FERMETURE DE TNG
1 mois Rp = 3mois réels
Nous sommes actuellement au mois d'octobre x989, sortez vos manteaux d'automne! Prochain changement de mois en juillet.
Suivez-nous !
Hall of Fame
Résultats Printemps 2017
Arno
Rplayeur
Sky
Floodeuse
Stella
Newbie
Namida
Staffeuse
Flame
Voteuse
Sky
Honneur
RSS
RSS



 

Partagez| .

Jeux d'influence [PV Amberly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Arno Morlusenn

avatar

Masculin Messages : 101
Date d'inscription : 06/08/2015

Feuille du Mage
Surnom: Mist
Magie: Fog Magic
Points de Puissance:
451/1700  (451/1700)


MessageSujet: Jeux d'influence [PV Amberly] Jeu 11 Mai 2017 - 19:20


   
   
   

     
     Le palais de Crocus était la manifestation physique de l’orgueil de ses habitants. Une structure monumentale à l’architecture travaillée, dont les hautes tours reliées par des arches majestueuses, et décorées de statues de marbres finement taillées, étaient une pure démonstration de pouvoir, et n’avaient aucune utilité défensive. Tout le bâtiment n’était que l’incarnation d’une élite pompeuse et illégitime, exhibant sa richesse au nez des habitants de crocus, qui avaient bien malgré eux contribués au financement de cette absurdité.

Bien qu’aujourd’hui le pouvoir royal n’était plus que l’ombre de ce qu’il était jadis, nombre d’habitants de Fiore attribuaient encore de l’importance à la famille royale et à ses décrets. De plus, celle-ci contrôlait le dernier lieu neutre de Fiore, et ce faisant un important point de rencontre entre les différentes factions. De nombreux contrats se faisaient ici à l’abris des regards, et des alliances inattendues se tissaient. Le conglomérat du Nord profitait d’ailleurs bien de la situation de Crocus, la ville étant un important lieu de passage pour les différents artefacts magiques que ma faction se faisait un plaisir de revendre au plus offrant. Je n’aimais guère cette pratique, mais c’était dans la politique du conglomérat que de fermer les yeux sur ces pratiques tant qu’elles ne mettaient pas en danger le Nord. Ce nouveau marché très lucratif avait fait de Crocus une plaque tournante pour la contrebande en Fiore. Bien sûr, cela ne se limitait pas à quelques artefacts. On pouvait ici acheter de nombreux services si l’on savait où chercher. Un important réseau de passeurs s’était d’ailleurs mis en place pour permettre, contre une excessivement chère rétribution, de passer d’un pays à un autre.

Tous ces échanges ne se faisaient que parce que la famille royale maintenait un certain statu quo, et cela contribuait à rendre à celle-ci un certain pouvoir. Pouvoir suffisant pour que le conglomérat reconnaisse son importance, et écoute les requêtes des membres royaux. C’était ce qui m’amenait ici. Une mission peu commune, adressée directement par sire Johan, neveu du défunt roi Dalir et donc cousin de ses deux enfants restant, Doraleen et Sören. A eux trois, ils constituaient tout ce qu’il restait de la famille royale, plus décimée par les querelles intestines et les assassinats que par la guerre elle-même. Ils étaient tous très jeunes. Johan, de ses vingt ans, était le plus âgé. S’il n’était pas le mieux placé pour accéder au trône, il avait le bon goût de soutenir ouvertement le conglomérat du Nord. La princesse Doraleen soutenait Kusa, et le prince Sören était pour Opale. Une bien joyeuse famille, qui se partageait difficilement le pouvoir, et dont les relations étaient à couteaux tirés.

On ne m’avait pas précisé le but de la mission. Johan avait demandé l’aide d’un mage doué en espionnage, et on m’avait envoyé. Ce choix me laissait perplexe. J’étais certes doué en infiltration, mais je n’étais absolument pas familier des intrigues de nobles, ni des normes sociales accompagnant ce milieu. Passer inaperçu allait m’être difficile.

Je n’étais pas ravi d’avoir à aider un membre de la famille royale. Ils étaient en parti responsable de l’insécurité et du malaise social qui régnait en Fiore avant la guerre, et leur laisser-aller et leur indifférence envers les souffrances du peuple étaient l’une des raisons de l’éclatement du pays. S’ils avaient fait leur travail, les pirates n’auraient pas pu ravager les côtes du Sud de Fiore, et cela aurait éviter aux miens bien des morts inutiles. Peut-être même Maelan serait-il encore en vie. Penser à mon meilleur ami ne fit que renforcer mon humeur maussade, tandis que j’arpentais les jardins à l’arrière du palais, me dirigeant vers la poterne à laquelle on était censé m’attendre.

C’était la première mission que l’on me confiait qui me rebutait réellement. C’était à prévoir j’imagine. Je n’étais après tout qu’un soldat, et il était improbable que mes convictions coïncident parfaitement avec celles de mes supérieurs. La situation n’en restait pas moins désagréable.

Le temps était frisquet en ce début d’après-midi, mais bien moins rude que le glacial climat de Yuyama. L’hiver ne tarderait plus. Mon deuxième hiver au conglomérat du Nord. J’avais du mal à me dire que cela ne faisait que deux ans que la bataille de Kaiso s’était produite. Deux ans de combat, de souffrances et de larmes. Et pourtant, peu de choses avaient changées. Les frontières ne bougeaient plus. Le conflit s’enlisait. Deux ans que je m’enfermais dans une routine malsaine, me contentant d’accomplir mission après mission, et ne m’ouvrant que très peu à mon entourage. Deux ans que j’essayais de faire mon deuil, en vain. J’avais écouté mes rares amis du conglomérat, me conseillant de tourner la page, de reconstruire ma vie, mais tous les discours du monde ne pouvaient effacer cette douleur d’avoir tout perdu. Et s’il m’arrivait de ne plus trop y penser, et d’avoir des moments de joie, la vue de ce palais démesuré, de ces richesses gaspillées tandis que des gens mourraient des conséquences des choix de ses dirigeants, toute ma colère et ma douleur ressortait.

C’est donc d’une humeur massacrante que je frappais à la petite porte en bois donnant sur l’une des tours du sud-est du palais. L’aile des gardes, de ce que j’avais compris. Un homme vint m’ouvrir. Ce dernier portait un costume impeccable aux étoffes fines et au col bouffant brodé d’or, qui lui donnait un air aussi pédant que ridicule.

Ce dernier se présenta comme un certain Erick De VrainCourt, majordome de Johan. Il m’invita à le suivre dans les longs couloirs du palais jusqu’à un salon inoccupée, dont les rideaux pourpres aux parures d’ors, assorties aux fauteuils, et dont les peintures murales en faisaient un lieu imposant tant il débordait de richesse. Je commençais à me sentir mal à l’aise. Je n’étais clairement pas à ma place ici. Je devais leur paraître ridicule dans mon manteau de voyage, dont les bords usés témoignaient des nombreuses aventures pendant lesquels il m’avait accompagné. Je pris la liberté de m’asseoir sur l’un des fauteuils disponible, heureux de pouvoir me reposer les jambes quelques instants.

« Je vous en prie, prenez place. » me dit Erick d’un ton condescendant, me signifiant clairement que j’aurais dû attendre son autorisation pour m’asseoir. Foutu étiquette. C’était là de belles conneries, mais je ne répondis rien. Supporter ces gens faisait partie de ma mission.

« Sire Johan n’a malheureusement pas de temps à vous accorder, par conséquent c’est moi qui vous expliquerais la raison de votre présence ici. » dit-il tout en verrouillant la porte.

Il s’assit ensuite en face de moi, et repris à voix basse. Il avait visiblement peur que l’on nous entende, non sans raison probablement. Quel genre de majordome s’occupait du réseau d’espion de son employeur ? Mon interlocuteur avait visiblement bien plus de pouvoir que ce qu’il laissait entendre.

« Si vous êtes ici aujourd’hui, c’est car Johan craint pour sa sécurité. Mais laissez-moi vous expliquer la situation depuis le début. Voyez-vous, mon maître a eu une brillante idée, capable d’apporter la paix et la stabilité entre les trois factions. »

Il fit une pause, laissant planer le suspense, puis reprit, visiblement fier de sa petite mise en scène.

« Johan va rétablir les Grands Jeux Magiques à Crocus. Ceux-ci auront lieu non plus entre guildes puisqu’elles n’existent plus, mais entre des équipes envoyées par les trois factions. Cela afin d’extérioriser les tensions entre factions sans effusion de sang. Un projet pour la paix, en somme. »

Un beau baratin. La famille royale se moquait bien de la paix. Ces jeux, c’était un habile moyen de placer Crocus en médiateur du conflit, et donc de recentrer les pouvoirs sur la famille royale. Une manœuvre politique audacieuse, qui n’avait rien de désintéressé. Je pouvais déjà y voir l’intérêt qu’y trouvait le conglomérat. Ces festivités signifiaient plus d’échanges entre faction, et donc plus d’opportunité de créer de nouveaux marchés. Le pouvoir et l’appât du gain étaient donc les seuls buts de ma mission. J’eu du mal à me retenir de lancer au majordome un regard noir. Derrière son discours mielleux se cachait de la simple cupidité, et ce plan risquait d’enliser encore plus le conflit, la famille royale ayant dès lors tout intérêt qu’il s’éternise.

Pour la première fois depuis mon arrivée au conglomérat, je commençais à douter de mes ordres. J’avais néanmoins bien conscience que je ne pouvais mener cette guerre seule. Les missions comme cela faisaient parties du contrat, et il fallait bien que le Nord se finance quelque part. Je pris donc sur moi, et continua d’écouter les explications. Je passais machinalement ma main dans mes cheveux, tic qui sembla agacer mon interlocuteur.

« Sa majesté Johan a fait passer ce matin même un message au peuple, déclarant qu’il ferait une allocution en public dans trois jours devant le palais, pour annoncer un grand évènement. Il s’agira du rétablissement des Grands Jeux Magiques évidement. Il n’a fait pour l’instant part du contenu de l’annonce qu’à un nombre très restreint de personnes. Il n’en a d’ailleurs pas informé ses cousins la princesse Doraleen et le prince Sören, préférant leur garder la surprise. Nul doute qu’ils approuveront chaudement une idée aussi bénéfique pour le peuple de Fiore. »


Erick finit sa phrase en m’adressant un grand sourire. C’était donc cela le pot-aux-roses. Johan voulait la gloire pour lui tout seul. S’il annonçait un évènement comme cela au peuple, il deviendrait à leurs yeux le représentant, et donc le dirigeant actuel de la famille royale. Impossible pour ses cousins de refuser ces jeux sous peine de passer pour des vas-t-en guerre. En politique, tout se jouait sur l’apparence et les symboles, et Johan contait bien, avec son annonce, passer pour l’homme fort de la famille royale. Même s’il n’était pas un descendant directe, son âge plus avancé lui donnait un avantage sur ses deux concurrents au trône. Son plan de restauré les Grands Jeux Magiques et s’en attribuer le mérite était aussi brillant qu’audacieux, et lui attirerait sans nul doute de nombreux ennemis. Ses rivaux, conscients que Johan allait faire une annonce, n’allaient pas rester impassibles. D’où ma présence. J’allais devoir défendre les rêves de grandeurs d’un homme pour qui je n’avais pas le moindre respect.

« Et mon rôle dans tout cela ? »

« J’y viens. Sire Johan et moi-même craignons que certaines personnes tentent d’enrailler cette avancée vers la paix que souhaite sa majesté. Nous craignons même que ces terroristes se soient déjà infiltré au cœur du palais. Nous souhaitons donc votre aide à deux points de vue. Vous devrez escorter Sire Johan lors de ses apparitions officielles, la présence d’un mage devrait dissuader la plupart des assassins potentiels. D’autre part vous devrez enquêter au cœur du palais pour identifier les menaces intérieures, si elles existent. »

Mouai, en clair Johan avait peur, à juste titre, que ses deux cousins ne se laissent pas faire et lui mettent des bâtons dans les roues. Et c’était à moi que revenait le sale boulot de déjouer leurs conspirations, le tout sans rien ébruiter au public. Charmant.

« Je vois… Une idée de par où commencer ? »

« Sire Johan tiendra une petite fête ce soir, pour accueillir plusieurs familles nobles. Il les a en effet invité pour qu’ils puissent assister à l’annonce des Grands Jeux Magiques, mais aussi pour parler d’autres problèmes concernant la politique intérieur de Crocus. Vous devrez le protéger pendant la fête, mais aussi espionner les bruits courants à son sujet. »

Erick me jaugea un instant, fit la grimace, puis reprit.

« Evidemment, il faudra que l’on vous trouve des vêtements plus appropriés à un tel évènement, un roturier attirerait trop l’attention. »


Je m’empourprais face à cette insulte à peine voilée. J’allais en plus devoir revêtir une tenue ridicule et jouer la comédie. De mieux en mieux.

« En attendant, je vais demander à l’un de mes serviteurs de vous faire visiter les différents quartiers du palais, et la chambre que nous vous prêtons pour ces quelques jours. Ah ! Une dernière chose.  Méfiez-vous des serviteurs de la princesse Doraleen. Nous pensons que des gens mal intentionnés ont pu s’introduire parmi sa suite personnelle. Soyez à l’écoute. »

La princesse Doraleen… je ne connaissais presque rien d’elle, mais elle soutenait Kusa, raison suffisante pour s’en méfier. C’était donc elle que j’étais charger de surveiller.

Le majordome fit entrer un serviteur, qui après un regard plus que critique sur ma tenue, m’invita à le suivre pour visiter le palais et pour je cite « trouver une tenue qui ressemble à quelque chose ». Cela faisait à peine une heure que j’étais dans le palais, et je détestais déjà cet endroit.


   

   

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Revenir en haut Aller en bas

Jeux d'influence [PV Amberly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» le jeux du sam... sam'dit !!
» [21/11/09] AMidi Jeux Centre Culturel Liévin !
» Bien taux un chant-bardement jeux nez ralle !
» Idée de mini jeux.
» Jeux vraiment trop drole!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Territoires partagés :: Crocus :: Palais royal-