FERMETURE DE TNG
1 mois Rp = 3mois réels
Nous sommes actuellement au mois d'octobre x989, sortez vos manteaux d'automne! Prochain changement de mois en juillet.
Suivez-nous !
Hall of Fame
Résultats Printemps 2017
Arno
Rplayeur
Sky
Floodeuse
Stella
Newbie
Namida
Staffeuse
Flame
Voteuse
Sky
Honneur
RSS
RSS



 

Partagez| .

Let's have fun [PV Ten]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Amberly Roselande

avatar

Féminin Messages : 69
Date d'inscription : 03/08/2016

Feuille du Mage
Surnom: Lady Nightmare
Magie: Shadows of dreams
Points de Puissance:
300/1100  (300/1100)


MessageSujet: Let's have fun [PV Ten] Ven 20 Jan 2017 - 19:58

Let's have fun
06 septembre x989

Le théâtre de sang donne toujours des représentations, mais à moindre effort. Les membres de la troupe sillonnent les rues drapés de leur long voile d'ombres rappelant à la population qu'elle n'est pas en sécurité. Pourtant, si l'on remarque bien, l'on peut voir certains acteurs prendre plaisir aux petites choses de la vie ... comme le magasinage par exemple.

Amberly Roselande
Ten Handoru

Que savons-nous réellement des évènements du théâtre de sangs ? De cette guerre qui ravage nos terres, détruit nos familles et brûle notre amour propre ? Que faites-vous pour cesser tout cela ? Rien. La plupart d’entre vous ne font rien. Vous restez là, dans l’ignorance, pleurnichant vos morts et maudissant les meurtriers. Vous ne savez que parler et pleurer. Au lieu de cela, agissez ! Les belles paroles ne valent rien si elles sont ternies par le manque d’actions. Geindre n’arrangera pas ce qui a été fait. Les larmes versées et le sang coulés ne vous seront pas rendus. Alors, cessez de chercher des coupables et regardez autour de vous.  Regardez vos familles, vos amis, vos voisins et vous-même. Ils sont là ! Ce sont les coupables du théâtre de sangs ; les spectateurs, ceux achetant avec frénésies les billets noircis par la peur du changement. N’ayez pas honte ! Venez ! Venez contempler le spectacle que vous avez tant demandé !  Après tout, nous, les acteurs, sommes là pour vous divertir.

C’est ainsi qu’est né le théâtre de sangs ; des larmes de l’ignorance et du déni des spectateurs.

Néanmoins, ils ne sont pas les seuls fautifs dans l’histoire. Que serait un théâtre sans acteurs ? Ces ombres bravant les règles pour offrir ce qu’ils appellent la « justice ». Rien. Le théâtre n’existerait pas et le conseil de magies continuerait à se croiser les bras prétextant diverses tromperies pour paraître plus grands aux yeux des ignorants. C’est pour cela qu’il est tombé, brisé par les griffes des dragons et la foudre de ceux s’étant tournés vers le côté sombre de la magie. Ils ont su faire ce que vous étiez incapable de dire « Non ! ». Certes, je n’aurais pas fait les choses de cette façon, mais parfois, il faut faire des sacrifices pour avancer et, le conseil de magies en était un. Je ne vous le cacherais pas, j’ai ma part de responsabilité dans ce qui c’est passé il y a deux ans. Dans les coulisses de la guilde de Dark Dragon, j’ai tout mis en œuvre pour leur permettre d’entrer au sein du conseil afin de le détruire. Était-ce de ma faute ? Non. Je n’ai fais que tirer les ficelles dans l’ombre d’une guilde ignorant que je n’étais pas réellement l’une des leurs et le prélude du théâtre m’a permis de leur prouver ma valeur.  J’ai payé de mon sang et de mon orgueil chaque marche me rapprochant du piédestal où je me suis perchée, attendant qu’on m’offre sur un plateau d’or les informations dont j’ai besoin pour continuer ma véritable mission. Les batailles ont été rudes, mais j’ai prouvé au conseil de magies et à Dark Dragon, que mes ombres servaient leur côté. Pour l’heure, je reste un agent dormant au sein d’un gouvernement dictateur emprisonnant par la peur ses habitants et privant les mages des guildes.

(…)

Je suis confortablement installée sur mon lit, au quartier général d’Akurio, refuge des anciens membres de Dark Dragon. La chambre est petite, ne comportant que le stricte nécessaire pour vivre ; un lit, une commode remplis de vêtements, un miroir muraux derrière la porte, un paravent cachant mon lit et une fenêtre menant à l’extérieur du complexe. Le tout, dans le style crasseux d’Akurio. Vivement mes appartements à Crocus. Au moins, Mme Kamakura à du goût en matière de décorations.

Il doit être minuit dépassé, pas plus. Je ne trouve pas le sommeil, mais dans ce repaire d’assassins, c’est normal. Les anciens membres de Dark Dragon sont pour la plupart des meurtriers, des mages noirs. Par mes actions, je fais partie de ce lot. Je n’en ai pas honte. Le théâtre de sangs est toujours en marche et nous devons faire des sacrifices pour pouvoir avancer et cela comporte aussi de faire des choses horribles envers moi-même.  C’est pour cela que je repense à Eden, bravant le froid de Yuyama à la recherche de connaissances et à Éléanor, vivant à Undine’s Tears parmi les anciennes fées. À nous trois, nous formons The Trinity. Pourtant, nous ne vivons pas dans la même ville, le même territoire. Nous restons constamment séparées pour mieux obtenir de l’information. C’est un processus douloureux, mais nécessaire pour la survie de l’humanité.

Demain, je dois rencontrer un potentiel client à Cliver en compagnie de Ten, un ancien membre de Dark Dragon. Je compte prendre un peu de temps pour moi-même, décompresser un peu de tout ça. J’espère que la gamine se prêtera au jeu. Je me retourne dans mon lit, cachant, comme lorsque j’étais petite, mes peurs dans un tiroir, caché au fond de mon esprit. C’est mon seul moyen pour dormir, espérer pouvoir fermer, ne serait-ce qu’un instant, les yeux.

(...)

Le soleil se lève tranquillement réveillant une horde d’assassins pour la plupart sans cervelle, sans émotions. Pourtant, ils restent des humains. Pitoyables et influençables, mais des humains. Ils sont si ridicules, croyant, pour la plupart que de massacrer des vies innocentes est une bonne source de revenue. Je termine mon verre d’alcool lorsque j’aperçois l’enfant devant m’accompagner pour la rencontre du commanditaire. Je la rejoins sans dire mots. Cachée derrière la capuche de mon long manteau noir, nous partons vers notre lieu de rendez-vous.

(...)

Cliver ! Nouveau trophée de notre alliance obtenu durant les premières batailles de la guerre. Autrefois si débordante de vies et de fêtes aux mille couleurs agrémentées d’alcools et de cocktails en tout genre. Désormais, ce n’est plus qu’une pâle copie d’Akurio, avec un cachet exotique en plus. Au moins, les plages de sables fins offrent une vue imprenable sur de potentiels cibles complètement torses nus.

Le commanditaire tarde à venir. Décidément, il ne connaît pas la ponctualité.

« Et si on allait faire les magasins ? Tu aurais grandement besoin d’une nouvelle garde-robe. »

Je n’attends pas la réponse de la jeune fille. Je la traine par la main dans une boutique pour femmes très tendance que j’ai découvert lors de l’un de mes contrats de mannequina.  

Je fouille les rayons à la recherche de morceaux permettant de mettre ce potiron en valeur. Décidément, les membres de Dark Dragon ne font pas attention à leur apparence en public. Je m'approche d'un pas rapide et excitée de l'enfant apportant avec moi divers morceaux de vêtements dans les tons pastel, gris, kakis et verts. Parmi ceux-ci, des sous-vêtements plus féminins et appropriés pour des tenues descentes pouvant être portée par des filles de son âge.

« Essaie ça! Je sais, tu n'es pas très habituée à ce type de vêtements. »

Je pointe le haut jaunâtre que porte Ten tout en lui montrant par la suite ses cheveux rougeoyants.

« Surtout évite le jaune chérie, ça ne te met pas en valeur. Ça te donne un teint maladif et c'est horrible à regarder!»

Je place rapidement le premier vêtement de manière à ce que Ten puisse s'admirer dans le miroir avec l'effet que pourrait donner sur elle la petite robe dans les tons verts mordorés que je tenais dans mes mains. Celle-ci s'attachait délicatement à l'aide d'une boucle à l'avant, cintré au dessus des hanches. Vu la grandeur de la jeune fille, la robe devrait lui descendre juste en dessous des genoux. Ce qui devrait découper adéquatement ses atouts féminins.

« Allez! Enfile-moi ça avec ça, lançais-je en lui lançant des sous-vêtement adaptés pour la robe, et aussi cette paire de collant.»

Je pousse ensuite la jeune fille dans la cabine d'essayage puis, je pose le reste des morceaux à ma droite espérant avoir bien choisie. Je magasinais rarement pour les autres, mais être vu en compagnie du potiron mal habillé, non merci!


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°




FichesChambre d'Amberly
Je séduis en #aa3f49 ✦ Trois roses

Revenir en haut Aller en bas

Ten Handoru

avatar

Féminin Messages : 774
Date d'inscription : 22/11/2014
Localisation : Comme si je le savais

Feuille du Mage
Surnom:
Magie: Changeling
Points de Puissance:
930/1700  (930/1700)


MessageSujet: Re: Let's have fun [PV Ten] Mar 14 Fév 2017 - 5:39




Let's Have Fun


Feat. Amberly Roselande


Eh toi ! Oui, toi. N’as-tu donc rien à faire de mieux que de regarder par cette fenêtre ? Tu as lu quelque part que c’est ce que les gens normaux font quand ils ne se sentent pas bien. Tu as voulu essayer, toi aussi. Tu n’as pas de raisons particulières à faire ça, tu ne te sens jamais bien. C’est étrange, tu n’autorises personne à s’apitoyer sur ton sort, même pas toi-même. Qu’est-ce que tu cherches à voir à travers cette fenêtre ? Sur ce mur de briques recouvert de sang-séché. Tu t’excuses une nouvelle fois. Pour Bô, comme pour le mur.
Tu veux que la pluie l’efface mais il semble que les tuiles en aient décidé autrement. Comme ceux qui passent du temps sur les tombes de leurs défunts proches, tu le passes avec le mur. Tu lui parles, lui racontes ce que tu as de prévu. Rien n’a changé pour toi, la guerre n’a en rien affecté ton quotidien. Tes missions ont changé, tes connaissances se sont étendues. Tu as pris toutes ses batailles et ses sacrifices pour un simple changement dans ta routine de vie. C’est triste de réduire tous ses morts et ses tragédies à une péripétie quelconque dans ta vie. Tu ne te pas coupable, tu ne sens jamais coupable. Ta vision des choses est affligeante, tu en as conscience.
Tu imagines parfois être une mage d’Opale, avec une équipe et des amis tous souriants. Des soirées entre filles et des missions où des enfants et parents viendraient te remercier du fond de leur cœur. Une vie que tu n’auras jamais. Parce que tu n’as pas eu de gentils parents pour t’apprendre les bonnes valeurs, parce que les épreuves que tu as connues t’ont faites perdre foi en l’humanité. Les seuls moments où tu comprends le mal que tu fais, c’est quand un enfant t’aperçoit. Tu ne veux pas rendre quelqu’un aussi malheureux que toi. Mais combien la guerre a-t-elle créait d’enfants tels que toi ? Ce sont les valeurs que tu partages avec ton père. Peu importe ses victimes, il ne veut pas faire souffrir les « marmots des faibles », comme il dirait. La vie à Bosco te manque, ta famille te manque, ta mère te manque et Sophie te manque. Repartir loin de ce pays qui a perdu sa joie de vivre. Sophie ne serait pas restée ici. Veux-tu réellement rester ici, toi ?
Tu jettes un rapide coup d’œil au cadran qui trône au-dessus de la porte. Tu vas devoir partir. Une de tes collègues doit déjà t’attendre. Tes pensées pourtant si philosophiques s’arrêtent avec une facilité déconcertante. Tu les oublieras d’ici la fin de journée, puis un beau jour où tu insinueras que ça ne va pas, tu reprendras tout depuis le début. Un début qui change à chaque fois, où est-ce que tes doutes ont commencé. Quand était-ce la première fois que tu as rêvée d’une autre vie ? Sors d’ici, arrête de réfléchir. Tu pourrais tout foirer, encore une fois.
Tu ne prends pas la peine de jeter ton sac à ton épaule comme d’habitude, tu le laisses trainer derrière toi en descendant les escaliers. La tête inclinée vers le sol, tu comptes les pas jusqu’au QG, et si par malheur tu heurtes quelqu’un, tu ne t’excuses pas. La mission t’envoie sur Cliver. Les bateaux de pêche peuvent t’emmener à Bosco. Tu sais que ça se passera comme ça un jour. Tu embarqueras pour le premier navire sans prévenir personne de ton départ ou de ton arrivé. Tu fais plus souvent dans la spontanéité. Tu n’as peut-être plus ta place ici.
Tu arrives à destination malgré le manque d’attention que tu as porté à la route. Tu dois être en retard. Sans doute. Tu entres en faisant semblant de chercher ta partenaire du regard. Tu reconnais la jeune femme qui te dépasse sans un mot, bonjour l’amabilité. Le long manteau noir te déplaît affreusement. On est plus de Dark Dragon, on a plus besoin de ressembler à ses assassins sans visage que le monde craignait autrefois. Tu estimes qu’à Kusa, on se doit d’afficher qui l’on est, tu pensais la même chose du temps où le tatouage de ton poignet signifiait quelque chose de concret. Tu lui laisses de l’avance, le chemin se fera en silence, tu le sais déjà.
Tu t’arrêtes parce qu’elle aussi s’arrête mais en réalité, tu ne sais pas si vous êtes arrivées. Tu ne prêtes attention à rien. Tu ne cherches pas à reconnaitre les lieux. Ta collègue doit te penser dépressive, ce n’est pas loin. Ce n’est qu’après plusieurs minutes – ou dizaine de minutes – qu’elle se décide à parler.

-Et si on allait faire les magasins ? Tu aurais grandement besoin d’une nouvelle garde-robe.

Tu peux lui accorder ce point. Tu portes les vêtements d’une enfant habituée à se salir. Le manque de féminité n’est pas un problème pour toi. Tu as toujours pensé qu’être pomponnée n’importait que pour les personnes du sexe opposé. Sans ton petit-ami dans les parages, il n’y a aucune chance pour que tu fasses un effort.
Elle attrape ta main et t’attire dans une boutique qui lui semble familière, au gout du jour, dirait-on.
Tu te décides à jeter un coup d’œil en la voyant si concentrée dans les rayons. Faire les magasins pourrait s’avérer amusant. Pas le temps d’attraper quelque chose qu’elle revient avec plusieurs pièces de tissu.

-Essaie ça! Je sais, tu n'es pas très habituée à ce type de vêtements.

Parce que CA se lit sur ton visage ? Elle aurait le don de te faire complexer. Tu n’es pas de nature jalouse et pourtant, tu lui envies son physique. Mère nature ne t’a pas gâté niveau atout féminin.

-Surtout évite le jaune chérie, ça ne te met pas en valeur. Ça te donne un teint maladif et c'est horrible à regarder! S’exclame-t-elle en pointant ton débardeur et tes cheveux.

Les cheveux roses étaient beaucoup plus compliqués à assortir, elle a peut-être remarqué tes racines plus claires. Elle place une robe devant toi pour que tu puisses te voir dans le miroir avec elle. C’est… inhabituel, mais tu veux bien te prêter au jeu. Elle n’a pas mauvais goût, visiblement. Tu ne serais pas surprise d’apprendre qu’elle travaille dans le milieu de l’esthétique en plus de Kusa.

-Allez! Enfile-moi ça avec ça et aussi cette paire de collant.

Tu la laisses te pousser dans la cabine et tire le rideau par toi-même. Tu t’exécutes à essayer ce qu’elle vient de choisir. Tu étales ton débardeur et ton short dans le coin et en attrapant les sous-vêtements, il te semble bon de préciser :

-J’ai dix-neuf ans même si ça ne se voit pas…


Elle t’a probablement entendu, tu la sens faire le guet de l’autre côté du tissu bordeaux épais. Tu enfiles les vêtements à la hâte et tentes d’attacher correctement cette chose que tu portes. Tu l’admets, tu aimes ce genre de vêtement. C’est quelque chose qui remplit ta penderie chez ton père, le seul endroit où tu n’as pas honte de t’habiller comme ça. Tu penses avoir l’air naïf et faible dans une robe. Ca n’aide pas le côté enfantin de ton visage.
Tu finis par sortir, prête à entendre une remarque désagréable. Mais tu préfères sourire.

-Il faudra des chaussures appropriées avec ça, non ?

Tu te regardes une nouvelle fois dans la glace, peu convaincu à l’idée de te balader dans Akurio comme ça.

-Ce n’est pas très pratique pour se battre…

Tu aimes que les choses soit pratiques plutôt que jolies. Ce n’est pas un défaut, si ?

-Je m’appelle Ten, au passage. Mais les supérieurs ont dû te le dire.


Tu retournes dans la cabine en lui lançant un regard interrogateur, quelque chose d’autres à essayer ?

-J’ai l’air quiche avec ça ?



°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°



De ma citrouille ♥ :                                                       -
     ~    
Revenir en haut Aller en bas

Amberly Roselande

avatar

Féminin Messages : 69
Date d'inscription : 03/08/2016

Feuille du Mage
Surnom: Lady Nightmare
Magie: Shadows of dreams
Points de Puissance:
300/1100  (300/1100)


MessageSujet: Re: Let's have fun [PV Ten] Dim 26 Fév 2017 - 22:15

img_entete
Let's have fun
Feat. Ten Handoru
Je patiente tranquillement devant la cabine d’essayage, le rideau tiré afin que je ne regarde pas mon cobaye avant que celle-ci soit prête à se montrer, lorsqu’une jeune femme, début trentaine à l’allure élégante, passe devant moi en me jetant un regard de dégoût tout en m’examinant de la tête aux pieds. Mon sang bouillonne dans mes veines, je déteste qu’on m’observe comme j’ai l’habitude de le faire avec ceux que je considère comme des insectes. Pourtant, vêtue comme je le suis, je ne suis probablement, aux yeux de cette femme, qu’un rejet de la société, un assassin brisant les règles et détruisant des familles dans le seul but de m’amuser. Elle passe son chemin sans me permettre de répliquer. J’aurais bien envie de lui montrer ce dont elle m’accuse, uniquement pour lui donner raison, uniquement pour lui donner la peur de sa vie.

« J’ai dix-neuf ans même si ça ne se voit pas… »

J’entends la voix de ma coéquipière à travers le rideau épais me révélant son âge avec une pointe d’agacement. Si ce potiron s’habillait comme une femme, elle n’aurait pas à le spécifier à qui voudrait l’entendre. Je lâche un petit rire à peine perceptible. Comme si elle pouvait comprendre les subtilités de l’art d’être une femme. Pourtant, elle sort de la cabine d’essayage avec le sourire.

« Il faudra des chaussures appropriées avec ça, non ?  »

Elle n’a pas tort, une robe de ce genre nécessite de belles petites chaussures, c’est pourquoi j’avais déjà palliés à ce « problème » en trouvant deux modèles qui s’agenceraient bien avec la robe en question.

« Ça ne sera pas difficile à trouver.  »

Mon cobaye se retourne vers le miroir de la cabine, elle ne me semble pas complètement satisfaite du résultat. De quoi se plaint-elle ? C’est mille fois mieux que ces vieilles guenilles qu’elle portait quelques instants plus tôt.  

« Ce n’est pas très pratique pour se battre  »

« Ce n’est pas fait pour se battre, mais pour plaire», lui lançais-je sur un ton enjôleur.

Bien que cela m’agace, elle a raison sur un point ; cette tenue n’est pas faite pour se battre. C’est surtout une tenue permettant de plaire à l’agente masculine. Un atout précieux lorsqu’on recherche une proie que l’on sait aisément influençable par de petites accolades intimes et d’un décolleté appétissant. Naturellement, elle ne pouvait pas savoir combien de fois j’avais utilisé cette méthode pour charmer une future victime et l’amené dans un coin sombre pour ensuite lui enlever toute dignité en mettant fin à ses jours. Enfin, avec son physique, peu de chance que ma méthode fonctionne avec elle.

« Je m’appelle Ten, au passage. Mais les supérieurs ont dû te le dire.  »

« Non. Ils préféraient probablement que l’on fasse connaissance … Katharina.

Katharina. Mon prénom d’emprunt à Kusa. Celui par lequel mes supérieurs et mes coéquipiers m’appellent lorsqu’ils souhaitent me parler. Ce prénom. Il n’est relié à aucun évènement de mon passé, rien ne m’y attache si ce n’est que les crimes que j’ai commis sous celui-ci.

« J’ai l’air quiche avec ça ? »

Je soupire. Les gens ne sont jamais satisfaits lors des nouveaux changements. Il y a toujours un moment où ils semblent doutés, persuadés que leurs anciens « eux » restera la meilleure copie. Je me lève tout en m’approchant doucement de Ten. De ma main droite, je place devant elle un petit chemisier bleuté légèrement décolleté et dentelé laissant à l’air libre une partie des épaules et de ma main gauche, une paire de short noirâtre classique. Naturellement, la boutique ne possède pas le type de bottes que je juge adéquat pour l’ensemble.

« Tout aussi féminin, mais approprié pour les combats. Quand penses-tu ?», lui demandais-je en affichant un léger sourire sous ma capuche d’assassin.

Cette fois, je ne lance pas la jeune fille dans la cabine. Je la laisse s’admirer dans le miroir quelques instants afin qu’elle prenne elle-même la décision d’essayer ou non les morceaux que j’ai placé devant elle. Pour cela, je place les cintres parallèlement tous en les lui remettant. Je retourne ensuite sur le banc devant la cabine, croisant mes longues jambes. C’est à cet instant que la même femme passe de nouveau près de nous en me lançant un nouveau regard de désapprobation.

« Cette fois, elle ne s’en tirera pas», sifflais-je entre mes dents.

D’ordinaire, je déteste les proies faciles. Néanmoins, celle-ci m’a tellement regarder de haut avec son air de « princesse des glaces «  que je risque tout de même de m’amuser un peu. Je ris intérieurement. Magasinage et plaisir rimait souvent ensemble pour une personne telle que moi, pourtant, cette fois, les choses allaient être légèrement différente.

Qu’est-ce qui pourrais bien lui faire peur ? Quels cauchemars lui enlèveraient son sourire tout en me redonnant le mien ? Je sais ! Ho ! La belle idée ! Mes yeux s’illuminent, même si cela n’est qu’à peine perceptible. Je ne crois pas me tromper lorsque j’affirme que sa beauté est tout pour cette femme. Aussi bien la rendre la plus laide possible. Lui montrer ce qu’elle serait sans son « beau visage hautain ».

La jeune femme passe devant l’un des miroirs de la cabine puis, elle se met à hurler. Un cri d’horreur. Elle ne cesse de marmonner, tout en s’accrochant à la glace : « Mon beau visage, que devient mon beau visage ? ». Puis, la victime tombe en larme tandis que plusieurs autres clientes et commis s’attroupent autour d’elle se demandant ce qui se passe. Naturellement, seule la vue de la cible est affectée, les autres ne voient rien d’anormal sauf peut-être une folle s’accrochant à un miroir.

« Beaucoup plus amusant ainsi … tu ne penses pas Ten ?», demandais-je à ma coéquipière en l’observant.



°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°




FichesChambre d'Amberly
Je séduis en #aa3f49 ✦ Trois roses

Revenir en haut Aller en bas

Ten Handoru

avatar

Féminin Messages : 774
Date d'inscription : 22/11/2014
Localisation : Comme si je le savais

Feuille du Mage
Surnom:
Magie: Changeling
Points de Puissance:
930/1700  (930/1700)


MessageSujet: Re: Let's have fun [PV Ten] Sam 11 Mar 2017 - 14:27




Let's Have Fun


Feat. Amberly Roselande


Elle s’appelle donc Katharina. Tu trouves que ce prénom lui va bien. C’est princier, élégant, une femme de pouvoir qui sait ce qu’elle veut. Du peu que tu lui as parlé, c’est comme ça que tu l’imagines. Elle semble sûre d’elle, pas forcément hautaine, tu te verrais bien engagé une conversation à débat avec elle. Sa froideur te rappelle quelqu’un sans que tu ne saches qui.
Elle soupire à ta remarque précédente. Elle ne sait pas ce qu’est le manque de confiance en soi, ça parait évident. Elle n’abandonne pas pour autant et replace d’autres vêtements entre toi et le miroir comme pour la robe d’avant. Tu préfères ceux-là.

-Tout aussi féminin, mais approprié pour les combats. Quand penses-tu ? Te demande-t-elle en souriant.

Tu lui rends son sourire et prends délicatement les cintres qu’elle te tend. Tu t’en vas les essayer de ce pas. La robe tombe à tes pieds, tu l’envoies dans un coin. Tu essaies de te dépêcher, ne pas trop la faire attendre même si l’endroit semble lui plaire. Tu enfiles le chemisier d’abord et t’admires quelques secondes dans le miroir. Les épaules légèrement dénudées te donnent l’impression d’une fille aguicheuse, séductrice. Ça te plaît. Cette femme a bon goût. Tu coinces le bas du vêtement bleu dans le short, laissant un peu les pans flottaient. Tu espères qu’elle ne te rapprochera pas cet ajustement.
Tu sors, fière de toi et fais même attention à ta démarche. Tu l’observes, pensive. Tu reconnais une petite lueur de malice dans son regard que tu suis. Une femme d’âge moyen accapare son attention, elle continue de déambuler dans les rayons jusqu’à s’arrêter devant un miroir, horrifiée. La pauvre fille hurle à s’arracher les cordes vocales puis marmonne frénétiquement « Mon beau visage, que devient mon beau visage ? ». Une véritable folle, elle s’accroche à son reflet comme une mère s’accrocherait au cadavre de son enfant. C’est pathétique mais… Que c'est-il passé ? Tu comprends, après quelques secondes de réflexion. Elle voit une tout autre réalité dans ce miroir. Ton regard se porte à nouveau sur Katharina. Tu te rapproches d’elle :

-Beaucoup plus amusant ainsi… tu ne penses pas Ten ?

À nouveau, tu bloques sur la jeune femme hystérique et l’attroupement qu’elle a causé autour d’elle. Ils se posent des questions à eux-mêmes et aux autres. L’un tente d’attraper son bras mais elle se débat, les pleures déforment autant son visage qu’il ne doit pas être loin de ce qu’elle contemple dans la glace. Ton attention se porte sur ta coéquipière :

-Je te l’accorde Katharina, mais c’est trop gentil.


Tu illustres tes propos d’un petit geste de la main, le plus discret possible. Exuere Alicui VestemCe sort permet à Ten de créer une zone magique autour de son adversaire qui entraine la liquéfaction de ses vêtements. Elle peut ensuite les remodeler à sa guise pour emprisonner son adversaire ou le gêner dans ses mouvements.. Tu vois cette petite vague floue de magie se dirigeait vers ta cible. À genoux dans la cabine, sa petite robe d’été se met à couler le long de son corps. Tu ne te lasses jamais de ce spectacle, le tissu devenant liquide en s’écrasant en une flaque de toutes les couleurs. Et en fonction des personnes, tu leur prends leur dignité, bouclier, crédibilité. Les vêtements ne servent pas qu’à se couvrir pour beaucoup.

-Ça lui arrive au bon endroit, au moins.

Maintenant, vous avez chacune un aperçu de la magie de l’autre.
Votre victime se couvre du rideau. Un employé veut lui tendre un peignoir, elle le griffe pour ne pas qu’il s’approche. Vous l’avez transformé en parano hystérique, félicitation. Tu ne comprends pas que l’on puisse faire preuve d’autant de vanité. Comme les gens ne pourraient pas comprendre si tu continuais à te battre après qu’on t’ait déshabillé. Loin de moi vouloir te vexer, mais, c’est peut-être toi qui as une mentalité particulière. Tu te délectes un peu de la scène et jettes un œil à la manipulatrice d’esprit.

-J’adore cet ensemble, je prends.

Vous êtes là pour faire les magasins à la base. Mais, en bons mages de Kusa, amusez-vous ! D’ailleurs, ce rideau a l’air de lui plaire, à votre victime. DurareDurare permet de donner une forme compacte à un élément, elle l’utilise souvent après « liquéfier » et « ramollir » pour lui permettre d’utiliser des armes ou des boucliers qu’elle aura créés. La quantité de magie utilisée dépendant de la taille, du matériaux et si c’est un élément magique, de la puissance de son créateur.. Elle a maintenant une nouvelle robe bordeaux aussi dure que le béton. Laisse un peu jouer ta partenaire aussi, elle a l’air d’avoir plus d’un tour dans son sac.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°



De ma citrouille ♥ :                                                       -
     ~    
Revenir en haut Aller en bas

Amberly Roselande

avatar

Féminin Messages : 69
Date d'inscription : 03/08/2016

Feuille du Mage
Surnom: Lady Nightmare
Magie: Shadows of dreams
Points de Puissance:
300/1100  (300/1100)


MessageSujet: Re: Let's have fun [PV Ten] Jeu 16 Mar 2017 - 20:05

img_entete
Let's have fun
Feat. Ten Handoru
Cet endroit est rempli de cibles trop faciles et trop faibles et ce, à un tel point que je me lasse rapidement de voir cette jeune femme accrochée au miroir tout en pleurant la perte d’une chose qu’elle n’a même pas tout en refusant l’aide extérieur. Oui, dans une telle situation, même les moutons s’entraidaient pour comprendre les plans infâmes des loups déguisés en l’un d’eux. Je me retourne doucement pour apercevoir Ten s’approcher de moi.

"Je te l’accorde Katharina, mais c’est trop gentil."


Effectivement, le châtiment était trop aimable, mais se faire remarquer plus que ce que nous l’étions n’était certes pas la meilleure des idées et ce, même si j’en avais envie. Un petit vice de temps à autre ne faisait de mal à personne (hormis les cibles visées naturellement). C’est ainsi que ma coéquipière illustre mes propos. D’un geste de la main, elle utilise sa magie et la pauvre hystérique se retrouve sans vêtement.

"Ça lui arrive au bon endroit, au moins."

"Pas faux", lui répondis-je avec un petit sourire.

La magie de Ten colle bien avec la mienne. Enfin, dans une situation comme celle-ci en tout cas. En réel combat, un mage défensif restait le plus avantageux aux vus des faiblesses de mon don. Je dois néanmoins admettre que le spectacle est un réel délice. Après tout, le théâtre de sangs continu de faire des représentations et il était temps de le faire comprendre à la populace de Cliver. Oui, nous étions toujours en guerre et ce, malgré le fait que les camps ne s’affrontaient pas directement. Un jour c’était la disparition d’un mage, un autre, une diligence n’atteignant jamais sa destination. Toutes les raisons étaient bonnes. Il fallait uniquement savoir les reconnaître. Et, malgré la croyance populaire, la coalition de Kusa n’était pas les seuls fautifs de l’histoire. À vrai dire, chaque camp jouait son rôle à sa façon. Nous avions d’une part les indécis. Ceux qui ne cherchaient pas à aider un camp en particulier. C’était, selon moi, les plus à risque de s’effondrer les premiers. Lors d’une guerre, il fallait prendre position et ce, au risque de déplaire à certaines personnes. De l’autre, les guerriers et les âmes « victimes ». Car, aux yeux de beaucoup, la fédération d’Opale ne représentait pas une réelle menace. Ils restaient perchés sur leurs petits nuages remplient de vieilles croyances. Certes, le système de guildes me manquait. Néanmoins, plus les jours passaient et plus celui-ci semblait disparaître dans l’oubli. Bientôt, dans l’histoire, on parlera des guildes comme une légende éphémère. Une relique du passé qui succomba aux ravages de la guerre. Celle qui regroupa les mages pour ensuite leur permettre de s’entretuer.  

"J’adore cet ensemble, je prends."

"Heureuse que cela te plaise !"

Ma coéquipière continue de regarder le spectacle et de l’agrémenter. Une nouvelle panique survient lorsque le rideau que portait la jeune femme hystérique semble devenir extrêmement dur. Celle-ci arrive à peine à se lever (probablement sous le poids de sa nouvelle robe). Les gens se mettent à paniquer. On cherche des coupables, des personnes à vendre aux autorités compétentes. Heureusement, les « autorités compétentes » ne semblent plus exister dans cette ville en déclin. Probablement une conséquence des dernières batailles. Nous restons donc, ma coéquipière et moi, loin des radars des employés de la boutique. Enfin, ils ne sont pas réellement des lumières. Nous sommes probablement les deux seules personnes à ne pas tenter d’aider l’hystérique griffeuse de bras. Nous ne faisons « qu’observer » la scène de loin en affichant un sourire satisfait. Sans compter mon allure improbable ressemblant très fortement à un assassin et à mon duel de regard avec ladite victime. Oui, les employés restaient des humains stupides sans le moindre jugement. Malgré la scène, je reste assise sur mon banc près de la cabine d’essayage q observer les réactions des passants.

Pourtant, je ne tiens pas en place. L’envie de m’amuser est trop grande. Cela fait longtemps que je n’ai pas eu la chance de me défouler comme ça. Que penserait Eden ? Cette pauvre âme gelée au cœur des territoires du Nord. Que penserait-elle de moi et de ce comportement ? Probablement déçue. Néanmoins, je sais qu’elle me pardonnera cet écart de conduite. Après tout, je dois me fondre dans le moule de la coalition de Kusa pour survivre tout comme elle dans celui du conglomérat du Nord. Mon corps semble soudainement endormi, comme celui d’une passante non loin de la première victime. Celle-ci tombe brutalement au sol suscitant ainsi bon nombre de regard. LamentationsPermet d'entrer dans l'esprit d'une seule personne. Durant ce laps de temps, les deux corps restent inertes et Amberly ne peut pas se défendre. Permet de causer des dégâts psychologique à la cible tout en cherchant des cauchemars.. Ce sort me permet d’entrer dans l’esprit d’une victime afin de trouver des peurs potentielles pour la suite de mon spectacle. Les apparences sont souvent trompeuses. Comme cette victime, un vrai livre ouvert, qui batifole avec de nombreux employés (et je ne parle pas uniquement que des messieurs) tout en offrant son corps pour des augmentations de salaires. C’est aussi de cette façon qu’elle arrive à joindre les deux bouts en fin de mois. Vilaine fille !

Je me réveille. J’ai trouvé ce que je cherchais. Cette pauvre femme à peur des goules. Une vieille légende que lui racontait son paternel avant de s’endormir. C’est aussi par l’une de ses créatures, lors d’un voyage à Akurio, que sa mère a péril. La belle enfance ! Je souris. Un sourire mesquin comme j’ai l’habitude. Puis, sans crier gare, la putain se met à hurlerAmélioration du sort Sensory Fears. Permet d'affecter les cinq (5) sens de la cible sans devoir entrer dans son esprit. frappant de plus belle, avec son sac à main à 10 000 jewels, l’homme se trouvant près d’elle. Elle a peur. Très peur. Pourtant, son instinct lui dicte sa conduite : « ne pas mourir comme sa mère ». Ce qu’elle voit, une goule s’approchant d’elle. La réalité ? L’homme se débat en lui demandant de se calmer. Pourtant, si la femme du miroir ne voyait qu’un reflet déformer de son visage, la nouvelle victime se retrouve avec tous ses sens affectés.

"Tu avais raison. La première fois, j'ai été trop gentille."

J’ignore si Ten comprend réellement le sens de ma magie tout comme je ne comprends pas complètement la sienne. Après tout, c’est la première fois que nous nous côtoyons. Enfin, que Katharina s’adresse à Ten. Qui sait, peut-être me connait-elle sous mon vrai nom sans réellement le savoir. Après tout, je ne suis pas camouflée pour rien.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°




FichesChambre d'Amberly
Je séduis en #aa3f49 ✦ Trois roses

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Let's have fun [PV Ten]

Revenir en haut Aller en bas

Let's have fun [PV Ten]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Coalition de Kusa :: Grandes villes :: Cliver :: Ville :: Les grands magasins-