Je ne connaissais que les bases, et il n'y avait aucun moyen d'augmenter la puissance de cette magie via les enseignements du livre.

Je fus extrêmement surpris lorsque qu'il me demanda de faire quelques expériences, qui pourraient bien décupler mon pouvoir. Oui ! Mais mille fois oui ! J'avais déjà survécu à nombre de tortures physiques, alors des expériences... J'avais passé le cap de la douleur depuis belle lurette ! Il annonça que pendant une durée indéterminée, le Nightmare Bringer ne pourrait se battre. Mais ! Qu'il reviendrait plus puissant et féroce que jamais...

Soit. Il me ramena dans ce cher premier sous-sol mais ce coup-ci, dans un laboratoire. D'un air sceptique, je regardai les machines et autres bizarreries remplies de boutons. Je fus de manière originale, enchaîné à une table d'opération à la verticale. Deux énormes sortes de boules à antennes étaient pointées vers moi. Soudain ! Des ondes ou choses similaires en sortirent ! Des bruits sourds résonnèrent dans mon crâne et une faible lueur noiraude, ainsi que légèrement rougeâtre sur les bords vint m'envelopper.

Mes muscles se contractèrent et ma mâchoire se referma fortement. Ce n'était pas le même style de douleur... Elle était intérieure cette fois. Mais je la supportai relativement aisément ! D'un autre côté, une sorte de réceptacle absorbait quelque chose. Mais qu'importait ! Je sentais la force de ma magie augmenter en moi ! Enfin, je pourrais faire autre chose que d'insignifiantes augmentations musculaires ou minis ondes d'ethernano.

Je me marrai intérieurement en pensant à cela... Enfin... Je pourrai enfin, voir ce qu'elle avait dans le ventre ! Mais le temps à attendre fut bien long... Deux pu*ains d'années ! Tiens, au fait... Où était mon livre ? Qu'importait... Ma mémoire avait emmagasiné tout ce qu'il y était inscrit... Après l'avoir lu un millier de fois… Il valait mieux !

Sept cent trente jours plus tard, oui… Je savais combien de jours s'étaient exactement écoulés... Y a un problème peut-être ? Parce qu’à force d'entendre une tête d'œuf dire « Deuxième jour de test »... « Trente troisième jour de test », etcétéra, etcétéra... Bah, j'étais bien informé. Donc tout ce temps passa… Ma magie devenait de plus en plus puissante, puis un beau jour... L'on me dit qu'il n'y avait plus rien. Qu'il n'y avait plus de tests à faire. Parfait ! J'allais en toute hâte retrouver le vieux Julius.

Ce même vieillard me dit qu'il vaudrait mieux que j'apprenne à bien utiliser ma magie et à un peu m'entraîner… Pour voir si je n'avais rien perdu de mon mordant. Soit. Jusqu'à mes vingt et un an, je m'échauffai dans mon coin. Calmement et sereinement... Nan, je déc*nne... Férocement et impitoyablement ! Après tout, il me restait quelques restes de mes anciens adversaires, autant bien les utiliser !


Chapitre quatre : Le début de la fin…


J'allais enfin reprendre du service ! The Nightmare Bringer ! Il était temps ! Pour le coup, je n'étais pas le seul à le dire… Toute une flopée de fans hystériques allait rejoindre l'arène des quatre coins d'Earthland ! J'attendis impatiemment la soirée, bien entendu. D'habitude, mes combats se faisaient avec plusieurs adversaires, des bêtes sauvages et j'en passe. Mais aujourd'hui... Mon tuteur avait ramené un mage assez « courageux » pour me combattre. Et il serait accompagné du doc... Quoi ?!

Soudain, l'on frappa à ma porte. Pour le symbolisme, j'avais hérité de la suite de mon paternel. Je permis à l'effronté de rentrer, après tout, je ne faisais rien d'important... D'un geste digne de la royauté, je permis la pénétration dans mes quartiers. Je fus relativement surpris de voir ce bon vieux docteur se ramener vers moi, comme ci j'étais son Dieu... Il bafouilla moult mots aimables, nombre de politesses et une ribambelle de flatteries.

Agacé, je lui demandai ce qu'il me voulût à la fin. Il me sortit que tout ce qu'il avait fait, c'était suivre les ordres. Lesquels ? Qu'il était contre le fait d'utiliser un enfant à ses propres fins. Pourquoi ? Qu'il était innocent dans cette affaire. Mais bordel de merde, le faisait-il exprès ?! Une bonne fois pour toute, je lui exprimai mon envie, sublime, incommensurable, extraordinaire... De le comprendre, alors je lui dis de me préciser et résumer les choses qu'il voulût me dire.

Au fur et à mesure des explications de ce faible... Mes yeux s'écarquillèrent... Mes pupilles se firent plus petites et mes iris devinrent rouge sang... J'avais déjà eu des changements de teint avant des matchs, des repas, mais jamais aussi violemment... Ce bât*rd était en train de me dire que... Que mon père avait été assassiné, par cette enflure de Julius ?! Kono yaro ! Et en plus, il s'était servi de mon corps pour ensuite apprendre ma magie… Et augmenter son pouvoir juste après, grâce à l'autre partie de magie accumulée ?!

Ma magie sombre écarlate vint alors m'étreindre, former une armure autour de moi... Mon regard ne reflétait que folie et haine... Le doc' comprit son erreur, il pensait qu'il aurait survécu dans notre combat... Il croyait vraiment qu'après avoir su cela, je l'aurais épargné ?! Tout en faisant exploser ma chambre, je le rendis au néant...

Les visiteurs arpentaient encore les couloirs censés être sécurisés... Dans un hurlement haineux, je prononçai le nom de l'assassin de mon père... Ma puissante écrasante détruisit le parquet à chacun de mes pas ! Dès que je croisai un être bougeant, mon sang bouillonnait si fort... Mon émotion me dictait de le détruire. C'est pourquoi, beaucoup moururent face à moi. Pour faire face à cette crise, l'on relâcha tous les gladiateurs et bêtes colossales sur moi… En prime du mage que je devais affronter.

Voulez-vous que je vous dise un secret ? Je n'utilisai que mon physique dans mes combats... Mais ma magie, surtout améliorée... JAMAIS ! Hinjaku, hinjaku, hinjaku, hinjaku, hinjaku ! Tous furent détruits sans avoir pu imposer la moindre résistance... Ma colère augmentée ma force… Ma haine renforçait ma magie, tout était parfait !

Des nombreuses explosions se firent sur mon passage, réduisant cette antique bâtisse à l'état de ruine ! Des flots rouge et noir traversaient les cieux, fendaient la terre en deux et fauchaient des vies par centaines... Ma puissance absolue était mortelle pour tous ceux me croisant... Jusqu'au moment fatidique, où je me retrouvai dans le bureau de ce traître de Lihas !

Au moment où je défonçai brutalement sa porte, je le vis en train de refermer MON livre de magie avec le réceptacle mystérieux du labo... Désormais vide. Il leva doucement les yeux vers moi et d'un air amusé, il me dit qu'il était trop tard… Qu'il était dommage que je susse tout... Qu'il devrait moi aussi me tuer avec mes propres armes... Je pouffai un rire sadique... Il ne savait pas ce que j'eusse en tête pour lui... Lorsque soudain, son corps devint extrêmement musclé ! Trop pour un vieil homme...

J'eus un léger étonnement... Il en profita pour foncer sur moi et m'asséner un uppercut dans la cage thoracique. Ce qui eut pour effet, de m'envoyer valser dans le magnifique plafond d'acajou de ce renard ! Mais enveloppé de mon aura charnelle, cela ne me fit que trois fois rien ! S'en suivit un échange de coup, tous plus puissant les uns que les autres !

L'ancêtre se démerdait bien, mais quelque chose clochait... Pour avoir rendu son corps dans cet état, il avait certainement peu de temps devant lui pour ne pas subir les effets secondaires... Tant pis, j'en profiterai, me dis-je ! Les chocs qu'enfantèrent nos poings, firent s'écrouler un peu plus l'arène que j'avais déjà salement amochée ! Mais sans prévenir, il lâcha une attaque dans ma face… Majiku Inupakuto !

Je vais faire le topo. En gros, il m'envoya d'une manière singulière, un uppercut dans mon sternum... Vous suivez ? Subarashi ! Ensuite, une quantité assez grosse de magie fut envoyée via son poing, sur mon corps... M'envoyant ainsi, vers le ciel ! Ce qui voulait dire que... Mon corps aussi solide était-il, fut de nouveau envoyé au plafond du bureau de l'autre sénile !

Mon dos colossal détruisit avec la poussée, la toiture percutée. Mon vol improvisé m'emmena au centre même de l'arène ! Heureusement qu'utilisant mes sorts par réflexe, je pus amortir la chute en foutant de la magie pure sous mon dos avant l'atterrissage... Je me relevai bien assez vite... Un petit saut et un salto arrière plus tard et j'étais sur mes gambettes.

Sourire sournois au visage... Regard de tueur sur ma face et mon aura ténébreuse qui ne faisait que grossir... Grossir... GROSSIR ! Le vieux se ramena vers moi d'un pas tranquille, avec son corps de titan... L'imbécile... Rester trop longtemps dans cet état allait lui faire perdre ce combat, perdu d'avance de toute manière !

Alors que je me préparai à lancer mon assaut, il m'envoya un rayon de magie concentrée ! Mudada ! J'utilisai mes disques d'ethernano ! Ils vinrent orner mes bras, tels deux écus tourbillonnants et encaissèrent l'attaque… Celle-ci disparaissait peu à peu, annihilée par une puissance supérieure... La mienne ! Je profitai de l'étonnement de mon ex-mentor, pour lui balancer chaleureusement mes deux soucoupes découpeuses de gorge !

Malheureusement, vu qu'il utilisait notre don commun comme une bouse… Il éclata mes attaques en fortifiant ses poings comme pas permis... Je recouvris mes phalanges adorées de mon énergie pure et fonçai vers mon ennemi ! J'allai enclencher une de mes attaques les plus dévastatrices ! C'était plutôt un enchaînement en fait... Bref ! C'était simple... Envoyer le plus de coups-de-poing possible sur le corps adverse.

La pluie de directs ressemblait étrangement à une pluie de météores noir et rouge... Elle s'abattit violemment sur la face du vieux traître... Chaque coup détruisait de légers morceaux du terrain de combat ! Mon dernier et plus puissant coup créa une onde de choc époustouflante ! J'avais souvent l'habitude d'utiliser cette technique sur mes challengers de l'ancien temps… Mais sans ma magie, sinon ce n'était pas drôle...

Mais ma surprise fut grande quand le retraité était encore debout ! Son corps tremblait très légèrement de douleur, mais son regard demeurait vif et arrogant... Il m'énervait sévère celui-là ! Il m'envoya une pluie de magie pure... Ce qui eut pour effet d'ouvrir toutes mes plaies faites lors de mes séances de... Fortification... Bordel ! Mon sang divin coulait abondement sur les os de mère Gaïa !

Pris d'un degré de fureur supplémentaire, j'allais y aller sérieusement... D'autant plus que… Le sénile commençait à ressentir les effets secondaires de cette magie, que seul moi savais réellement maîtriser... J'allais envoyer ma plus terrible attaque connue à ce jour... Majiku Ekusutinkushon. Le vieillard en difficulté voyait son teint devenir bien pâle, face à ma puissance grandissante... Mon aura commençait à envelopper de son manteau ténébreux et rougeâtre le lieu d'affrontement...

Lorsque soudain, toute la magie accumulée autour de moi se trouva dans mes paumes... Je me mis à serrer mes poings et à frapper de toutes mes forces le parquet de pierre... De nombreux rayons de couleur identique à mes sorts sortirent du sol. D'abord près de moi et ensuite ils se mirent à imiter un ouragan grandissant ! Balayant la zone tel un tir de Jupiter ! La magie continua un moment à tourbillonner, creuser, grandir, exterminer tout sur son passage !

Puis lorsque ce fut terminé... Mon corps reposait sur l'unique parcelle encore intacte... Au milieu d'un cratère créé par moi ! Je haletai comme un pu*ain d'attardé, mais je me tenais fièrement devant un cadavre de retraité déchiqueté... Tout comme son arène adorée. Je lui crachai dessus une dernière fois, visant bien dans ce qui restait de sa gueule, puis partis vers la sortie de ce champ de ruines... En ayant utilisé mes techniques un peu n'importe comment… Je me retrouvai presque à court de réserve...

Cependant j'avançai vers ma liberté, vers le monde extérieur encore inconnu pour moi... Je laissai derrière cette existence foireuse les souvenirs de moi et mon père, ma haine pour sa mort. Je l'avais vengé, plus besoin d'avoir ne serait-ce qu'une rattache à mon passé... Toutefois... Ce qui m'attendait à l'extérieur n'était pas mes fans anéantis... Ce fut l'armée de garde de mon ancienne ville qui m'accueillait hors de chez-moi...

Même au bord de la mort je ne m'avouerai point vaincu ! Néanmoins, mon regard fou de haine et d'excitation se détourna des soldats de Joya. Pourquoi ? Bonne question... J'avais remarqué un petit groupe qui se ramenait vers moi. Avais-je demandé quelque chose ?! Qui étaient-ils ?! Que voulaient-ils dans MON pays ?! Et alors que j'allais les interpeller... Ils allèrent se battre contre les autorités sans doute mené par le chef aux bandages... Laissez-les-moi ! Ceci fut la seule pensée traversant mon esprit...

Mais j'... J'étai... J'étais trop faible ! Cela m'assassinait de le dire... Toutefois, cela était malheureusement la simple et cruelle vérité... Cependant... Je voulais au moins leur faire la peau, à eux ! Ils regretteraient d'avoir cru que j'étais un assisté du combat ! Quand ils partirent, je suivis leur course. Nous arrivâmes dans le port de la cité... Je les vis aller dans un bateau, après avoir tué son propriétaire ? Je ne savais pas... Mais qu'importait en ce moment ! D'un geste assez vif de la part d'un blessé, j'arrivai sur le pont de leur navire…

J'obtins leur intention en leur proférant certaines menaces... Certes, dans mon état cela était on ne peut moins crédible, mais je m’en fichais bien… Ces misérables allaient paye... Et BAM ! Je me fis assommer par l'un d'entre eux... Au creux des bras de Morphée, je sentis de manière quasiment imperceptible que l'on m'emmena quelque part et me ligota... Des heures, jours ou semaines passèrent. Dans mon état, je ne pus savoir... Mais je finis par me réveiller ! Et ce que je vis me fit tirer une de ces gueules...

Chapitre cinq : Une vie de finie pour en commencer une autre…


Une momie au regard psychopathe ! Mon visage devint dégoût, mes yeux semblaient cracher sur ce... Cette chose et je me débattis comme je pus, pour m'enlever des entraves que l'on m'avait imposées. Mais rien à faire, je ressentis encore la douleur de mes affrontements passés… Une certaine fatigue et une impossibilité d'utiliser ma magie. Ces crétins avaient pensé à tout, bordel ! De ma voix imposante et supérieure, je l'insultai comme un chien… Le provoquai ! Mais comme s'il était un véritable zombie, il ne perdit point son sang-froid...

Le mort-vivant se permit même de retirer son bandage et de poser sa main dégueulasse sur mon front. Il avait de la chance que je fusse ficelé de la sorte ! Mais par miracle, les plaies que j’avais collecté au fil des années… Se refermèrent un minimum. Je regardai ce qui semblait être le soigneur de la petite bande d'un air interrogatif, mais il resta stoïque... Je me calmai un peu et détournai les yeux. Je n'aimai pas cette position de faiblesse, mais soit… S'il voulait me guérir, pourquoi le tuer…?

Parce qu'il avait une sale gueule ? Mhh... Non ce n'était pas des manières dignes du gentleman que j'étais... Car même si lui était affreux, il redonné à mon corps une certaine beauté. Contrairement à l'autre doc' ... Qui ne faisait rien d'autre que retirer la douleur et remettre les os en place ! Bref ! Je restai attaché trois jours durant... L'on m'apportait à manger et je pus me nourrir à peu près normalement. Mes poignets étaient liés, toutefois pas dans mon dos. Cela était une bonne nouvelle... Il m'arrivait de taquiner celui qui m'apportait mes repas, mais rien de bien traumatisant.

À la fin de ces trois longues journées le décomposé vint me libérer. Des pirates attaquaient ! Je haussai un sourcil en ayant l'air un peu surpris. Il me parla aussi de certaines conditions, ah bah voilà ! Je me disais aussi... Ne pas provoquer ses gars et si possiblement ne pas les tuer. Bien monsieur, j'acceptai sans trop rechigner et il me libéra. Deux groupes avaient été formés. Trois d'un côté et le même chiffre de l'autre. Je fis équipe avec mon cicatrisant personnel et une petite. Pour être franc… La seule chose qui demeurait dans ma tête, était que je n'eusse pas mangé de chair humaine depuis un sacré bout de temps…

Je regrettai que mon morceau favori ne soit pas passé en boucle pendant mon assaut... Tant pis... J'ouvris puissamment mes bras, assez pour déplacer l'air et me parer de mon expression la plus sanguinaire... Nul besoin de magie, mes poings suffiront à les réduire en miette ! Je pris appui sur l'une de mes jambes et sautai dans la bataille -à sens unique- ! Ce fut sanglant, excitant et terriblement violent.

Je m'amusai à effrayer les corsaires amateurs et à mettre leurs tripes à vif ! Tout en me nourrissant de leurs muscles et chairs... La puissance de mes bras s'occupait de briser leurs articulations, la dureté de mon crâne broyait les leurs... Ce fut un massacre comme je l'ai aimé... Cette péripétie terminée, je pus deviner que mes talents étaient appréciés à leur juste valeur... Lorsque nous nous regroupâmes sur notre embarcation, je dévoilai mon nom. D'une manière royale, majestueuse et encore une fois... Supérieure.

Personne n'osa dire la moindre chose sur mon détachement, parfait. Notre voyage continua sans accro. Nous fûmes agréablement surpris de voir apparaître les côtes de Bosco ! Un certain respect s'était installé entre moi et Leito, car oui… Il m'avait dit son nom comme le reste de la bande. Les autres, je m'en fichai un peu. Je me contentai d'être relativement courtois avec les femmes et pseudo-amical avec Drail, qui me semblait louche... Mais ce n'était sans doute qu'une intuition foireuse... Je l'espérai.

Nous abordâmes les terres de ce royaume sympathiques au premier coup d'œil, puis intéressantes à la réflexion. Notre petite troupe s'échangea quelques regards... Le chaos allait submerger cette contrée anciennement tranquille... De villages en villages, de pillages en pillages, de massacres en massacres, nous traversâmes la partie du pays dans laquelle nous étions ! Nous nous dirigeâmes vers le château du compte ou seigneur de la région... Muda, muda, muda ! Toutes ses défenses étaient trop faibles ! De pitoyables soldats se dressaient ridiculement sur notre route !

La férocité du mage de sang que se révélait être Leito… La grâce et l'intelligence des demoiselles de la troupe… La ruse et les manipulations de Drail, combiné à ma puissance brute redoutable... Ne firent qu'une bouchée de ces insectes ! D'une ultime tentative, le gouvernement du nobliau nous envoya des mages... Pitoyable ! Tous me servirent de déjeuner, mouhahahaha ! Je remarquai aisément que plus nous nous battions… Plus certains liens semblaient se tisser entre mes camarades de route. Soit, si ça les amusait... Pour ma part, seule la momie sanglante avait mérité mon respect.

Cela ne voulait pas dire que les autres n'étaient rien... Mais j'avais du mal à faire preuve de sympathie envers eux. Qu'importait ! Nous nous mîmes à voir au-delà de ce qu'on avait pu imaginer. Le maître de la contrée était incapable de nous déloger... Nous pensâmes légitimement que sa place nous revenait de droit ! Et le sal*ud était bien installé… Un château-fort relativement impressionnant... Sa position était pas mal stratégique, sur un flan de falaise... Ne laissant qu'une seule possibilité d'attaque.

Je me mis à sourire de mon air le plus effrayant et j'allais avec mes acolytes entrer en plein cœur d'une bataille épique ! Nous lançâmes l'offensive une année après notre débarquement. Nous fondîmes sur nos proies, dépourvues de toute-puissance magique et les annihilâmes ! Ils ne purent résister à nos forces réunies… Nous fîmes donc un bûcher de victoire ! Au départ, le manieur de sang voulut cramer tous les cadavres des anciens résidents... J'affichai mon mécontentement, le gaspillage de viande n'était absolument pas tolérable !

Je pris quelques corps en réserves et commençai à les dévorer dans mon coin, pour fêter notre triomphe comme il se devait. L'odeur putride de leurs cadavres allait prévenir les villages adjacents, de la venue d'un fléau infernal... Et à partir de ce jour, nous avions le pouvoir. Nous étions les maîtres de cette infime partie du continent d'Earthland... Et je me demandai intérieurement si nous allions vraiment nous arrêter à cela...

Le vicelard, oui ce Drail machin-chose... Malgré les apparences douteuses, il était un véritable magnat des comptes. Il organisa le plus gros du boulot, recruta des soldats de fortune pour maintenir notre ordre. Toutefois... J'appris une chose qui me fit que peu plaisir. Il faisait croître l'esclavage et en faisait notre source principale de revenu avec Delva. Ayant été privé de ma liberté dès ma naissance, je ne pus accepter cela !

Profitant d'une journée où la momie et les autres n'étaient pas avec le grand manitou... J'entrai dans son bureau en enfonçant la porte, comme le gentilhomme que j'étais... Puis je lui dis que nous devions causer. Ma franchise sans limite lui déballa tout ce que j'avais sur le cœur... Si j'en avais encore un. Le perfide manipulateur essaya de la jouer fine avec moi, mais je persistai dans ma voie. Ce fut une conversation à sens unique...

Au bout du compte, il arriva à me faire changer d'avis. Il me parla de me fournir en nourriture -humaine-, alors que de mon côté… Je devais revêtir mon titre de gladiateur. De mon ton insolent, je lui demandai pourquoi. Il me dit que nous allions écumer les arènes de notre zone de contrôle, lui allait les acheter, de la manière qu'il voulait. Et moi dans cette terrible et répugnante histoire ? J'allais être son champion et ainsi, gagner nombre de combats pour empocher les joyaux qu'il appréciait tant...

Le marché était tentant... En plus des humains à manger, j'allai avoir ma dose de combat... Je réfléchis de longues secondes... Me tâtant légèrement le menton, devrai-je accepter ? Ou non ? Raaah ! De toute manière vous le savez bien, bien sûr que oui que j'acceptai ! Ceux appelés « gladiateur » allaient morfler ! Nous fîmes cela alors... Ce qui nous permit de renforcer notre relation qui était de base... Pas si solide que ça.

Je remportai relativement facilement les combats, puis dans un premier temps fis gagner des sommes non-négligeables à notre cher radin. Il y avait bien des fois où je devais simuler ma défaite, car certains avaient truqué leurs paris. Mais à la suite des combats... Nous les retrouvâmes, moi et le filou et je leur fis regretter ma pseudo-défaite… Mis à part ces petits trafics, je pouvais vagabonder ici et là… Tuer les personnes que je voulais, me nourrir tel le cannibale que j'étais... Ce mode de vie m'était fort agréable et le gouvernement de Bosco aimait nous envoyer des émissaires pour « négocier ».

Leurs échecs pitoyables leur apprirent qu'il serait peut-être préférable de nous envoyer des assassins... La nuit... En traître... Je haïssais ce genre de comportement ! Je dormais très peu, donc par moment il m'arrivait de marcher sans but dans notre immense demeure... C'est là que je les vis ! Une flopée d'expert d'assassinat... À ce qu'il paraissait, il n'y en avait pas que devant mes yeux, mais aussi dans d'autres parties du château... Damnés soit-ils ! Ils allaient goûter de notre puissance !

Même si en ce moment, j'étais un peu seul... Et bien, un peu de magie s'imposait peut-être. Le combat fut plus compliqué que ce que je pensai, il savait y faire ces petites... Femmelettes ! Mais ils avaient osé sous-estimer le grand Eden Déodras ! Le seul et unique Nightmare Bringer ! Et pour cela... Ils devaient tous mourir sans aucune exception ! Je leur balançai de bonnes doses de magie pure aux couleurs cauchemardesques dans leurs faces !

Quitte à détruire un peu notre logement, au moins ces mécréants étaient réduits au silence ! Dans ma fureur… Je m'enveloppai de mon aura d'énergie pure et volai en direction de mes compagnons. Pour directement suivre les fuyards à la vitesse de l'éclair ! J'en avais rattrapé une bonne poignée ! J'en salivai d'avance, je me mis devant eux, les assommai d'une attaque... Assommante, puis j'approchai exagérément lentement en leur direction.

Je pris grand soin à leur expliquer étape par étape, ce que j'allai leur faire... Tout d'abord, briser leurs jambes et leurs bras ! Une fois cela dit, j'enchaînai... Planter mes ongles dans leur peau et leur arracher copieusement pour l'ingurgiter devant leurs yeux amplis de terreur... Crever leurs globes oculaires, mais surtout ! Leur extirper après... Ouvrir leur ventre, pour y faire sortir leurs tripes ! Bon et après tout cela... Je dus me mettre au travail...

Mon festin terminé, je me rendis compte que le reste avait filé... Enfer et damnation, tout cela ne m'aidait pas. Je dus refuser l'idée de les traquer seul et rejoindre le reste de la troupe... Tout en ayant mon visage encore rempli du sang de mes récentes victimes... Ainsi, nous nous mîmes en route pour leur faire payer ! Tout le monde était en rage, cela me fit plaisir de voir un peu cette émotion sur leur visage. Tous avaient une manière bien à eux de la montrer, c'était... Excitant !

Cela fut long et laborieux, mais nous finîmes par arriver à la base ennemie. Nous déchaînâmes notre colère, tel un dieu marin antique qui déchaînait les océans ! Nous fûmes aussi efficaces qu'une tornade détruisant une cabane ! Plus dévastateurs qu'un tsunami balayant un village, mais surtout... Plus cruel que le plus fou des démons... Ils tombèrent un à un sous notre domination, succombèrent sous nos assauts et furent dévorés par nulle autre que moi.

Sur le chemin, la gamine proche de Leito ramena ce qui semblait être une prisonnière. Je crachai un bon crachat à terre. Nous n'avions pas besoin d'un nouveau membre ! Tss... Étant contre cela, je me mis à l'écart et n'écoutai même pas ce qu'elle dit. Après tout, quelqu'un me dirait sans doute un court résumé… Juste ce que j'avais besoin de savoir. Ah qu'est-ce que je disais ?! L'on me dit que le gouvernement de ce pays était bien impliqué... Et ce que je ne savais pas ? Non parce que là... C'était une évidence même, un attardé aurait pu faire le rapprochement ! Bref, on me dit le nom et une bride de l'histoire de la demoiselle recueillie.

S'ils n'étaient capables que de cela... Rien ne garantissait leur victoire sur nous. J'étais confiant, avec nos capacités réunies nous pouvions vaincre n'importe quel obstacle ! Enfin... C'est ce que je croyais à ce moment... Les mois défilèrent calmement, sereinement... Tranquillement... Trop pour être honnête. Je redoutai le pire, j'avais déjà affronté nombre d'ennemis, mais là... Si Bosco allait agir, ça allait être une armée entière qui nous tomberait sur la gueule !

Et malheureusement, j'eus raison de redouter cela. Non loin de notre troisième année en ces lieux, nous fûmes encerclés de toute part ! Ces sal*peries de mercenaires avaient été achetées ! Maudit soient-ils ! Des mages et plusieurs escadrons de fantassins les avaient rejoints ! Damned ! Tout ceci sentait la merde et à plein nez… J'allai sortir de nos remparts, pour leur donner une bonne leçon de vie, cependant... Mes partenaires me ramenèrent sur terre... C'en était fini de nous.

Je pestai contre notre défaite... Mais dus partir rejoindre mes amis qui étaient en route pour un passage d'urgence, menant à une grotte et une embarcation. Ce chemin de traverse semblait construit pour une occasion comme celle-ci... Nous embarquâmes sur notre navire, puis abandonnâmes nos terres durement -enfin pas tant que cela- gagnées... Nous avions tous une haine incommensurable, qui gisait en nos âmes. Durant notre voyage, nous pouvions à peine nous regarder... Nous étions honteux, en colère, mais surtout désireux de vengeance !

Les sept plaies du chaos furent créées en ce jour maudit... Nos erreurs nous étaient apparues comme le nez au milieu de la figure... Nous devions être plus puissants, plus discrets, mais aussi feinter des alliances... Avoir d'autres alliés, même si je n'aimai point manipuler pour mon profit... Mon honnêteté me faisait peut-être défaut de ce côté-là... Mais qu'importait... Le Nightmare Bringer était mort en ce jour... Mais il avait tel un phénix ressuscité de ses cendres ! En portant comme nouveau nom, Paragon of Devastation...

Je rejoins les rangs de Dark Dragon, une guilde noire ne voulant que le chaos… Alors que mes acolytes partirent pour Thunder Light, une guilde rebelle. Le mois qui passa fut une chance pour moi de m’entraîner. Vous savez… Pour un peu oublier cette histoire. Me défouler sur deux ou trois crétins ! Chaque jour que je passai était une journée intensive… Chacun de mes coups étaient destinés à ces sal*pards de Bosco… Mais je devais contenir cette colère. Voilà, ceci était mon histoire, et elle était loin d'être terminée...
Revenir en haut Aller en bas

[PEGI 18] L'histoire d'un divin... Moi !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RP commun - dossier-