FERMETURE DE TNG
1 mois Rp = 3mois réels
Nous sommes actuellement au mois d'octobre x989, sortez vos manteaux d'automne! Prochain changement de mois en juillet.
Suivez-nous !
Hall of Fame
Résultats Printemps 2017
Arno
Rplayeur
Sky
Floodeuse
Stella
Newbie
Namida
Staffeuse
Flame
Voteuse
Sky
Honneur
RSS
RSS



 

Partagez| .

La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Dim 31 Aoû 2014 - 5:56



Clang ! Un bruit réveilla Rei en sursaut. Elle quitta son lit, l'esprit encore embrumé et la vision floue. Elle se dirigea à tâtons dans le couloir, encore trop endormie pour penser à allumer la lumière. Le bruit venait du salon. Cette fois-ci elle alluma la lumière. Un carreau avait été cassé. Une brique trônait au milieu de la pièce entourée de débris de verre. La jeune femme la ramassa en soupirant. Elle était enveloppée dans du papier. Rei retira le papier et le déplia délicatement. Une inscription y était écrite à l'encre rouge.

We know what you did.


Sous le choc, la jeune femme lâcha le papier et la brique avec qui atterrit dans un bruit sourd. Était-ce une menace ? Un avertissement ? Mais de qui pouvait-elle être ? Paniquée par ces questions sans réponses qui affluaient sans cesse vers son cerveau, elle chercha désespérément son cutter des yeux, il était enseveli sous la tonne de bazar qui occupait la maison de Rei. Ses mouvements étaient désordonnés, fébriles, elle perdait tous ses moyens sans son arme. Soudain une douleur intense la toucha au cou. Elle dirigea ses yeux vers la source de la douleur et aperçut une fléchette avec un liquide transparent à l'intérieur. La terrible sensation se propagea dans tous ses muscles. Deux silhouettes de forte corpulence l'attrapèrent chacun par un bras, elle sentit ses pieds quitter le sol. Elle voulut se débattre mais le moindre mouvement lui était impossible. Ce liquide transparent qui était maintenant dans son sang était en réalité un sédatif. On l'avait droguée. Elle comprit rapidement qui était ce "on" en perdant connaissance.

Les martèlements de bottes sur les pavés la tirèrent de sa torpeur. Elle ouvrit les yeux. Les deux silhouettes qui se révélaient être en fait des Chevaliers Runiques, la traînaient par les deux bras. Elle toussa, sa gorge était terriblement sèche. Ses gardes furent avertis par ce bruits et la laissèrent tomber par terre pour qu'elle marche même si Rei n'était pas lourde. Elle se releva tant bien que mal luttant contre l'envie de se laisser choir par terre comme un vulgaire cadavre de moucheron. Ses jambes soutenaient à peine son poids. Un des gardes l'empoigna par les cheveux en lui recrachant au visage toute la fumée de sa cigarette.

- La Conseillère a intérêt à nous obéir sinon elle va finir dans le caniveau. Allez avance.

Le canon d'une arme à feu était pointé sur son dos, de lourdes menottes serraient fortement ses poignets. Ils avaient mis le paquet les gens du Conseil... Elle n'avait maintenant aucun échappatoire. Elle s'exécuta en serrant les dents. Les deux lourdeaux ricanaient derrière son dos, en effet en jetant un coup d'œil à la jeune femme, elle semblait vraiment pathétique. Elle portait encore son pyjama, celui le plus ridicule de son dressing, le rose avec des nounours, sa coupe était digne d'être appelée la coupe en pétard. On ne lui avait même pas daigné de lui donner une veste et un paire de chaussures. Comme si on lisait dans ses pensées, elle reçut sur la tête un uniforme et une paire de bottes. Elle dévisagea son bienfaiteur qui n'était que ses gardes. De la façon dont ils la lorgnaient il était sûr qu'ils voulaient qu'elle se change ici tout de suite. Ils défirent dans une amabilité surprenante ses lourdes entraves. Elle se changea, essayant d'oublier leur regard insistant sur la poitrine de cette dernière. Bon cette tenue était un peu plus décente et moins ridicule que son pyjama de gamine. Le pantalon était trop long et la veste trop large. La Conseillère s'était contentée de retrousser ses manches et de rentrer son pantalon dans ses bottes dieu merci à la bonne taille. Ses bourreaux lui remirent ses menottes mais elle était bien trop faible pour tenter la moindre fuite.

Ils continuèrent à la pousser au bout d'un long couloir. Ils passèrent une lourde porte. Rei fut immédiatement aveuglée par la lumière qui baignait la pièce. Elle fut invitée à se poster sur une sorte d'estrade. Elle était dans "La Fosse Aux Lions".

"La Fosse aux Lions" était le terme utilisé pour désigner cette pièce. C'était la Cour de Justice. Vous, vous êtes le misérable gladiateur condamné à vous battre contre les Conseillers, les "Lions". Il n'y a aucune égalité. Vous pouvez courber l'échine autant que vous le pouvez, à la fin, le résultat est le même toujours, vous perdez tout, votre dignité, votre vie, votre humanité et vous dirigez vers l'abattoir ou vers les cellules avec une terrible envie de vengeance envers les personnes qui vous ont rabaissé, cette vengeance qui vous consume au plus profond de votre être.

Les Fauves se tenaient autour de Rei, surélevés pour asseoir cette impression de force. Ils la fixaient telle une étrangère, un être repoussant, oubliant tout souvenir de la Conseillère qu'elle avait été. Ils voulaient la voir tomber, la voir ne jamais se relever.

Hors RP:
 

Revenir en haut Aller en bas

Game Master

avatar

Masculin Messages : 398
Date d'inscription : 20/03/2014
Localisation : Cosmos

Feuille du Mage
Surnom: Mr. Propre
Magie: Omnipotence
Points de Puissance:
999999999/999999999  (999999999/999999999)


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Sam 25 Oct 2014 - 17:22

C'était aujourd'hui. Le jour que personne au sein de la communauté du Conseil Magique de Fiore n'aurait pu prévoir. Bien malin, et observateur (voire même renseigné) aurait été celui qui serait allé à cette condamnation en disant : "Je le savais. Ca ne m'étonne pas du tout." Certains avaient pensé à une blague, à un canular, à un poisson d'avril en retard. Pourtant, la réalité était tout autre. La condamnation de la conseillère dénommée Rei Bunkatsu allait bel et bien avoir lieu, et aujourd'hui-même. Elle était connue d'à peu près tout le monde à Era. On la croisait dans les couloirs compliqués du bâtiment du Conseil, on la côtoyait quelque fois pour des réunions qu'elle présidait... Et du jour au lendemain, on apprenait qu'elle était arrêtée et qu'elle devait passer devant le tribunal. Bien évidemment, la Cour de Justice ne se composait pas entièrement de membre du Conseil dans ce cas-là. Un nombre non négligeable de personne assistait à ce jugement avec un léger sourire en coin. Qu'ils soient au courant ou non de sa faute, cela n'avait aucune importance. Ils allaient assister à la chute de la Conseillère Rei Bunkatsu.
La salle de la "Fosse au Lions" était déjà pleine à craquer au moment où les lourdes et écrasantes portes s'ouvrirent, annonçant l'arrivée de la Conseillère Déchue. Visiblement, on l'avait cueilli le matin même, chez elle, sans préavis, à en juger par sa tenue bien moins soigné qu'à l'ordinaire. Elle n'avait rien pu faire, assommée par la surprise, et par un réveil difficile. Tous la jaugeaient à présent. La méfiance, et même le mépris avaient pris le contrôle de la salle, laissant l'incompréhension aux oubliettes. La Conseillère avança, le plus dignement qu'elle le pouvait, parmi cette communauté d'inquisiteurs, et s'installa à la place de l'accusé. Au centre de tous les regards, et de tous les jugements. L'imposant juge de l'audience se leva, déployant son mètre quatre-vingts dix pour dominer de toutes sa auteur Rei, qui semblait bien fragile, acculée de la sorte.


- Conseillère Rei Bunkatsu, vous êtes accusée de nombreux crimes et tortures, que cela soit contre des mages noirs ou contre d'innocents civils. Vous êtes également accusée d'entretenir des relations avec plusieurs mages noirs, de perturber le bon fonctionnement du Conseil Magique, et enfin d'être atteinte de bipolarité. Par conséquent, vous êtes jugée instable, et donc dangereuse pour l'ordre public.

La salle s'emplit d'un seul coup d'une vague de murmures d'indignation, de mépris, de colère, d'incrédulité, de haine profonde envers l'accusée.... La condamnée plutôt. Car on ne lui laisserait pas le temps de se défendre. Pour dire quoi de toute façon ? Une enquête monstrueuse avait été effectué sur elle, sur le moindre de ses agissements, et un dossier énorme portant son nom devait sûrement trôner sur le bureau d'un des éminents du Conseil Magique. C'était fini pour Rei Bunkatsu.

- J'annonce à présent la sentence. Rei Bunkatsu est condamnée à la mort par décapitation. L'exécution se déroulera dans trois jours, sur la place publique.

D'un signe de la main, le juge intima l'ordre d'emmener la future exécutée, avant de prendre congé, soustrayant ainsi à sa vue la personne de Bunkatsu. Celle-ci était à présent ouvertement huée, des visages outrés, pourvus d'une profonde colère, était penchés sur elle, l'observant comme un vulgaire monstre. Monstre que ses geôliers agrippèrent brutalement chacun par un bras, pour la mener à la prison la plus profonde du Conseil. L'endroit même où on jetait les pires criminels, comme pour les écarter du reste de la société, pour que tous les oublient.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Sam 25 Oct 2014 - 22:14



- Conseillère Rei Bunkatsu, vous êtes accusée de nombreux crimes et tortures, que cela soit contre des mages noirs ou contre d'innocents civils. Vous êtes également accusée d'entretenir des relations avec plusieurs mages noirs, de perturber le bon fonctionnement du Conseil Magique, et enfin d'être atteinte de bipolarité. Par conséquent, vous êtes jugée instable, et donc dangereuse pour l'ordre public.

Des murmures de colère fusèrent dans la salle. Les spectateurs semblaient indignés, surpris. Ces réactions, cela ne faisait ni chaud ni froid à Rei. Un petit sourire en coin orna ses lèvres. Etait-ce vraiment la peine de lui faire tout ce baratin. Elle n’avait pas été sage, elle le savait un point c’est tout. Le Conseil magique voulait maintenant se donner un air théâtral. Pour au moins faire en sorte de dire que le Conseil magique faisait quelque chose. Théoriquement, le juge était moins gradé qu’elle. Elle n’avait qu’à lever le pied pour l’abattre sur ce vulgaire moucheron. Un rire s’échappa de sa gorge. Un rire à peine audible, seuls ceux se tenant à deux ou trois mètres d’elle pouvaient l’entendre.  Le juge, irrité par la désinvolture de la Conseillère poursuivit.

- J'annonce à présent la sentence. Rei Bunkatsu est condamnée à la mort par décapitation. L'exécution se déroulera dans trois jours, sur la place publique.
 
   Oh une exécution publique pour la peine, pour accentuer ce côté pompeux du Conseil ! Et surtout pour faire rendre compte au gens que le Conseil n’était en réalité qu’un ramassis de lavettes corrompues !La sentence était prononcée. Dans trois jours la tête de Rei roulera pathétiquement sur les pavés de la place publique. Deux fortes mains attrapèrent par les bras. Un bandeau noir recouvrit ses yeux, lui obstruant complètement la vue. Inutile bande de débiles ! Elle était une habituée des prisons, enfin quand elle n’était pas à l’intérieur d’une cellule. Elle se fit traîner, essayant vainement de freiner ses deux gardes avec son pied posé par terre. Le trajet dura longtemps. Parfois elle se débattait mais ses forces étaient vraiment à plat. Leur m*rde qu’on lui avait injecté dans les veines avait encore l’air de faire son effet, son esprit était encore embrumé et elle avait l’impression qu’à la place de ses neurones, il y avait du coton : Elle était incapable de réfléchir.  On la jeta sans ménagement dans une cellule. Elle se traina à travers cette minuscule pièce pour se cacher dans un coin. Elle regarda les deux hommes s’éloigner. Elle était maintenant aux oubliettes, là où personne ne viendrait la chercher. Après son exécution le seul témoignage de son existence sera son cutter taché de sang. Son cachot était une pièce minuscule avec une unique lucarne qui laissait passer un maigre rayon de lumière. Ces gentil schtroumpf ne lui avaient même pas retiré ses menottes. Elle se leva. Sa veste trop grande tombait de son épaule. Elle se mit à fixer cette simple ouverture dans le mur, On pouvait y entrevoir un carré de ciel bleu. Ce ciel qu’elle n’aurait plus jamais l’occasion de revoir.  Ses yeux devinrent subitement humides. De l’eau coula le long de ses joues pour arriver à sa bouche. C’était salé. Des larmes. Rei n’avait jamais expérimenté cette sensation. Elle se mit à rire. De plus de son rire de dégénérée, des sanglots commencèrent à se faire entendre. Tout d’un coup elle s’arrêta, tomba à genoux, l’air abattu. Plus aucune larme ne menaçait de rouler sur ses joues et même si son sourire demeurait figé sur son visage, plus aucun son ne sortait de sa bouche. Elle s’affaissa contre le mur.

 


Dernière édition par Rei Bunkatsu le Dim 26 Oct 2014 - 14:08, édité 1 fois (Raison : Problèmes de contexte ^^')
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Dim 26 Oct 2014 - 16:51



feat. Rei Bunkatsu
 


La Conseillère Déchue
 

Great Escape
 
"Le virus nommé Maelström grignotait peu à peu l'organisme intitulé "Conseil", libérant des toxines, se propageant jusqu'à tuer son hôte. Dans le but de le faire mourir à petit feu. Nécroser ses chairs."
 

 
 
La pluie tombait tristement, rendant la ville d'Era morne et ennuyeuse. L'eau emportait la terre sur la chaussée des bidonvilles, formant traînées boueuses et flaques insipides. Le ciel était gris, lourd. Sombre. Rares étaient les pauvres badauds, qui, importunés par la météo, se hâtaient de rejoindre leur taudis, espérant ne pas avoir à combler les éventuelles fuites parsemant leur toit. 
Près de la forteresse pénitencière, adossé au mur d'un des seuls bâtiments formé de matériaux durables, Rainer attendait, une capuche rabattue sur sa tête blanche, se délectant de son élément tombé du ciel. Une sorte de tourbillon aquatique miniature drainait l'eau jusqu'à sa bouche. Sa jambe agile et svelte était repliée de façon à ce que son pied prenne appui sur la verticalité de la construction. 
Elle devait y être depuis peu... La veille sûrement. Elle allait être contente de savoir son séjour écourté. Dire que le Dragon Slayer s'apprêtait à venir en aide à une Conseillère... Risible paradoxe. Mais, ce n'était pas vraiment une Conseillère... Non... Cette femme avait été déchue de son poste pour avoir massacré à coups de cutter une multitude de personnes... La quantité d'informations dont la blonde devait être en possession était sûrement phénoménale. Bunkatsu allait vouloir se venger du Conseil. Heureux hasard, cela rejoignait les intérêts du fils d'Abyssia... 
Oui.
Le sauvetage de Rei Bunkatsu visait à la faire intégrer les rangs des mages noirs. Thunder Light ou Dark Dragon? Quelle importance? Les alliés restent des alliés.

 
 
Un petit groupe de silhouettes vêtues de noir s'approchaient. Enfin. Rainer sourit, poussa le mur de son pied et se plaça au milieu de la ruelle pour accueillir ses "amis". Il interrompit son repas et les salua :

- Bonjour...

Une vingtaine de personnes répondirent à son salut par un mouvement de tête. Akusei leur intima de se mettre au travail. Dix-neuf mages noirs demeurèrent dans la ruelle tandis que le Dragon Slayer, accompagné de la vingtième, se propulsait sur le toit. 
La prison du Conseil étaient en réalité d'un monobloc de pierre entouré de hauts murs surmontés de barbelés. Une grande porte de fer marquait l'entrée du complexe et une sorte de tour, bougie sur un gâteau indigeste, semblait sortir des profondeurs de la forteresse.
Les toits plats évacuent assez mal la pluie. Celui où progressaient Maelström et son acolyte ne faisait pas exception. Le duo de criminels pateaugait dans une eau sale, véritable insulte a cet élément noble. Le chasseur de primes grimaça en remarquant cela.
Ils se mirent en position derrière le muret et le second mage noir fit apparaître un fusil de précision de sa dimension Kansô. La Pistolera. Il demanda à Rainer la suite du plan. Celui-ci l'attrapa par le crâne qu'il fit pivoter comme la tête d'une lampe à mesure qu'il exposait son dessein :


- Le toit est assez haut pour que tu puisses avoir en joue la sorte de donjon au centre de la prison. J'ai pu étudier la disposition des lieux. Au sommet se trouve la salle de contrôle. C'est là-dedans que le lacryma annulant la magie entre ces murs se trouve. Je veux que tu tires une balle dans ce lacryma. D'ici, j'aperçois une fenêtre... Assez étroite. Mais tu vas y arriver, non? Ne me fais pas regretter mon choix. Sinon je t'assures que tu te retrouvera en beau milieu des barbelés, ne pouvant esquisser un mouvement sans t'écorcher vif. Suis-je clair? le menaça-t-il.

Le tireur d'élite deglutit bruyamment, posa avec délicatesse le trépied de son fusil sur le rebord du muret et dirigea le bout du canon vers la tour, oeil collé à la lunette.

- La protection anti-magie agit comme un dôme. Ton tir perdra ses propriétés magiques le traversant, mais la balle, elle, est bien réelle. C'est tout ce qui nous intéresse.

Le mage noir anonyme acquiesça et demanda, après quelques instants, le signal du Sea Dragon Slayer. L'excitation montait en ce dernier. Oh, il allait pouvoir commencer sa vengeance contre le Conseil Magique. Massacrer des Chevaliers Runiques, profaner, violer leur forteresse "impénétrable". Gehehaha! Énorme! Génial! Délicieux!
Trépignant, sans pouvoir contenir sa joie terrifiante, Akusei lança les hostilités.






- Allez, dit simplement le rang S en se dressant sur le muret.

Le doigt crispé sur la gâchette appuya fermement dessus. Un coup de feu légèrement étouffé par le silencieux retentit. Un petit éclair indiqua aux attaquants que la balle venait de traverser le champ protecteur de la prison...
Les quelques secondes fatidiques s’égrainèrent lentement, comme prise dans une mélasse épaisse. 
Tic.
Les pupilles de l'assassin aux yeux rouges se dilatèrent. Un sourire empreint de folie étira ses lèvres. Vite! VITE!
Tac.
On entendit le bruit d'une petite explosion... Puis le silence. Akusei planta son regard inquisiteur dans celui du tireur et lança un Umiryuu no Gekido à distance. La masse d'eau, sorte de météorite aqueuse fila, rugissante vers sa cible pour...
Impacter avec force la tour! Le sommet s'effondra. Un cri victorieux et éraillé couvrit le vacarme que produisit la construction en s'écrasant sur le reste du bloc de pierre, sans lui causer la moindre égratignure.
La Rage du Dragon des Mers fut lancée une deuxième fois et défonça les battants de fer de la grande porte, laissant une vingtaine de mages noirs y pénétrer. Le combat commença et les faibles membres de l'Armée Runiques surveillant l'extérieur furent rapidement décimés. 
L'homme-dragon utilisa son Hikou pour atterrir devant une porte intérieure du monolithe pénitencier. Quelques uns de ses compagnons s'approchèrent des trois autres portes et retirèrent leur capuchon.
Quatre Rainer Akusei entrèrent en même temps dans le bâtiment pour duper les lacrymas de surveillance. Un pour chaque point cardinal. L'original savait parfaitement où il devait se rendre, contrairement aux trois leurres, destinés à semer la pagaille.
Dernier sous-sol. La grande salle. Là où flottaient les cellules en lacryma anti-magie de façon aléatoire. 
Ça n'allait pas être facile... Mais l'expérience n'en serait que plus excitante. 

Les couloirs étaient simples et se ressemblaient tous. Souvent, l'on tombait sur des carrefours à trois ou quatre branches. Fort heureusement Rainer avait son itinéraire en tête. Chaque fois qu'il croisait une cellule (de petits bandits à ce niveau-là), il tranchait discrètement les barreaux grâce à son Umiryuu no Saiga. Il se contrefichait de cette lie de l'humanité. Tout ce qu'il voulait, c'était humilier les pseudo-dirigeants du monde magique. Le virus nommé Maelström grignotait peu à peu l'organisme intitulé "Conseil", libérant des toxines, se propageant jusqu'à tuer son hôte. Dans le but de le faire mourir à petit feu. Nécroser ses chairs.
Étrangement, le labyrinthe était désert... Était-ce dû à son plan? Ou alors y avait-il quelque chose qui se tramait...? Une embuscade au détour d'un corridor sombre, éclairé par des torches tristement crépitantes...
Enfin, le premier escalier se profila.
Rainer le descendit tranquillement, une main sur la rambarde et le pas assuré. Il ne pouvait empêcher son cœur de battre comme un tambour de guerre, de plus en plus vite. Les rubis du Mal ne cessaient de se mouvoir afin de repérer un quelconque ennemi. Il fallait l'avouer, le Dragon Slayer était un peu déçu de ne pas avoir encore eu l'occasion de tuer des Chevaliers Runiques...
Une fois avoir descendu ces marches, il se remit à raser les murs, libérant chaque prisonnier qu'il croisait. Des bruits commençaient à résonner dans le complexe de pierre froide à mesure que les criminels manifestaient leur joie d'être libérés. Mais ce brouhaha était couvert par une sorte d'alarme, qui hurlait sûrement depuis la destruction du lacryma anti-magie... 
Désormais, la lumière qui entrait dans les cellules, ce petit rai sale de lumière grise, était factice. Histoire de briser les prisonniers. Ils se croyaient proche du ciel, proches de la liberté. Ils pouvaient l'effleurer... Sauf que tout cela n'était qu'un mauvais tour orchestré par de sadiques architectes et leurs jeux de miroirs. 
Akusei fut pris d'une hilarité ironique. Au final, le Conseil lui-même ne valait pas mieux que les mages noirs en terme de cruauté. 
Les Chevaliers Runiques devaient sûrement s'occuper des prisonniers libérés dans l'aile où le fils d'Abyssia était passé. Mais il n'était pas à l'abri d'un coup tordu. Il flairait cette embuscade à plein nez. Une petite échauffourée l'attendait entre ces murs. Le virus le savait. Et il prendrait sa revanche.

Après s'être enfoncé encore plus profondément sous la ville d'Era, le chasseur de primes déboucha sur une grande salle de plusieurs dizaines de mètres de hauteur. C'était là. Le cauchemar de tout mage noir. Passer le reste de ses jours dans un cube de cristal vous privant de vos pouvoirs. Un cube à la dérive comme votre âme. 
Mais trêve de poésie car, enfin, il vit du personnel. 
Malheureusement, ce n'étaient que les espèces de grenouilles que le Conseil Magique engageait. Elles devaient être une dizaine à parcourir la salle, sur leurs fauteuils flottants bardés de boutons et de manettes.
Bunkatsu devait être dans un de ces blocs de lacryma d'annulation. C'était le moment où l'assassin se révélait au grand jour! Il sauta de la plateforme d'où il était discrètement arrivé. Utilisant le Hikoupour se déplacer, il virevolta, bestial, dans la salle, tordant le cou ou décapitant une à une les grenouilles sous leurs coassements ridicules.
Akusei en profita pour observer les visages des détenus, reconnaissant certaines têtes ayant été mises à prix. 
Après son génocide amphibien, il ramassa une clé pour les menottes du Conseil sur un cadavre et... S'arrêta net.
Alors que les pires criminels du royaume tambourinaient les murs de leur cellule, alors qu'ils hurlaient à Maelström de les sauver... Celui-ci fit face à un problème fâcheux. Comment détruire ce cristal anti-magie...?
Il réfléchit un instant, quelques mèches blanches lui gênant la vue... Il avait oublié ça. Ce détail. Lui. Un assassin expérimenté. Un mage noir de rang S. Un dragon! Le virus parfait! h comme cela le mit en colère!
Soudain, il porta le regard sur les fauteuils des grenouilles qui se déplaçaient encore sans savoir que leur cavalier était écrasé bien plus bas, sur le toit d'une cellule ou au sol. Avec un hurlement rageur, le Sea Dragon Slayer bondit sur un de ces sièges et actionna plusieurs manettes dans des directions convergentes. 
Plusieurs lacrymas se mirent rapidement en mouvement et se heurtèrent pour rebondir et aller impacter d'autres cellules.


- Gehehaha...

Réaction en chaîne. Après quelques instants, toutes jouaient aux prisons-tamponneuses et commencèrent à se briser, libérant les prisonniers. Certains réussirent à survivre à la chute qui en découla. D'autres non. Rainer fut pris d'anxiété. Si jamais la Conseillère déchue faisait partie des malchanceux...
Il quitta son trône libérateur et descendit en piqué vers le sol, s'y réceptionnant souplement.
Les mages noirs s'amassèrent devant leur bienfaiteur. Celui-ci restait immobile, les dévisageant. Après quelques acclamations, ils se turent et un silence gênant s'installa. Le membre de Thunder Light demanda d'une voix forte :


- Je cherche Rei Bunkatsu! Si elle se trouve dans ces rangs, qu'elle se manifeste!

Les affreux se regardèrent les uns les autres et le plus proche de Rainer finit par répondre de manière audible malgré les hurlements de l'alarme :

- La Conseillère se situe plus bas. La trappe au centre de la salle. Il y a une échelle. Je crois qu'elle est la seule à occuper cet étage.

Rainer s'était trompé... Il ne supportait pas ça. Le premier membre de l'Armée Runique qui allait avoir le malheur de le croiser ainsi que son informateur allaient prendre très cher.

- Très bien. Écartez-vous, je vais lui rendre visite. Je reviens dans cinq minutes.Vous pouvez utiliser la magie, j'ai détruit le lacryma qui l'annule, annonça-t-il.

Voyant que les hommes et femmes de l'ombre restaient figés, il haussa la ton.

- BOUGEZ-VOUS! JE SUIS D'HUMEUR MASSACRANTE!

Cette fois-ci, Maelström put atteindre sa destination. Il souleva la trappe, laissant retomber le couvercle sur les pieds d'un traînard et plongea au dernier sous-sol. Il y faisait bien frais. La disposition de la salle était circulaire. Seules sept cellules se faisaient face le long de ce cercle.
Ici aussi, le système d'alarme était en panique. Le cerveau commandait une défense. Mais le système immunitaire ne semblait pas réagir...
Contrairement au reste de la prison, il n'y avait aucune lumière si ce n'est le système faisant entrer une parcelle de celle du jour. Rainer ne devait être qu'une ombre aux yeux rougeoyants pour Bunkatsu. Ce ne fut pas dur de savoir où se trouvait sa cellule. Un tabouret, sûrement celui du geôlier, était placé à côté. 
Le rang S s'approcha de la minuscule pièce et s'accrocha aux barreaux.


- Bonjour, Conseillère Bunkatsu. Il fait bon ici?

Avec un petit cri de victoire, il sectionna les barres de métal qui rebondirent au sol une fois coupées. A présent les barreaux se limitaient à une sorte de gueule métallique entrouverte dont on pouvait sortir sans trop risquer de s'empaler.
Les menottes du Conseil entravaient encore les mains de la blonde dont il avait du mal à distinguer les traits.


- Il va falloir trouver votre geôlier. Je n'ai croisé personne jusqu'à vous. Je pense qu'ils vont nous tendre une embuscade. Mais ne vous inquiétez pas. J'ai libéré tous les prisonniers que j'ai croisé. Ils nous serviront de boucliers humains. Et vous pouvez utiliser la magie. Enfin une fois que je vous aurais retiré ces menottes.

Rainer Akusei tendit une main en souriant de façon malsaine.

- Tu viens, la Déchue? C'est ta seule chance. Mais c'est quitte ou double. Soit je te sauve et je réussis un des plus grands coups de l'Histoire contre le Conseil, soit nous mourrons tous ici.



© Code de Anéa pour N-U



Dernière édition par Rainer Akusei le Mer 17 Déc 2014 - 14:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Dim 26 Oct 2014 - 23:20



Même si Rei sentait les effets du produit se dissiper, elle n'en demeurait pas moins faible. Elle avait entendue dire que un énorme Lacrima scellait la magie des prisonniers. Elle n'avait plus de magie. Elle se sentait nue, sans aucune protection. Maintenant dépourvue de magie, elle ne ressentait plus aucune de ses personnalités. D'habitude par tous les temps, des chuchotements faibles mais ténus persistaient dans son crâne et lui donnaient une permanente migraine. Là plus rien. Tout était calme. Ben qu'elle pouvait apercevoir un bout de ciel, aucun bruit du dehors ne lui parvenait. Le silence régnait dans la pièce. Un silence qui commençait à devenir angoissant pour cette dernière. Ses personnalités commençaient à lui manquer. Ses jambes étaient engourdies. Elle sentit naitre en elle un terrible sentiment d'impuissance. Rageusement, elle se releva et retira sa veste montrant son appartenance au Conseil Magique. Ses menottes la bloquaient, elle l'arracha avec ses dents. Les lambeaux de l'habit tombèrent au sol. Elle le piétina sans ménagement.
 
Un bruit. Quelque chose qui se fissurait et qui tombait en morceaux. Le bruit se répercuta à l’intérieur comme si elle se retrouvait à nouveau libérée. Le lacrima avait été détruit ! Mais comment ? Sa magie réaffluait vers tout son corps. Ses personnalités refaisaient surface. Mais cette fois ci, elles se faisaient plus insistantes, plus fortes. Sous toutes ses émotions, elle tomba sur les fesses. Bien que ses menottes retenaient une partie de sa magie, le Lacrima en retenait une partie plus importante. L’alarme transperça ses tympans. Alors, on était bien venu la libérer…  La sirène sonnait sans interruption ce qui accentuait le mal de crâne de la jeune femme.  Une silhouette apparut de l’autre côté des barreaux. Elle ne le distinguait pas bien hormis ses yeux couleur sang qui luisaient dans le noir. L’ombre s’approcha et s’accrocha aux barreaux.

- Bonjour, Conseillère Bunkatsu. Il fait bon ici? 

La jeune femme tressaillit quand il prononça son nom. Il sectionna dans un cri de victoire ces barreaux qui lui servaient d’appui il y a une seconde. Elle se releva, toute abasourdie par ce qu’il venait de se passer. Quelqu’un venait la sauver. La sauver elle ? Elle était maintenant plus proche de l’individu mais l’obscurité lui empêchait de voir son visage. Cheveux blancs, d’assez forte corpulence, il devait être quelqu’un de fort.

- Il va falloir trouver votre geôlier. Je n'ai croisé personne jusqu'à vous. Je pense qu'ils vont nous tendre une embuscade. Mais ne vous inquiétez pas. J'ai libéré tous les prisonniers que j'ai croisé. Ils nous serviront de boucliers humains. Et vous pouvez utiliser la magie. Enfin une fois que je vous aurais retiré ces menottes. 

Son geôlier, Rei n’avait pas eu l’occasion de l’observer, enfin, elle ne l’avait pas vu. Mais d’après la force qu’il avait employée pour l’attraper, il allait poser problème. Elle ne répondait pas. La brume dans son esprit se dissipait. Son prétendu sauveur lui sourit en lui tendant la main.

- Tu viens, la Déchue? C'est ta seule chance. Mais c'est quitte ou double. Soit je te sauve et je réussis un des plus grands coups de l'Histoire contre le Conseil, soit nous mourrons tous ici.

Il lui proposait un marché. L’aider et ainsi se venger de ses tapettes du Conseil ou crever. Ce fut le déclic. Un sourire apparut sur le visage de la jeune femme. Son éternel sourire de folle. Elle allait l’aider. Sans les chaînes du Conseil qui la retenaient, elle allait enfin pouvoir relâcher toutes ses personnalités, plus aucun interdit. Elle lâcha un rire nerveux qu’elle ne put arrêter. Elle finit pliée en deux tellement elle éclatait de rire. Elle se redressa.

- Soit. Je vais t’aider. Mais grouille-toi de me retirer ces trucs.

En disant ces trucs elle parlais de ses menottes. Elles étaient vraiment désagréables à porter. Il les retira. Enfin délivrée elle s’étira. Maintenant, elle disposait enfin de toutes ses forces, elle allait les faire payer tous autant qu’il étaient. Mais il lui manquait quelque chose, son arme, son cutter. Un cri. Quelqu’un les avait remarqué. Le geôlier. Elle se jeta sur lui et le frappa à la nuque. Il tomba par terre assommé. Elle lui donna un coup de pied alors qu’il était au sol. Encore un coup. Elle prit la matraque  de sa ceinture. Voilà, elle était armée et personne ne pourra l’arrêter.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Lun 15 Déc 2014 - 23:07



feat. Rei & Rainer


La conseillère déchue.

Judgement of the white dragon.

Nous sommes des chevaliers !
Nous sommes la lumière qui purifie les ténèbres !
Nous sommes une armée !
Un rempart indestructible qui protège notre pays bien-aimé
des souillures de leur espèce ! Pour Fiore !
Pour nos enfants et nos familles ! Mais surtout, pour la justice !








« La journée du jugement... »

Délicate journée, tu commençais comme à ton habitude par une aurore douce et chaleureuse. Un lacryma réveil lévitait sur une table de nuit blanche, qui était elle-même à côté d'un lit majestueux recouvert d'une couverture aux couleurs claires et éclatantes. Un jeune homme devait normalement être allongé dedans et reposer dans les bras de Morphée. Toutefois, le gredin n'était pas couché, mais déjà levé, lavé, séché, essoré et habillé !

Anders O.Kalvoz ne rigolait pas sur les horaires du matin, six heures, dès que les premiers rayons de soleil tentaient de forcer le passage, afin de pénétrer dans le tissu des rideaux épais de l'appartement du lumineux. Lui ne perdait pas de temps, sa salle de bain luxueuse lui permettait de prendre un bain relaxant en début de matinée et sa cuisine qui faisait aussi office de salle à manger lui rendait le petit-déjeuner fort agréable.

Les cheveux coiffés, son ruban appliqué sur sa chevelure et une tartine beurrée en main, le matinal regardait son planning de la journée. Dans l'ordre, cela commençait par un peu de paperasse. Même en étant général, il ne pouvait échapper à cela. La responsabilité de ce poste imposait par moment à remplir quelques formulaires, surtout en rapport avec l'armée en elle-même, telle l'affectation de nouvelle recrue, les possibles pertes et j'en passe.

Une fois cette tâche ingrate certes, mais obligatoire accomplie, Anders pouvait se charger d'une affaire qui concernait les bidonvilles d'Era. Quelques casseurs aimaient terroriser de pauvres mais honnêtes gens, c'était intolérable ! Ensuite, il y aurait sans doute la pause déjeuner qui sera suivit directement du jugement d'une conseillère. Intéressant et ensuite ? Tout le reste de la journée entraînement des chevaliers runiques. Parfait !

Le rythme de la journée étant à présent lancé, il fallait garder le rythme ! Terminant le premier repas de sa journée, le nobliau partit de son appartement qui siégeait non loin du bâtiment de son ordre. L'immense établissement principal du conseil était vraiment imposant, son architecture ne reflétait vraiment pas le genre d'homme et de femme qui travaillait à l'intérieur. Bien que la filiale directe des forces de Fiore fût remplie de bons et vaillants combattants alors que celle des bureaucrates, diplomates et autres fantaisies, n'était infecté que d'hypocrites et d'énergumènes en tout genre !

Mais reprenons-nous, en entrant le gentleman alla à son bureau et suivit ce que son emploi du temps avait stipulé. Les papiers inutiles à remplir et enfin son affaire. Quelques heures passèrent, que c'était long toutes ces démarches administratives... Mais pour avoir une armée fonctionnelle, il fallait bien la mettre à jour ! Il était à présent dix heures, oui quatre heures à quelques minutes près, à rester assis, avec une petite tasse de thé oriental en guise de remontant.

L'horreur pouvait-on dire ! Néanmoins, la joie visible sur le visage du juge saint lorsque celui-ci avait fini de remplir la dernière feuille, pouvait clairement montrer ses futures intentions ! Il se leva aussitôt de son siège et s'échappa de son luxurieux bureau pour appeler quelques chevaliers en fonction. En effet, Anders n'aimait pas aller seul faire ses opérations. Attention ! Non pas par crainte, juste qu'il aimait voir ses « protégés » avancer avec lui et gagner en expérience.

Les criminels n'avaient cas bien se tenir, un général suivit de neuf de ses subalternes s'apprêtaient à venir les corriger et les punir. Deux heures suivirent de la descente des autorités. Ils prirent leur temps, pour d'une, bien réfléchir et de éviter d'inutile sacrifice, de deux, aussi pour bien s'assurer que plus aucun scélérat ne vienne faire le malin dans les environs avant un bon moment. Suite à leur victoire écrasante, ils revinrent tous au bâtiment principal d'Era.

Le noble général insista pour que ses collèges, bien qu'inférieur dans la hiérarchie prennent le déjeuner avec lui. Car oui, pour le garçon aux cheveux blancs, le grade n'était qu'une formalité dans l'armée. Tous, aspirants, recrues, chevaliers, lieutenants et généraux étaient de braves hommes et femmes qui combattaient pour une seule et unique chose, la justice !

C'est pourquoi, il avait insisté, ses égaux devaient manger avec lui ! Des repas dignes des plus grands rois vinrent se poser via les actions des serveurs, sur la table des dix compagnons. Le conseil avait bien fait de mettre dans la bâtisse un restaurant pour éviter de faire des allers-retours interminables et inutiles.

Bien qu'ils soient presque inutiles, les conseillers avaient choisi des chefs avisés pour le confort des plus nobles et fins gourmets. Au moins, ils avaient servi à cela. Le temps passa bien vite, entre plusieurs bavardages sympathiques et amicaux, les plats avaient été engloutis comme jamais. Vint alors le moment le plus intéressant de la journée, la condamnation de la conseillère Rei Bunkatsu ! Une dame des plus hautes gradées jugée par ses anciens acolytes. Quelle ironie forte... Plaisante...

Le jeune homme aux cheveux blancs se leva, salua ses alliés, puis partit de la salle studieuse. De sa démarche naturellement gracieuse et imposante, il alla calmement, mais surement vers ladite « Fosse aux lions ». Pourquoi un tel nom me direz-vous ? C'est extrêmement simple. Les membres, les plus hauts gradés du conseil, aimaient se donner des grands airs, puis vu qu'ils se prenaient pour des fauves et bien, ils ont ainsi nommé le tribunal.

Tant de mises en scènes inutiles et de temps gâché. Qui plus est, ce palais de justice ne donnait aucune chance aux accusés. Non pas que cela dérangeait notre Dragon Slayer, mais un peu quand même. Il n'aimait pas l'idée que des renégats puissent être seulement emprisonnés, la mort, il n'y avait que ça qui devait les attendre ! Mais cessons de penser à toutes ces choses, le juge saint arriva devant les portes imposantes de la salle d'accusation.

Il ouvrit délicatement les dites portes, les referma tout aussi finement, pour finir par se ranger dans un coin, debout, appuyé sur une jambe et regardant la déchue. Celle-ci semblait accepter son sort, elle ne se débattait que très rarement voir pas du tout et écouta attentivement ou pas du tout, les mots creux du juge qui ne se sentait plus vraiment. Il se donnait de grands airs, donnant l'illusion qu'il dominait le monde de son estrade de bois... Illusion qui ne marchait en aucun cas sur l'ancien héritier !

De cet imposant homme d'au moins un mètre quatre-vingt dix, émanait une grande puissance et même une certaine prestance. Il était simple pour lui de se faire respecter des gens dits « normaux » et des sous-fifres du bâtiment. Mais lorsqu'on savait à qui on avait à faire, toutes ces impressions partaient à vau-l'eau. Finalement une peine de mort avait été prononcée, le marteau de la justice frapperait, dans trois jours... Malgré le raffinement du gentilhomme, celui-ci ne put empêcher un léger
« Tss », de sortir de sa bouche.

Certains lèches-bottes qui venaient ici car ils n'avaient rien de mieux à faire se retournèrent vers lui. Les iris ambrés du fils d'Akramus affichaient une certaine colère, pourquoi attendre aussi longtemps ? Certes une exécution publique pouvait prendre quelques heures pour être organisée correctement. Mais tout de même, le bouche-à-oreille aurait vite fait de répandre la nouvelle à travers tout le pays et de possibles comploteurs pourraient profiter de cela.

L'épéiste aux bonnes manières voulait dégainer son sabre à lame bleue, sauter sur la jeune demoiselle affaiblie par les drogues et la décapiter sur-le-champ. Beaucoup pourraient appeler cela une pulsion ou une envie barbare. Non. Cela n'était que du bon sens, une personne ayant un tel statut et un casier aussi rempli, devait être éliminée immédiatement ! Trop tard, la belle blonde se fit emporter dans les cachots les plus profonds de la prison de la cité.

Tout ceci n'était qu'une blague ! Une honte ! Un scandale ! Le général ne put rester plus longtemps, il devait passer ses nerfs et idéalement, il devait entraîner les chevaliers qu'il avait à sa charge. Excellent ! Cela s'annonçait... Fort divertissant ! La suite et fin de la journée se passa sans incident, une fin de cycle solaire banale, quelques soldats renforcés et recouverts d'hématomes pourraient se vanter d'avoir été fortifiés par l'Holy Judge en personne, mais de guère plus.

La main gauche sur son fourreau aux couleurs pâles, Anders rentra chez lui. Une fois à l'intérieur de son habitation, il prit une bonne douche, se mit en tenue adéquate et se prépara son propre dîner. Lorsqu'il termina son repas de soirée ainsi que la vaisselle qui allait avec, il alla se mettre dans son matelas fort confortable et se laissa porter par la douce étreinte du sommeil.

« Quelque temps plus tard... »

Bien ! Une autre journée qui avait commencé comme beaucoup d'autres. Passant les formalités inutiles, remplissant diverses petites enquêtes, déjeunant à son endroit habituel, le Pourfendeur de Dragon grignotait les instants de ce jour rapidement. L'après-midi arriva très vite. Encore une fois, il devait s'occuper de la formation au combat des fantassins de l'armée. Rien d'anormale n'était à souligner, rien à part une légère odeur familière. Un « parfum » quasiment imperceptible, mais qui demeurait là...

En tant que professionnel, ce léger détail n'empêcha pas l'entraîneur attitré de faire ce qu'il devait et il le faisait bien. Une salle géante avait été libérée pour permettre aux chevaliers de s'entraîner, car dehors, le temps n'était pas le plus merveilleux, des goûtes d'eau tombaient des cieux où des nuages grisâtres tournoyaient de manière chaotique. Certains redoutaient même un orage dans les heures à venir, mais l'attention devait être portée sur autre chose...

Brusquement ! L'enfant de Dragon entendit une explosion, un cri de victoire et les fracas d'une bâtisse entrain de s'effondrer ! Détournant instinctivement la tête vers les endroits d'où émanait tout cela, il se prit un poing dans la joue droite. Celui d'une recrue qu'il était bien entendu, entrain d'entraîner. Anders ne bougea point, même la peau de son visage ne semblait pas avoir ressentie le coup de la bleusaille.

Une alarme retentit dans tout Era. Un son qui avait le don d'exploser les si délicats tympans d'un chasseur draconique. S'étant un peu habitué à la chose, il essaya de rassembler ses esprits. Les bruits qu'ils avaient entendus plut tôt provenaient de la prison, il balaya la salle de son fier regard et compta le nombre de renfort dont il disposait. Une centaine, cela n'était rien face à la véritable armée de Fiore, mais qu'importait, ça sera suffisant pour une intrusion.

D'un signe de main, le général enrôla la globalité des effectifs. Fort heureusement, le bâtiment d'entraînement était plus ou moins relié à tous les autres assez importants. L'escadron était en formation carrée, le premier rang qui était composé de dix lieutenants laissait ensuite place à quatre rangées de quinze chevaliers qui léguaient les deux dernières enfilades aux aspirants. Bien évidemment, celui qui était en tête du groupe n'était qu'autre que le général saint, les intrus allaient voir qu'on ne plaisantait pas avec les forces d'Anders.

Le régiment arriva quelques minutes plus tard au bâtiment pénitencier, ce qui semblait être un mage noir se défoulait sur les corps meurtris et inertes des gardes sous-entraînés de cette section... Le Dragon Slayer baissa légèrement la tête et serra ses dents jusqu'à les faire grincer. De l'ombre cachait ses yeux, à quel point que cela pouvait devenir effrayant, le haut gradé arrêta ses troupes et avança seul, s'il y avait embuscade, il serait le seul prit dedans se dit-il. Le jeune homme leva doucement son bras et pointa du doigt l'odieux malandrin pour dire d'un ton solennel.


Tu as été jugé par moi, Général Runique, Anders O.Kalvoz. À être condamné à la mort.

Le meurtrier regarda son interlocuteur d'abord d'un air insolent, mais plus le sérieux du juge montait, plus le sourire du tueur disparaissait... L'homme fit apparaître deux épées dans ses mains ! Néanmoins ! Le virtuose de la lumière avait déjà disparu, pour réapparaître derrière le scélérat ! Les poignets de ce dernier se retrouvaient sectionnés et glissèrent doucement du bout de ses avant-bras pour se retrouver au sol.

Comment ? Pourquoi ? Que c'était-il passé !? Voilà à présent ce que les miroirs d'âmes de l'impur reflétaient. L'incompréhension, la panique et la surprise, quant à lui, Anders rengaina son arme tranchante. Un cri voulut s'échapper des cordes vocales répugnantes de cette souillure, mais les subordonnés du général vinrent finir le travail de ce dernier.

Avançant droitement, garde de l'épée toujours dans le creux de sa main gauche, il gravissait les couloirs interminables du labyrinthe. En tant que haut gradé, il connaissait les lieux comme sa poche, quelques imbéciles osaient se dresser sur son passage, de sa vitesse fulgurante, de sa force ravageuse et de sa profonde colère, il les anéantissait purement et simplement.

La troupe d'autorités devait se resserrer, les étroits couloirs n'aidaient pas à garder la formation. Toutefois, cela rassura le meneur qui était séparé de quelques mètres du peloton. Il serait seul à découvrir les dangers et à être potentiellement en danger, les sacrifices, il fallait les éviter à tout prix. Ces hommes et femmes avaient une famille, certains des enfants, d'autre des êtres chers malades ou qui les attendaient tout simplement.

Leur vie devait être protégée ! C'est avec cela en tête que le justicier du conseil, tué sans vergogne, ceux qui se présentaient à lui... Bizarrement, les têtes de certains ressemblaient énormément à des criminels déjà emprisonnés, étrange, quelqu'un les aurait libérés ? Superbe ! Ça permettrait de corriger des erreurs ! La mort, voilà tout ce qui devait attendre tout malfaiteur digne de ce nom.

Passant sans problème les passages emplis de sales humains, tous débouchèrent sur une salle remplis à craquer de prisonnier. Les yeux orangés de notre gentleman s'écarquillèrent ! Les pires rebuts de l'humanité étaient... Libres ? Impossible, le conseil aurait tombé si bas ?! Pas le temps de se morfondre, les affreux avaient repéré les nouveaux arrivants.




Aujourd'hui, en tant que général, je vous ordonne de rester en vie et de faucher les leurs ! Dit-il d'un ton fort pour que toutes ses troupes l'entendent et il continua ainsi. Nous sommes des chevaliers ! Nous sommes la lumière qui purifie les ténèbres ! Nous sommes une armée ! Un rempart indestructible qui protège notre pays bien-aimé des souillures de leur espèce ! Pour Fiore ! Pour nos enfants et nos familles ! Mais surtout, pour la justice !

Ce discours n'avait qu'un seul et unique but, motiver ces braves combattant, leur redonner un moral perdu, leurs cris de guerre affirma que cela avait fonctionné à merveille ! Sur le coup, les moches impures reculèrent d'un pas et se remirent en question, c'était le bon moment ! Anders inspira une grosse quantité d'air en commençant une phrase « Hakuryû no... » et la termina en expirant !

Hôkô...

De ses fines et élégantes lèvres sortit un rayon blanc purificateur qui balaya les impies sur sa route ! L'assaut était commencé en beauté ! L'homme à la voix suave prit une teinte blanchâtre, puis commença à se déplacer extrêmement rapidement sur le terrain ! À sa vitesse, il courrait aisément sur les murs, en moins de quelques secondes, il était sur un des fauteuils planeurs où était censé se tenir un de ces êtres amphibiens étrange que le conseil avait l'habitude d'employé.

Tel un prédateur, il se tenait là, observant de ses pépites d'ambre la salle dans tous ses recoins. De nombreux lacrymas de lumière éclairés la salle, magnifique, en cas de pépin, le mangeur de lumière pourrait se délecter de son élément. Brusquement, mais d'une majesté certaine, il déplia son bras droit et le tendit.


Hakuryû no... Seinaru burēdo.

Une inquiétante lueur blanche apparut sur le métacarpe de la main droite d'Anders. Celle-ci s'amplifia, devint plus étincelante, éblouissante... Et la lame sainte du dragon blanc fut ! Le nobliau sauta dans la bataille ! C'était un véritable chaos ! Ce n'était que le début, mais les cris de douleur raisonnaient dans l'enceinte de la salle, les grognements d'effort et les fracas de lames devenaient la nouvelle symphonie de la prison...

D'un coup d'œil furtif, le supérieur pu voir que ses lieutenants combattaient des hommes ayant presque les mêmes habits que le premier exécuté. Sans doute, ces mages noirs avaient-ils un chef. Tout en tuant sans mal les imprudents qui fonçaient tête baissée sur lui, le stratège saint réfléchit à comment débusquer leur chef. Car oui, pour mener une attaque pareille, ce n'était pas quelques mages de sous-ordre qui allaient manigancer cela.

Feintant ses adversaires impurs avec sa vitesse et ses images rémanentes, il finit par comprendre ! Le plus fort d'entre eux était parti chercher Bunkatsu... Une cible de choix aux informations extrêmement prisées... Le fin examinateur avait déjà tué une bonne partie des criminels, tant mieux, ça aiderait ces pauvres subalternes à mieux gérer les restants.

Quant à lui, il se fraya un chemin vers la cellule de la conseillère déchue ! Le déluge d'ennemis se confronter à la colère de l'armée runique, une guerre parmi tant d'autres, où des innocents et des moins innocents sont destinés à mourir pour le bien de ce monde... Certes, le général avait envie d'en finir en une seule attaque, mais l'odeur qu'il sentait, la puissance qui se dégageait d'en dessous de la trappe menant à Rei... Tout cela présageait qu'il valait mieux économiser ses forces.

Le cœur serré, il prit puissamment la poignée de la trappe et de son bras droit il tira. Il commença à descendre et referma doucement la trappe. Le fils d'Akramus entendit un cri... Un coup, encore un... Impardonnable ! Il se lâcha de l'échelle et de grâce à sa forme lumineuse, il atterrit sur le sol. Silencieusement, furtivement, mais sa magie émanait déjà bien de lui. Son corps luminescent éclairé l'endroit à deux mètres devant lui.

Il voulait être vu. Il allait être remarqué. Il devait arrêter cela ! Pour une fois, il enleva sa main gauche de la garde de son arme. Anders savait qu'il allait avoir besoin de ses deux mains contre une ancienne conseillère et d'un être... Mystérieux, son odeur ressemblait étrangement à la sienne, ainsi qu'à celle d'Akramus. Enfin il n'y avait qu'une infime ressemblance, mais cela ne présageait rien de bon. Lorsque le juge saint vit les évadés, une expression de mépris orna son visage normalement beau et calme. Il pointa lentement de son index droit les deux accusés et aujourd'hui ni conseiller, ni aucune autre farce ne viendrait les aider à échapper à la mort. Ça allait être lui qui prononcerait le jugement.


En ma qualité de général. Rainer Akusei. Rei Bunkatsu. Vous êtes condamnés à mourir. Et que les conseillers aillent au diable avec leur exécution. Je serai votre bourreau. Dit-il d'un ton calme, mais qui camouflait assez mal sa colère. Hakuryû no... Tatsumaki...

Enfin ! Ses paumes furent en un instant remplies de son élément sacré ! Et sans chercher plus loin, le Dragon Slayer de lumière avança ses mains lumineuses et projeta son sort draconique sur les infidèles ! Il ne savait pas s'il avait fait mouche, mais aucune sortie n'était possible ici, à part la trappe du dessus... Après cette entrée fracassante, le jeune homme avait disparu. Sans vraiment y faire attention, le général runique avait prononcé le véritable nom de maelström, pourquoi ? En tant que membre important du conseil, il savait tout ce qu'il y avait à savoir sur les pires déchets du système. Et le membre de Thunder Light n'était pas une exception.

Le mage à l'élément sacré s'était mis sur le toit d'une cellule volante. Il attendait le bon moment pour ré attaquer. Il prépara une nouvelle technique digne du dragon qu'il était. Il concentra ses sens extraordinaires à leur paroxysme, et dès qu'il entendit un son s'approchant de la trappe, les deux odeurs des rats, il prononça ce sort...


Hakuryû no... Kama...

Le bras droit du justicier se mit à s'illuminer, il le leva vers le plafond de la prison et rabattit ! Il le remonta ! Et le rabattit de nouveau ! Encore ! Encore ! Et encore ! Une fois à l'horizontale ! Une autre à la verticale ! Mais surtout en diagonal ! Et tout cela en direction du trou où l'on enfermait les pires ordures de cet univers ! Les faux de lumière avaient été envoyées au même moment que le soulèvement de la trappe. Qu'importait si elle avait été défoncée par la magie, ouverte comme elle devait l'être, une quinzaine de lasers blancs fondèrent à présent sur cet endroit !

© Code de Anéa pour N-U

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Jeu 18 Déc 2014 - 22:32



feat. Rei Bunkatsu & Anders O.Kalvoz


La Conseillère Déchue[b]

Interception


“ Parce que tu es mon frère dragon… Et parce que tu appartiens à l’Armée Runique envers laquelle je ne nourris que de la haine, je vais t’écraser.”








Dans l’ombre du cachot, un croissant de lune blanc apparut. Il se sépara en deux et laissa éclater son hilarité. Un rire nerveux et semblant incontrôlable. La Conseillère, manifestement complètement folle se pencha en avant tant elle s’esclaffait.
Maleström ricana lui aussi. Cette femme n’avait pas volée sa réputation de démente. Instable, cette ou ces personnalités pouvaient, au demeurant, se révéler problématique(s)… Une fois que cette réflexion eut traversée l’esprit du chasseur de primes, il s’arrêta de rire, dérangé par les fantaisies pouvant imprégner le filage du destin... Bunkatsu fit de même quelques instants plus tard et redevint une bureaucrate des plus sérieuses. Un changement saisissant…

[b]- Soit. Je vais t’aider. Mais grouille-toi de me retirer ces trucs.

Cette fois-ci, c’est une légère irritation qui passa sur le visage de l’assassin. Les ordres n’étaient pas faits pour lui. Du reste, la Déchue semblait bien ingrate et inversait les rôles. C’était le mage de Thunder Light qui venait en aide à la Conseillère renégate et non l’inverse !
Enervé par l’usage de l’impératif et cette conduite-là, le psychopathe sortit de la poche de son pantalon un fragment à l’éclat métallique. Une clé. Sans vergogne, il se saisit des bras de Bunkatsu et localisa, malgré le manque de lumière, la serrure dans laquelle il enfonça brutalement le petit objet. Après l’avoir fait pivoté, Rainer arracha d’un grand geste vers l’arrière les cerceaux d’acier et les lança derrière lui, à l’aveuglette.
La Conseillère s’étira. Le monstre était libéré.
Soudain, un cri retentit. Le rang S tournait à peine la tête vers sa source que la blonde s’était jetée dessus, rouant de coups un homo sapiens mâle (d’après son cri). Des bruits organiques, de chair frappant de la chair, donnèrent quelques frissons de plaisir à l’homme-dragon.
Il avait réussi ! Réussi à déchaîner une aliénée puissante ! Réussi à trouver une alliée de choix ! Réussi à humilier le Conseil !
Désormais il n’y avait plus qu’à ressortir de la forteresse...




Un quelque chose vint brusquement chatouiller les narines de Maelstrôm. Un parfum fuyant… Mais connu. Une de ces odeurs enivrantes dont on ne se rappelle plus la provenance… Être dans l’incapacité de se remémorer l’intrigua et lui déplut grandement. Aussi, un autre de ses sens lui apporta de nouvelles données. Ses oreilles captèrent des sons brutaux, des cris et des chocs en tout genre… Toute ces informations sensorielles venaient d’au-dessus… Il semblait que le divertissement serait au rendez-vous, une fois la trappe passée…
Cependant, l’odeur se rapprochait, elle narguait le nez du Dragon des Mers. Et elle s’accompagnait d’une puissance lumineuse qui toucha le sol du cachot.
Inerte, mort ou inconscient, ce couard de geôlier n’ayant pu retenir un cri d’effroi vit sa matraque être dérobée par la prisonnière dont il était censé être en charge de la surveillance. Rainer put le voir clairement, une fois la salle éclairée par… La source de l’odeur !
Une entité… Eblouissante. Au sens littéral du terme. Une sorte de comète irradiant les recoins les plus sombres de la pièce circulaire.
Méprisant, il n’hésita pas, lui et sa drôle de fragrance, à pointer son index sur les criminels.


- En ma qualité de général. Rainer Akusei. Rei Bunkatsu. Vous êtes condamnés à mourir. Et que les conseillers aillent au diable avec leur exécution. Je serai votre bourreau.

Le ton employé était à la fois paisible et haineux…
Un général ? Ledit Rainer Akusei avait décroché le gros lot ! Vous souvenez-vous ? « Le premier membre de l'Armée Runique qui allait avoir le malheur de le croiser allait prendre très cher. » Et voilà qu’un éminent membre de ce groupe se présentait à lui, le jugeant avec une alliance de puérilité et de rapidité.
Le maître des flots pouffait de rire et s’apprêtait à lui répondre plutôt sèchement quand…
La lumière se concentra d’un coup dans les mains du Général. En un instant, le militaire envoya un sort destructeur, sorte de foreuse éclatante, sur le duo de mages noirs.
Hakuryuu… ?
Pas le temps de se concentrer là-dessus ! Dans un espace aussi exigu, il n’y avait aucune échappatoire ! Il fallait soit parer, soit contrer ! Et Maleström n’était pas du genre à invoquer des boucliers. Le visage grave, les yeux focalisés sur la tornade lumineuse, il expira une trombe d’eau, un authentique déluge aquatique qui vint impacter le sort ennemi avec une vioence inouïe ! Les forces contraires luttèrent quelques instants. Elles luttèrent, rugissantes, oppressantes de puissance. Embruns fouettant les alentours ! Traits lumineux grignotant la pierre ! Lances aquatiques faisant de même ! Flashes aveuglants !
Finalement, l’eau l’emporta sur la lumière et la dévora avidement, comme un carnivore se régale de sa proie ! Cela provoqua une explosion inondant assez la petite salle pour que l’élément aqueux, fidèle à son maître, arrive à ses genoux et à ceux de la « demoiselle en détresse ». Ce dernier le regarda presque tendrement…

Soudain, un tout autre Akusei s’afficha. Il pencha sa tête en avant. Son regard rougeoyant se fit excité, profond, compétiteur, sérieux, déterminé. Guerrier. Il fit un pas décidé, puis un autre, déplaçant l’eau.
Plus haut, une bataille avait lieu. Les hurlements et les fracas traversant même la pierre trahissaient. Le cœur de l’homme-dragon pulsait, envoyait un sang ardent, bouillant, dans tout son être. Le corps du rang S se fit réceptacle d’une soif de combat, d’une envie insatiable d’éliminer un rival.
Hakuryuu…


- Je me charge de lui !

Oubliant l’existence même Rei derrière lui, Akusei se rua vers l’échelle, y grimpa comme un singe et arracha la trappe à ses gonds d’un Tekken bien senti. Cette dernière vola et détruisit le visage d’un soldat Runique traînant sur sa trajectoire.
De son côté, le chasseur de primes ne put même pas observer le chaos prenant place dans la salle géante. En effet, à peine sa tête reptilienne était sortie qu’une série de projectiles blancs se dirigeaient en plein sur lui. ! Sans qu’il puisse ne serait-ce que réfléchir à comment les éviter, les deux premiers l’atteignit sur le dos de la main, la brûlant et l’entaillant comme il le fallait.
La main ?
Comment était-ce possible ?
Eh bien, comme tout Dragon Slayer se respectant, celui des Mers était doté de réflexes surhumains. Sans avoir prémédité son geste, deux torrents d’eau avaient fusé de ses mains de sorte à le projeter à l’intérieur de la salle inondée pour sortir de la ligne de mire de son adversaire. Un prodige draconique !
Dans les airs, il laissa s’échapper un son, mi-grognement, mi-hurlement. Finalement, ce fut un son rauque qui sortit de sa poitrine, bien que couvert par un bruit aquatique, lorsque son dos s’écrasa contre le sol pierreux de la salle souterraine.
Le bombardement continua, et une quinzaine de rayons illuminèrent brièvement la salle. Cette sale lumière…
Etalé dans l’eau (mais y respirant et y voyant comme ailleurs) Maelström observait sa main dans l’onde. Instantanément brûlée, elle ne saignait pas ou peu. Deux entailles plutôt profondes, tapissées de chairs noircies… Les os de l’index, du majeur, de l’annulaire et de l’auriculaire à vif, étant donné la fine couche de tissus qui les séparaient de l’extérieur. Quelque chose de bien laid…
La surface ondulante du liquide brouillait la perception de l’homme-dragon. Autour de son champ de vision, il voyait de longues mèches de cheveux blancs, semblables aux filaments d’une toile d’araignée. Non loin, le corps du geôlier anéanti par les sorts s’étant invités dans son « bureau »…
L’impact avait été dur et la blessure plutôt sérieuse…

Mais que faisait-il au juste ? Rester à observer ses blessures sous l’eau alors qu’au-dessus avait lieu une bataille comme le monde n’en avait jamais vu ? Rester immobile alors que l’on vient d’accomplir un gros coup contre le Conseil Magique ? Rester sans rien faire alors qu’un certain « Hakuryuu » nous attend de pied ferme ?
C’était ça, le grand Maelström ?
C’était ça, le puissant Rainer Akusei ?
Non !


• • •

A la surface, se battaient des dizaines de mages noirs et de Chevaliers Runiques. L’un de ces derniers, affrontait deux ennemis en même temps. De sa magie gravitationnelle, il mit soudain à terre ses adversaires. Les malfrats, ne pouvant esquisser le moindre mouvement sous la pression et s’écorchant sur les débris de lacrymas anti-magie ayant constitué leurs cellules. Le soldat s’approcha alors du premier et dégaina son épée. L’un de ces déchets allait recevoir un juste châtiment et lui, ce jeune Chevalier, allait aider à purger le monde du mal. Comme ses parents seraient fiers de lui… Il allait à apporter sa pierre au grand édifice de la paix. Poser cette dernière sur les ossements des méchants… Oui ! Quel gloire ! Une guerre sainte, vraiment !
Soudain, la pointe de l’épée se retrouva pointée sur la gorge du mage noir, un colosse qui déglutit péniblement.

- Tu mourras rapidement, promis.


Il arma son bras…
Et une forme, surgie de nulle part, le frappa avec une force inouïe !


- Crève, lâcha-t-elle sobrement.

Un flot de sang fut craché par le jeune justicier alors que l’ombre se projetait dans la direction inverse de laquelle elle était venue, éjectant par la même occasion le militaire au loin.
L’ombre en question n’était autre que le Sea Dragon Slayer. Projeté par son Hikou, il avait pris appui sur la nuque du Chevalier pour repartir, éjectant un puissant torrent de son pied. Autant dire que la mort était assurée dans ces cas-là.
Sérieux, le visage caché par ses cheveux mouillés, l’homme-dragon continua sa macabre danse sur le champ de bataille, bondissant de nuque en nuque.
Tout en assassinant les pions, Maelström gardait leur chef en vision… Ou plutôt en odorat. Fort étrangement, nulle colère surnuméraire ne l’animait. Sa blessure aurait pourtant dû, en temps normal, le mettre dans un état de rage redoutable…
Pourtant, Rainer, froid et souverain, tourbillonnait dans la salle. Chaque impulsion équivalait à une tombe en plus à creuser. Efficace, il brisait des nuques, écrasait des trachées ou des visages, ne prêtant aucune ou presqu’aucune attention à ses alliés en mauvaise posture. Lorsque l’on tentait de s’attaquer, à lui, il se contentait d’esquiver, laissant les sorts et les armes terminer leur course ailleurs.
Dans le chaos, le Dragon Slayer se complaisait. A l’aise comme dans l’eau, la boucherie, l’omniprésence du danger et de la mort, ne semblaient que stimuler ce seigneur de la destruction !

La bataille faisait rage ! Le sol était couvert de sang, de cadavres, de cristal verdâtre et de résidus de sorts… Notamment de l’eau.
La dernière de ses victimes reçut pire traitement que ses homologues. Le pied d’Akusei foula le haut de son crâne… Et l’enfonça littéralement dans son corps ! Sous une telle pression, la partie supérieure de la colonne vertébrale éclata et les premières vertèbres traversèrent la peau de leur possesseur, comme si ce dernier était tué par sa propre enveloppe.
Le chasseur de primes, excité, s’envola littéralement vers l’une des rares cellules ayant survécu aux entrechoquements provoqués par sa propre personne plus tôt. Vers la source de l’odeur. Vers son… Egal.
La vitesse faisait traîner la crinière blanche du malveillant derrière ce dernier. Ses yeux rouges semblaient plus sanglants que jamais. Sa bouche s’ouvrait sur un rictus sincèrement joyeux.
Il dépassa la cellule et se laissa retomber sur son toit, amortissant le choc en pliant ses jambes et posant une main (la valide), sur le cristal.
Toujours le sourire aux lèvres, Akusei se releva et sa voix insupportable retentit :


- C’est toujours pour moi une joie que de rencontrer l’un de mes frères et sœurs…, clama-t-il avec un ton inhabituel chez lui. Tu es donc le Dragon Blanc, général…

Ledit militaire ayant arrêté de se prendre pour le soleil, Rainer put distinguer ses traits. Un visage fin, des yeux de la couleur de l’ambre… De taille moyenne et plutôt fin. Ses cheveux semblaient être les mêmes que ceux du Sea Dragon Slayer… En plus… Lumineux. Ceux du rang S étaient bien plus ternes. Morts et mortifères. Décolorés par le sel et la rage…
Il y avait chez ce « Holy Judge », nom par lequel on le connaissait sur les affiches, une sorte de prestance, de… Noblesse. Plus que son simple statut de Dragon Slayer, l’accoutrement de ce jeune homme offrait à son apparence quelqu’impression d’aristocratie.
Rainer déplora qu’il n’ait pas l’air plus guerrier… Quoi qu’il en soit, ce dernier montra le dos de sa main meurtrie, la gauche, à son interlocuteur.


- Gehehahaha! Tu ne m’as pas raté ! T’es bien digne de ton titre de Dragon Slayer ! Vois-tu, nous sommes l’élite. Et eux (il fit un dédaigneux signe du bout du menton pour désigner les combattants) forment la plèbe… J’aimerais bien parler avec toi, mon frère… Oh, mais j’te vois venir. « Je ne suis pas le frère d’un criminel » et blablabla… Ce genre de discours est lassant au possible. De toute façon, que tu le veuilles ou non, tu fais partie de ma famille.

Soudain, ses pupilles se dilatèrent et la joie de l’enfant trouvant un ami avec lequel s’amuser se changea en celle du prédateur ayant trouvé la proie parfaite. Le sourire d’Akusei évolua en conséquence.

- Cependant… Même au sein de l’élite, il existe une hiérarchie. Et nous allons la définir ici et maintenant ! Parce que tu es mon frère dragon… Et parce que tu appartiens à l’Armée Runique envers laquelle je ne nourris que de la haine, je vais t’écraser. Prépare-toi ! Prépare-toi à une bataille acharnée ! A la fois fraternelle et mortelle ! Gehehehahahaha !

Tant de théâtralité, tant de bavardages ne ressemblaient pas à Maelström. Néanmoins, les circonstances étaient exceptionnelles. Face à ses rivaux, face à sa famille, le Dragon des Mers était radicalement différent que confronté aux banals primates parasitant Fiore. Deux buts étaient là conjugués. Régner sur les autres Dragons, au sommet de la chaîne alimentaire, et faire souffrir le Conseil Magique !

- Umiryuu no Yokugeki !

Une grande quantité d’eau tourbillonna autour des bras de Rainer, tumultueuse et avide de destruction. Avec un rugissement de fin du monde, les deux masses d’eau furent libérées sous la forme d’un duo de vagues géantes, assurément bien suffisantes pour balayer le Holy Judge et le faire ainsi choir dans le vide !
Ceci fait, Akusei profita de sa capacité à voler pour se projeter en arrière, sur le dos, dans un espace sans rien si ce n’est le sol pour endiguer son attirance vers les profondeurs de la planète. Vu d’au-dessus, son corps svelte semblait évoluer avec aisance et confiance alors qu’en contrebas prenait place un carnage.
Arrivé à la bonne hauteur, il éjecta un fulgurant torrent aqueux de ses deux bras pour foncer, pieds en avant, sur la cellule flottante. Le monolithe verdâtre fut propulsé avec une force respectable. Si le psychopathe avait tout bien calculé, la cellule cueillerait le Dragon Blanc en plein vol ! Ejecté par une manifestation l’ire maritime et brisé en plein vol par un cristal insoumis à la pesanteur.
Tel était le destin tragique du général Runique.

Et le mage de Thunder Light redescendait vers les Hommes, plongeant en piquer pour atterrir sur le corps d’une autre de ces recrues prometteuses de l’armée du Conseil. Le choc en fut amorti, le primate écrasé au sol, agonisant. Sadique, Rainer lui sourit et ne l’acheva pas. Histoire de le laisser voir ses camarades, ses amis, se faire massacrer à tour de bras sans ne pouvoir rien faire. Histoire qu’un voile noir obscurcissent sa vue, que les rideaux se ferment sur l’horreur. Que la terreur s’instille dans son corps et le dévore !
Le sanguinaire rang S, debout près de sa dernière victime s’adressa, à tout hasard, à la Conseillère, hurlant malgré les cris de rage et de douleur, malgré la colère et les sentiments des guerriers. Malgré le désir de liberté des criminels. Malgré les odeurs entêtantes de sang et de détermination.


- Bunkatsu, espèce de tarée ! Amuse-toi si ça te chante mais n’oublie pas que le but est ton évasion ! lança-t-il, n’ayant aucune idée de sa position ni de sa situation.

Il espérait le retour de la Déchue à ses côtés afin de progresser au plus vite vers la sortie. Pour ce qui était du justicier draconique, il préférait poursuivre l’affrontement à l’extérieur… Si ce dernier n’avait pas encore trépassé.
Mais, Rainer était confiant.
Après tout, mourir aussi facilement revenait à salir son titre. Et cela ne signifierait que le démérite du Dragon Blanc quant aux enseignements reçus par son père ou sa mère.

En attendant Rei, Maelström héla un groupe de Chevaliers Runiques.


- Vous, pauvres chiures ! Amenez-vous et dites-moi vos noms histoire que je puisse après violer et saigner à blanc vos mères, ces stylo orange*ns !

Son Shippo était déjà préparé, malgré la douleur causée par sa blessure manuelle. La gueule ouverte sur un sourire carnassier et une expression de pure méchanceté sur le visage, le mage noir fit claquer ses fouets.

© Code de Anéa pour N-U

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Lun 22 Déc 2014 - 17:10



L'individu ricana. Bien que ce rire ait une tonalité grinçante, aigüe, Rei le trouvait sympathique. Il devait être content d'avoir mise l'ex-Conseillère à son service. Une présence. La jeune femme sentait une présence familière. Pas familière au point qu'elle reconnaisse tout de suite qui était la personne qui se tenait à seulement quelques mètres derrière elle mais la Déchue ne savait qu'une chose : c'était un agent qui travaillait pour le Conseil, elle devait l'avoir vu dans les couloirs. Elle se retourna pour faire face à leur opposant. En effet, l'habit qu'il portait montrait bien que c'était quelqu'un de haut placé, un snobinard comme on en trouvait au Conseil de la Magie, il était haut-gradé. Il s'adressa aux intrus d'un ton calme mais qui laissait transparaître sa courroux.
 
- En ma qualité de général. Rainer Akusei. Rei Bunkatsu. Vous êtes condamnés à mourir. Et que les conseillers aillent au diable avec leur exécution. Je serai votre bourreau.
 
L'intéressée tressaillit quand elle entendit son nom dans la bouche de l'homme qui les avait interpelés. Son patronyme à lui ne revenait pas à l'esprit de la jeune femme aux cheveux blonds. Peu importe. Elle allait mettre enfin sa vengeance à exécution. Il prononça le nom d'un sort typique d'un chasseur de dragons. L'incantation s'abattit sur eux. [/size][size=15]La jeune femme voulut riposter mais quand elle prit appui sur sa jambe pour bondir sur l'adversaire qui les avait défié, elle fut subitement reversée par une vague. Son prétendu sauveur avait été plus rapide et avait fait déchainer une tornade aquatique. L'eau engloutit férocement la lumière. La jeune femme se releva, elle ne devait pas rester en telle position de faiblesse. Elle retomba à renverse en glissant sur le sol trempé. Son nouvel allié grimpa à l'échelle pour sortir de cette minuscule pièce. 
 
- Je me charge de lui ! lui lança-t-il déterminé.

Ce lieu n'était en effet pas approprié pour se battra surtout avec une magie si destructrice. Un autre sort s'abattit sur eux. Encore et encore. La petite taille de l'espace gênait Rei au plus au point pour esquiver chacune des attaques. Utiliser la pression de l'air comme bouclier était aussi inutile. Finalement leur opposant arrêta de lancer ses sorts. Le mage qui se révélait utiliser une magie aquatique riposta. Le niveau de l'eau déjà important monta d'un coup. La jeune femme se fit alors recouvrir d'eau. Sortir devint sa priorité. Elle battit des pieds de toutes ses forces et réussit à happer une bouffée d'air avant que l'eau la recouvre à nouveau. Bien que la jeune femme savait nager, elle était totalement envahie par la panique. La trappe, il fallait trouver la trappe pour sortir d'ici. Ses poumons allaient exploser. Sa tête heurta le plafond. Elle tâta le plafond. Une ouverture lui indiqua l'emplacement de la trappe. Elle passa par l'ouverture et pris appui sur le sol pour remonter à la surface. Lorsqu'elle déboucha sur la grande salle, elle inspira une énorme bouffée d'air.

Ce n'était pas le première foi qu'elle y allait, mais la voir dans cet état, des cadavres jonchant le sol, les murs tachés de projections de sang, une eau sombre qui la recouvrait, la fit sourire. L'eau était sans aucun doute due aux sorts du mage qui était venu pour elle. Akusei Rainer. Comme l'a dit le Monsieur-Le-Général-Snobinard.Rei n'eut pas le temps de reprendre son souffle quand elle sentit un poids se jeter sur elle et de cette façon mettre fin à ses pensées. Un assaillant l'avait plaquée face contre terre. Elle ne pouvait plus bouger. Il la tenait fermement à la gorge, la tête sous l'eau. Que pourrait-elle bien faire ? Était-ce la fin de Rei Bunkatsu ? Alors qu'elle regardait ses dernières bulles d'air s'échapper de sa bouche, sa vision se troubla. 

❖ ❖ ❖

Non ! Ce n'était pas la fin de Rei Bunkatsu ! Elle rouvrit les yeux. Ses pupilles se dilatèrent sous un spasme incontrôlé. De l'adrénaline affluait en elle. Son visage se fendit d'un sourire carnassier. Elle se releva, sous les yeux ébahis du soldat qui la maintenait au sol quelques secondes auparavant. Elle lui attrapa la tête d'une main tout en enfonçant ses ongles dans la chair de son visage. Il hurla de douleur. Elle serra en le levant dans les airs. Un rire la prit à la gorge. Ca faisait du bien. Reprendre possession du corps de Rei depuis ces quelques jours qui semblaient avoir duré si longtemps. C'est-ce que pensait la personnalité psychopathe. Les personnalités de Rei avaient plusieurs degrés de folies. Celle-ci devaient être de loin la plus effrayante. Revenons à notre soldat. Il avait arrêté de hurler et se contentait de produire des petits gémissements mêlés à des murmure qui suppliaient Rei. Sa transpiration commençait à rendre les mains de son bourreau glissantes. Bon trêve de plaisanteries. La jeune femme contracta les muscles de sa main et [Ca fait quoi comme bruit une tête quand ça explose ?]. Son crâne éclata sous la pression, de la cervelle gicla et tâcha la jeune femme. Cette dernière laissa tomber le cadavre qui avait bénéficié d'une chirurgie esthétique quoiqu'un peu expéditive. 

L'eau qui lui arrivait maintenant à la taille commençait à se teinter de pourpre. Elle sentit des regards rivés sur elle et se tourna vers eux. Ils étaient paralysés par la peur de recevoir le même sort que leur camarade là à ses pieds. La folle profita de leur paralysie. Elle s'avança à grands pas vers un premier et lui enfonça sa main dans son ventre. Le proie se mit à vomir du sang. Et à tâcher une fois de plus Rei. Celle-ci réprima à bruit de dégout par ce mélange de bile et de sang avant de faire ressortir sa main et de laisser sa dépouille à moitié morte plonger dans l'eau. Il lui semblait que ce cadavre possédait un objet tranchant. Elle replongea la main dans l'eau pour attrape cet arme. C'était une épée. Bien elle allait pouvoir causer plus de dégâts. Désormais armée comme se le devait Rei Bunkatsu, elle se jeta dans la mêlée de poltrons qui, à cause de la peur, n'avaient pas pu beaucoup bouger depuis. 

C'était le pied !Bien que cette épée soit de mauvaise qualité, elle rentrait sans problème dans la chair. Son corps bougeait tout seul. Il décapitait, égorgeait, éviscérait. Il dansait sur le rythme de la musique effrénée que jouait son coeur qui battait dans sa poitrine. Le tempo devint de plus en plus rapide, de plus en plus fort...  Elle arrêta sa danse morbide pour reprendre son souffle. Elle respirait péniblement. Se battre dans l'eau demandait beaucoup plus d'effort. À ses pieds, s'empilaient par dizaines des cadavres de soldats du Conseil. Son épée de fortune ne pouvait même plus est qualifiée ainsi. En effet, la lame était devenue toute dentelée. Elle la jeta au loin examinant l'état de la salle. L'eau lui arrivait maintenant au nombril. Cet Akusei devait vraiment se lâcher pour remplir une si grande salle en si peu de temps. Elle devait changer de technique d'approche étant donné que les survivants dans son périmètre étaient devenus inexistants. C'était simple. Nager au fond de l'eau et dès qu'elle avait repéré une ombre ou n'importe quoi qui ressemble à une proie encore vivante, puis prendre appui sur le sol et bondir hors de l'eau pour attraper sa victime à la gorge. Son plan marchait parfaitement. Elle lui enfonça violement la tête dans l'eau ensanglantée. Quelques bulles remontèrent à la surface puis plus rien. Mort. Le cher (Rei ne connaissait même pas son nom) est mort tragiquement. L'ex-Conseillère, toute joyeuse replongea dans l'eau. Le sang présent en quantité incroyable dans l'eau lui troublait la vue mais ce n'était pas si grave. Elle tuait tout ce qu'elle trouvait. Elle bondit une énième fois, tuant une énième personne. La jeune femme fit le bilan de son état. Son cerveau était encore en compote suite à l'injection qu'elle avait reçu et suite à son changement de personnalité. Elle entendit son nom. Son allié lui parlait. Elle se tourna vers lui.

- Bunkatsu, espèce de tarée ! Amuse-toi si ça te chante mais n’oublie pas que le but est ton évasion ! 

C'est vrai. Ils devaient partir. La jeune femme se dirigea vers lui d'un pas aussi rapide que le niveau de l'eau lui permettait. Les cheveux étaient trempés et ensanglantés : ils la gênaient. Elle se contenta de les rabattre en arrière. Le jeune homme s'était occupé à hurler sur d'autres gens du Conseil. Elle se présenta devant lui avec un grand sourire.

- Vous m'avez appelée ? 

Bien sûr cette question était d'une futilité sans pareille mais Rei devait bien trouver un moyen de signaler sa présence.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Mer 24 Déc 2014 - 23:49



feat. Rei & Rainer


Le conseillère déchue

Punishment of the White Dragon


Vous… Vous…
Vous allez souffrir,
endurer le martyre…
Regretter le jour de votre naissance.







L'insolent avait pouffé un rire. Néanmoins, ce genre de manière était légion chez les impurs. En se moquant de leur sort. Anders disparut aussitôt qu'il était apparu. Le son d'un choc plutôt conséquent arriva bien malgré les sons alentours, aux oreilles du lumineux. Ainsi, ils avaient pu contre-attaquer... ? Le deuxième assaut serait plus ciblé et porteur de meilleure nouvelle.

Les échos de la bataille, troublaient relativement fortement les sens auditifs du Dragon Slayer. Toutefois... Se concentrant fortement, visualisant les mouvements comme lui avait appris son entraîneur draconique. Le général pouvait deviner un tant soit peu, les déplacements de ce Rainer. Il bougeait péniblement. Ses pas étaient entravés par... Des bruits d'eau mouvante... Par une certaine quantité de liquide, alors !

Cet insecte maîtrisait donc l'eau... Un détail comme un autre. Perché sur son toit de cellule, le bourreau aux manières raffinées, prépara son prochain coup. Telle la faucheuse originelle, il envoya, dès qu'un violent bruit d'impact vint s'immiscer dans ses tympans, nombre de ses faux rayonnantes ! Celles-ci firent leur terrible tâche. Fendant sur leur nouvelle proie, tels des rapaces affamés, coupant les obstacles de trop, qui leur barraient le passage, elles atteignirent leur cible...


Une fois ses salves terminées, le haut gradé tendit son oreille gauche. Des hurlements d'agonie, de douleur, de terreur, s'entendraient-ils ? Non. Il crut entendre une voix étouffée par les flots déchaînés du rebelle, mais guère plus. En avait-il finit ? Cela était étrange. Grâce au réseau d'information du conseil, le O.Kalvoz savait quel adversaire s'était dressé devant lui. Un mage de rang S, une élite de guilde noire, dirons-nous.

Plongé dans ses pensées, le justicier en avait presque oublié le chaos s'étant installé à son lieu de travail. Ledit Maelström était fini et la conseillère aussi. L'épéiste de lumière, prit la garde de son sabre, puis il changea son fourreau en lumière pure, grâce à celui-ci. Dégainant en un temps record, il alla s'occuper de quelques mécréants, refusant la justice, si pure et travaillée, soit-elle.

Quelques-uns de ses hommes gisaient au sol. Inerte... Dépourvu de vie... Anders pesta contre lui-même ! S'il avait su... Il n'aurait pas enrôlé de simples soldats... Voir cela était pour lui... Une torture sans nom... Un petit groupe de scélérat vint en direction de l'illuminé. Ricanant du sort de ses troupes, se moquant de ces braves hommes qui se battaient pour un avenir meilleur !

La main serrant la poignée de son épée, se ferma de plus en plus fortement. Sa mâchoire faillit broyer sa dentition parfaite, la pression exerçait par celle-ci était si forte, qu'il ne pouvait plus mentir. Sa colère était bien visible. Sa peine se reflétait dans ses miroirs d'âme... L'enragé regarda le groupuscule de malfrats railleurs.




Vous… Vous… Vous allez souffrir, endurer le martyre… Regretter le jour de votre naissance…  

Le ton employé troubla les concernés. Les deux premiers mots qui sortirent de la bouche du juge saint, avaient été prononcés d'un ton clairement haineux. Cependant... Le reste n'était pas tout à fait, exprimé de la même manière. Sa voix suave avait repris le dessus, mais une légère intonation de folie submergeant péniblement sa tristesse, s'était chargée de terminer sa phrase.

Sans prévenir les malotrus, le virtuose de la lumière, créa quatre images rémanentes de lui-même. Ainsi, il troubla les êtres hébétés, puis en profita pour affliger nombre de sévices à ces anciens prisonniers. D'une précision extrême, l'homme saint avait réussi à couper leur langue, leurs bras et pour finir, leurs jambes.

D'un mouvement sec, il fit partir le sang perfide qui taché sa lame. Ses clones visuels rentrèrent en lui pour signer la fin de son illusion. Laissant ces énergumènes patauger dans la mare putride de leu liquide sanguin, agonisant de mille maux. Le sans-pitié avança vers d'autres souillures du même genre.

Malheur ! Sur la route, son regard souverain croisa celui qu'il pensait mort... Malédiction ! Ce jeune homme se foutait littéralement de ceux qu'il assassinait ! Écrasant leur nuque, piétinant leur crâne... Toutes ces recrues pleines d'avenir... Impardonnable ! Ce fut la goutte qui fit déborder le vase... D'un autre côté... Bunkatsu ! La tête du général, marquée par la haine, se retourna vers la déchue.

Inexcusable ! Inexpiable ! Irrémissible ! Sous son sentiment de colère absolue, ses bras, jambes et son buste se contractèrent, laissant ainsi apparaître ses véritables muscles... Le corps imposant d'un Pourfendeur de Dragon, un vrai ! Couplé en prime, par un général runique, dont la réputation n'était plus à refaire, allait libérer sa vraie puissance !


White Drive... Annonça-t-il, envahi d'une rage incommensurable.

Une aura blanche tourbillonnante, enivrée d'une puissance redoutable, apparut sur le corps du distingué en armure. L'impur ciblé, n'était qu'autre que le manieur d'eau, puis la folle dingue et enfin ! Tous les malfaiteurs de l'endroit ! Mais avant toute chose... D'une vitesse de course ébouriffante, il rattrapa le fieffé co*nard. Néanmoins, une autre troupe de bandits vint se remettre sur son chemin.

Le colérique chargea ses coups, d'une force démesurée et les envoya violemment sur le groupe d'affreux... Ceux-ci eurent tous leurs os brisés, réduit en miette, fracassés en morceau, annihilés de la réalité même ! Ce n'était plus un gentleman qui se déplaçait en cet instant. Mais une bête assoiffée de sang... De vengeance et de justice !

Dans sa forme lumineuse, l'haineux terrassa toute résistance lui faisant face. De sa vision perçante, il vit le dragon des mers s'envoler vers une toiture de cellule. Il pensait sans doute que le noble combattant n'avait pas quitté son perchoir d'antan. Un raisonnement ridicule pour un fils de dragon. De sa vitesse fulgurante, il atteignit juste un peu après, le toit d'une autre cage volante.

Maelström opta pour un atterrissage en douceur. Limitant les dégâts sur son corps. Faible, faible, faible, faible, faible ! Ridicule, Ridicule, Ridicule ! Le juge sacré utilisa un mur de la salle comme une aide d'escalade. Un gros son d'impact résonna dans la salle. C'était la colère du Dragon Blanc... La masse lumineuse détruit un bon morceau de façade intérieure, pour ensuite, atterrir violemment sur une toiture voisine de la geôle du fou furieux.

Celle-ci eut du mal à tenir le choc. Cet atterrissage avait déjà fissuré de toutes parts la chose. Mais qu'importait. Bien qu'il n'éclairât plus telle une étoile, Anders avait des traits de lumière qui apparaissant de temps en temps. Ressemblant presque à des éclairs, montrant ainsi... L'énormité de sa rage. Toutefois, il prit le temps d'étudier l'animal en face de lui.

Chevelure terne reflétant l'impureté de son porteur. Yeux de démon, corpulence frêle, vêtement de paysan, air de psychopathe... Une ordure en plus, à anéantir. Ce déchet savait user du don de la parole. Il ne s'en priva point, débitant un nombre incalculable de bêtises et sottises en tout genre. Un léger sourire puant le sadisme se mit à orner le visage du doux homme.

S'il savait ce qu'allait lui réserver son « frère » comme il disait... Il ne ferait plus le fier. Durant le monologue du fou, le général ne put retenir un rire... Particulier. À la fois noble, non exagéré, discret et pourtant... Effrayant au possible. Ce léger rire dura un certain temps. Il continua, même quand, dans sa délicatesse absolue, le dragon d'eau avait envoyé un torrent digne d'un petit déluge, sur sa dite famille.


Yokugeki... Prononça-t-il, une fois son fou rire partit.

Le rieur leva rapidement ses bras en les entrecroisant, puis il les rebaissa tout aussi vivement ! Deux rayons lasers vinrent rencontrer et miner le flot dévastateur du beau parleur. La forme en « X » du sort, servit aussi à protéger Anders et c'est ce qu'elle fit à merveille ! Même une geôle volante, fonçant -on ne sait pourquoi- droit sur l'humain pur, se fit laminer de tout endroit par un des rayons de lumière concentrée.

Il ne fallait pas oublier, qu'avec sa technique de renforcement. Sa magie aussi avait prit du poil de la bête ! Inspirant un grand coup. Le fils d'Akramus repéra l'odeur du mage abyssal. Survivant à cela, son ricanement dément revint à la charge. L'aristocrate n'était plus. Bravo Rainer... Tu avais réussi à réveiller le démon à l'intérieur de cet ange magnifique.

Pauvre demeuré que tu étais, pauvre de toi. Le courroux d'un être fou de la justice, allait s'abattre sur toi et tous tes camarades, ordure ! De la lumière se mit soudainement à envelopper l'enveloppe charnelle du mage saint. Celui-ci avançait lentement là où son odorat le menait. Vers son premier objectif.

Et comble de l'ironie ! De sa vitesse relativement lente, il avait permis aux deux tourtereaux de se retrouver. Rei et Rainer... Deux êtres corrompus, à désintégrer... Sautant de cellule en cellule, il put aussi voir des cadavres de grenouilles employées, on ne sait pour quelle raison, par le conseil. Tss... Des gardes d'élite auraient dû les remplacer. Là au moins, les risques d'intrusion auraient étaient réduis !

C'était de toute manière... Trop tard. L'armée runique se faisait battre à plat de couture, les innocents perdaient leur vie, alors que les coupables se réjouissaient de leur victoire. Impardonnable, impardonnable, impardonnable, impardonnable, impardonnable ! La quantité géante de lumière, avait atteint des sommets ! En l'occurrence, un seul, un seuil ne dépassant pas dix mètres. L'homme à l'aura gigantesque s'interposa, entre le vulgaire mage noir et un groupe de survivants runiques.


Et toi, pauvre tas d'excréments. Plus laid que le pus sortant des furoncles les plus abominables. Je te détruirai toi. Et tous tes rejetons parsemant le chaos ! Metsuryû Ougi... Seinto... Batsu...

Subitement, l'aura colossale se réduit à une simple couche de lumière. Couche qui recouvrait fièrement, telle une armure le juge saint. Soudain, plusieurs rayons sacrés sortirent du corps du Dragon Blanc ! Similaires au faisceau d'Etherion, ceux d'Anders prirent moult direction différentes. En un clignement d'yeux, seuls les ennemis publics de Fiore, furent abattus.

Mais quand était-il des deux amoureux ? C'était extrêmement simple. Dix lasers les poursuivirent, dix chacun, bien entendu ! La salle principale allait garder les séquelles de ces attaques un bon nombre d'années... Le sang des hommes courageux du conseil, demeurerait de nombreux cycles solaires... Et dans son esprit, le général graverait à jamais ces pertes douloureuses... C'est pourquoi d'un geste sec, il dit aux survivants de retrouver leurs compagnons encore en vie et de partir de ce lieu infernal !

Rares étaient les moments où il haussait la voix. C'est pourquoi, les chevaliers lui obéirent sans hésitation. Ils cherchèrent leurs amis blessés, en pleine santé et laissèrent les morts. Le général O.Kalvoz se chargerait personnellement des funérailles de ces hommes et femmes... Mais pour cela, il devait rester en vie ! Et il savait pertinemment que sa technique secrète de chasseur de Dragon, ne suffirait pas.

C'est pourquoi il prit un lacryma de lumière, et absorba la lumière à l'intérieur... Cela n'allait pas lui redonner toute sa magie perdue. Mais, sincèrement, ça lui sera d'une grande aide pour la suite des événements. Il rangea son arme tranchante dans son fourreau pâle et se tint prêt à toute offensive, possible...

© Code de Anéa pour N-U

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Sam 27 Déc 2014 - 22:57



feat. Rei Bunkatsu & Anders O.Kalvoz


La Conseillère Déchue

Burying


“ Soudainement, le frêle dragon fut balayé comme une poupée de chiffon, éjecté comme si un pied géant avait tiré sur lui un grand coup !”








Rainer avait commencé à inonder la fosse aux criminels... Cela dit, il s'y déplaçait avec une telle aisance qu'il ne s'en était même pas rendu compte... Après tout, Maelström était le seigneur incontesté des océans ! Ce n’était pas lui qui se plongeait dans l’eau… C’était l’eau qui se pressait vers son roi. L’eau qui, pour espérer pouvoir lécher ses pieds d’une langue froide et éthérée, venait à sa rencontre.
Le mage noir ne fit attention à sa sujette qu'en percevant l'arrivée de Rei Bunkatsu à ses côtés. La jeune femme peinait quelque peu à se mouvoir, l'entièreté de ses membres inférieurs étant en milieu subaquatique. Akusei plongea son regard démoniaque dans les iris déments de l'arrivante tandis que les Chevalier précédemment provoqués s'approchaient.


- Vous m'avez appelée? demanda Bunkatsu avec un sourire puéril.

Le rang S décala légèrement sa tête, gêné par la position bien trop proche et obnubilante de la blonde. Les militaires se rapprochaient et le psychopathe ne pouvait manier comme il le fallait ses fouets avec cette aliénée plantée là, devant son nez sensible.
D'autant plus que le White Dragon Slayer revenait à la charge sous la forme d'une colossale sphère lumineuse ! Un immense agglomérat éclatant occupant une bonne partie de la salle !
Rei n'avait sûrement pas vu le danger. Il planait sur elle comme sur son sauveur... Pourtant la discrétion n’était pas de mise…
Aussi, Rainer poussa sans ménagement la blonde afin de dégager son champ de vision.


- BOUGE !

Dans la seconde qui suivit, le chasseur de primes donna, avec une expression faciale digne de lui, un hargneux coup de fouet de manière à corriger son rabat-joie de frère. La masse aquatique claqua, vicieuse, et... Ne sembla avoir aucun effet !
Maelström mordit sa lèvre inférieure et laissa se fondre ses armes avec le reste de son élément dans lequel baignaient représentants du Vivant comme du Minéral. Cadavres d’Hommes et de prisons, éclats de pierre et d’os… Oui, cette salle s’apparentait à l’estomac de quelque créature rocheuse… Et dans cet estomac au suc sanglant, d’autres sacs digestifs, plus petits et mous, se tordaient de douleur, plongés en une solution corrosive.  Le mal et la cruauté animaient l’onde. S’y tremper, s’y délier les membres revenait à s’enfoncer dans le péché. L’on était presque surpris de voir encore de pieux paladins, tels que le général O.Kalvoz, garder la raison au contact du fuyant fluide dont les effluves mortifères falsifiaient les sentiments, flétrissaient l’esprit du curieux renifleur…




Sieur Déshonneur s’empara alors de la parole, profitant de sa position de puissance.

- Et toi, pauvre tas d'excréments. Plus laid que le pus sortant des furoncles les plus abominables... Je te détruirai toi. Et tous tes rejetons parsemant le chaos !

Si ce pauvre général savait l'intérêt que portait Akusei à ses "rejetons"... Des singes rebelles qu'il avait déchaînés, voilà tout.
Ledit maître des flots se renfrogna néanmoins, irrité par les injures proférées par ce sal*pard de dragon ayant choisi la faible espèce de laquelle il était issu... Cela ne lui plaisait guère. Guère plus que les histoires de famille.
Du reste, les Mers voulurent renier le Blanc. Ce dernier ne se réduisait qu’à un reptile pourri, rampant dans les bas-fonds de l'évolution avec, comme signe factice d'une noblesse bafouée, un jabot au cou. Quel lézard décérébré ! Un pauvre et vulgaire saurien : un sot qui ne savait rien, oui... De vive voix, cette bonne terreur des abysses aurait utilisé un vocabulaire quelque peu plus fleuri afin d’informer le général de ses réflexions. Cependant, le temps, denrée ô combien précieuse, lui manquait.
 
Le svelte jeune homme maudit ainsi, silencieusement, le dragon anencéphale ayant mal choisi son apprenti...
Cela dit, l’on ne choisit pas sa famille. Voilà ici un adage bien vérace ne laissant nulle place au doute. Quoi qu'ils fassent, les deux Dragon Slayers étaient liés jusqu'au (tragique) trépas de l'un ou de l'autre... Et, étrangement, cet événement fatidique, Rainer allait le précipiter pour le militaire ! Enfin, une fois sa nauséabonde clarté déversée sur le monde…
Le molosse du Conseil annonça l'intitulé de sa prochaine offensive :


- Metsuryû Ougi...

Soudain, la lumière se compacta autour du corps la commandant. Cette pression... Cette atmosphère presque pétrifiée… Cette puissance trépidante menaçant de faire exploser le corps de son porteur… Avec sa retraite vers son maître, la lumière semblait avoir aspiré toute trace de sensations externes. Plus de bruits aquatiques, plus de cris d’agonie, plus de douleur, plus de frissons, plus de parfums entêtants, plus de cheveux collés au visage, plus de sang dans la bouche… Juste un cœur noirci tambourinant dans une poitrine, juste une respiration saccadée, juste le contact de l’eau, juste une gorge sèche, juste… La radiance.  
Rainer ouvrit de grands yeux excités. Il savait bien quelle était la puissance de ce genre de technique ! Il fallait faire vite ! Être aussi rapide que le débit d’adrénaline se déversant dans ses veines !


- Appaku! hurla-t-il.

Bien aise (et inquiet) doit être celui qui voit ce sort rarement utilisé par le Dragon des Mers. Un vêtement d’onde bouillonnante recouvrit son corps, lui donnant l'air d'un de ces Elementaux d'Eau en colère. Contrer l'attaque à suivre par l'une de ses propres Metsuryuu Ougi aurait pris trop de temps.
C'est pourquoi il décida de rassembler, à la hâte, toute l'eau sur le champ de bataille en un point, entraînant avec elle les morts comme quelques vivants. Ainsi fut dressé un épais mur rougeâtre entre le psychopathe et son adversaire lumineux.


- Seinto... Batsu...

Une immense quantité de rais lumineux s'attaquèrent aux criminels, prenant chacun une direction différente... Sauf vingt ! Vingt dirigés sur le duo de psychopathes!
Animé par un élan protecteur, le mage d'eau se jeta sur la Déchue... Et… L'enlaça ! Un instant où le monde tout entier sembla appartenir aux amants criminels… Enfin, durant cette seconde ballotée par le fleuve du temps, ils allaient pouvoir vivre leur passion interdite. L’amour ! Oui, l’amour ! Fermant les yeux, Rainer Akusei se pencha pour embrasser Rei Bunkatsu...
Au moment où ses lèvres draconiques allaient entrer en contact avec la peau de l'homo sapiens femelle, un sourire malfaisant s'afficha sur le visage du rang S et ses paupières se relevèrent brusquement !


- Gehaha, t’y as cru ? Hanran !

Une puissante colonne d'eau monta du sol au promontoire par lequel l'on entrait dans la salle, emportant assurément la Conseillère avec elle et faisant se soulever les cheveux blanchâtre de son compère.
Ainsi, dix rayons se détachèrent du groupe de projectiles afin de poursuivre Bunkatsu tandis que leurs dix autres amis gardèrent trajectoire fixe : en direction du fils d'Abyssia.


*Tes sal*peries sont donc à tête chercheuse, p’tit frère? Rien à f*tre ! Je ne comptais pas les fuir !*

Campé sur ses pattes toniques, le mage de Thunder Light se prépara à recevoir l’assaut fraternel comme un cadeau offert avec la plus grande des délicatesses. Les lances de lumière traversèrent le mur d'eau qui fut changé en gruyère. Elles ne perdirent qu’extrêmement peu d'intensité avant de poursuivre leur folle course vers Rainer.
Les traits durcis par la concentration, celui-ci se focalisa sur sa protection et appela mentalement le sort à lui. L’hydre lumineux ne se fit pas prier vint de plein fouet frapper le dragon à l'armure abyssale!
Celui-ci, vif, compressa (tout en hurlant)  son élément aux endroits où le courroux du Général Runique s'abattait. De durs impacts manquèrent, à maintes reprises, de le faire défaillir. Toujours est-il que sa défense suffit à l'empêcher de se faire transpercer de toute part...
La peau située sous cette servile protection qu’était l’Appaku brûla. L’homme-dragon recula de quelques pas lourds et pénibles sur un sol détrempé et souillé.  


- Gahah..., lâcha-t-il alors que le mur aquatique s'effondrait, semblable à un déluge de sang.

L’assassin avait atteint ses limites et fut forcer de se relâcher.
Grossière erreur. Funeste faiblesse.
Soudainement, le frêle dragon fut balayé comme une poupée de chiffon, éjecté comme si un pied géant avait tiré sur lui un grand coup ! Décrivant une série d'arabesques disharmonieuses, dans la salle où l’eau, libérée de son emprise, reprenait ses droits, il finit par s'écraser durement sur un mur fort peu moelleux.
Le choc fut assez puissant pour que la noble créature crache une giclée de son (précieux) liquide vital. Masochiste, cette gerbe rougeâtre se suicida en se mêlant avec empressement aux autres sangs polluant le plus puissant des éléments…
Comme une vulgaire loque, le Dragon des Mers glissa lamentablement sur la pierre avant de tomber dans son eau draconique souillée par l'hémoglobine.







Les cheveux blancs de Maelström jetaient une ombre sur son visage... Assis au fond de l'eau (qui était encore montée des suites du Hanran), il n'était plus visible par l’œil des créatures terrestres, mammifères comme reptiles.
Rainer toussa, ce qui eut pour effet d’éveiller toutes les patientes meurtrissures de son corps attendant leur heure pour dévorer ses nerfs. Sa main charcutée, son dos écrasé ainsi qu'une dizaine de points divers de son corps lui faisaient un mal de chien. De plus, la défense avait été assez coûteuse en termes de magie... Soulever une telle masse, éjecter la Conseillère Déchue et focaliser son armure mouvante à certains endroits… Le tout à une vitesse record !
Ca n'était pas de tout repos... Même pour un rang S.
Pas mal, Hakuryuu.
Rainer sourit. Un sourire psychotique, teinté de sang et de colère.
Hakuryuu...
Le système sanguin prit le dessus sur le système nerveux. Adieu la douleur, place à la rage !
Hakuryuu!



- HA... KU... RYUU !

Rainer Akusei avait jailli de la gigantesque flaque de liquide rouge. Légèrement taché par celui-ci, il fila se poster à l'endroit où il avait jeté Bunkatsu et, une haine à la fois bestiale et rivale tordant ses traits, prit le contrôle de l'eau située désormais en contrebas. Derrière lui filaient, avec leurs blessés les derniers Chevaliers Runiques ayant échappé à l’étreinte de la Faucheuse... Ces pauvres hominidés se jetaient dans la gueule du loup... Enfin, de la louve. Une louve avec un carré blond et affectionnant particulièrement les objets tranchants.
Mais, revenons-en à nos dragons !
Celui des Mers souleva de ses doigts crispés une colossale et instable sphère aqueuse qu'il fit se fracasser sur le plafond de la salle. Alors que les premières pierres commençaient à tomber, Maelström s'engouffra dans le corridor menant à la grande salle, une nouvelle fois planant grâce à son Hikou. Il dépassa les traînards et entendit un fracas assourdissant. Au sens propre du terme. Incapable d'ouïr quoi que ce soit, murmure comme hurlement,  le mage noir se positionna au bout de cette sinistre caverne, dans une cage d’escalier, et déchaîna des flots muets dans le couloir. Impitoyables,  ils engloutirent les soldats et les blessés les ayant ralentis. L’eau donne la vie comme elle la reprend…
Ceci étant fait, Maesltröm provoqua un nouvel éboulement à la sortie du corridor afin de condamner la zone.
Si le Dragon Blanc survivait à l'effondrement de la grande salle, il se perdrait dans l'eau à sa sortie, si rapide pouvait-il être.
Néanmoins, dans le plus grand secret, Akusei espérait (et ne doutait pas) de la survie de son frère... Pour pouvoir le détruire en mains propres !
Cela posé, il fallait tout d'abord sortir de cette prison...

Se retournant tranquillement, il se mit en marche, boitant quelque peu, vers les marches pierreuses. Il se trouva là bien las et soupira en  constatant son état peu flatteur :


- Pff... Minable…

Des hématomes couvraient son corps, comme les traces d’obus couvrent un champ de bataille. Ses habits étaient déchirés,  comme le linceul de quelque cadavre pourrissant. Funambule à ses heures perdues, l’homme-dragon hésitait entre guerrier féroce et clochard miraculé du dernier hiver. Sa main carbonisée, semblable à un morceau de lard avarié, l’une de ses jambes, boiteuse comme si elle avait été instantanément rouillée… Cela lui donnait un air bien indigent.
On lui aurait presque jeté une pièce… Mais la raclure de croûte vaginale, qui aurait osé faire ça, Rainer lui aurait fait subir un sort peu enviable…
Levant la tête, il fit résonner un appel jusqu’à l’étage supérieur :


- La Déchue? J'espère que t'es arrivée là. Lance-moi un cadavre de sous-m*rde si tu veux me le prouver... Bref, sortons de cette c*nnerie de bastille.

© Code de Anéa pour N-U



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Mar 6 Jan 2015 - 7:18



Bien qu’elle se tenait à deux ou trois mètres de lui, Rei savait qu’elle était trop proche. Akusei était mal à l’aise. Pour toute réponse, il la poussa sans ménagement en lui ordonnant de bouger. La jeune femme sous la force qu’avait employée le jeune homme pour la faire dégager manqua de tomber dans l’eau sombre où flottaient une multitude de cadavres. Rainer armé de ses fouets aquatiques continuait à mener sa lutte acharnée contre l’abruti de général du Conseil. Ce dernier prit alors la parole.

-Et toi, pauvre tas d'excréments. Plus laid que le pus sortant des furoncles les plus abominables... Je te détruirai toi. Et tous tes rejetons parsemant le chaos !

Pff… Ce qui était sûr vu le personnage, c’est que le mage noir ne considérait pas du tout ses alliés comme des rejetons mais comme de vulgaires pions. Rei de son côté continuait à massacrer les ennemis qui venait à elle. Il y en avait beaucoup trop. Le dirigeant de l’armée du Conseil se révélait être un chasseur de dragons utilisant la lumière. Elle se retourne un instant afin de jeter un coup d’œil au combat titanesque qui se déroulait derrière elle. Il prépara un sort. Toute la lumière présente se concentra en l’unique point qu’était son corps. Rei, à moitié aveuglée par cette intense clarté, se sentit d’un coup mal. C’était la sensation désagréable qu’on ressentait face à un adversaire puissant, quand celui-ci vous démontre toute sa force en préparant son sort. Akusei ne resta pas là planté à attendre d’encaisser cette attaque. Son visage fut marqué de l’expression qui témoignait de son excitation. Le mage aquatique fit appel à tout le liquide disponible dans la salle pour ériger un mur pour se défendre de l’attaque du mage de lumière.

Rei ne faisait plus attention à ce qui l’entourait. Soudain, elle se fit attraper par les épaules : c’était Akusei qui l’avait protégé de rayons lumineux provenant de leur ennemi commun. Il l’enlaça ! Rei était troublée et était gênée de cet élan… protecteur ? Elle se trouvait bien trop proche de lui, elle pouvait sentir son souffle chaud sur son visage. Leur deux corps corps étaient plaqués l’un contre l’autre, si bien que Rei pouvait sentir le cœur du chasseur de dragon battre à vive allure.  Le rouge lui monta subitement aux joues. Akusei pencha alors la tête vers elle. Son visage semblait alors se rapprocher encore et encore des lèvres de Rei. Il fermait les yeux. Qu’est-ce qu’il faisait le débile ? Il n’allait pas… Non !  Rei prise de panique restait là sans se débattre, les yeux écarquillés. C’est alors que soudain, Akusei rouvrit les yeux un dixième de seconde avant que leurs lèvres ne se touchent, et un sourire malfaisant se dessina sur ses lèvres. Il la regarda avec dédain et amusement et dit :

- Gehaha, t’y as cru ? Hanran !

Il avait voulu l’embrasser ! Le débile il allait payer. La jeune femme voulut se débattre, l’égorger, l’étrangler, le dépecer mais , elle ne le fit pas. Les rayons lumineux les suivaient. Elle devaient remettre sa vengeance à plus tard. Tout à coup, l’ex-Conseillère se fit emporter par une colonne d’eau qui la projeta sur le promontoire qui menait à l’entrée de la salle. Elle se releva. Les rayons envoyés par le Monsieur-le-Snobinard-en-Chef s’était séparés. Un partie allait droit sur elle. La jeune femme jura dans ses dents. Elle allait devoir utiliser sa magie. Mais comment ? Elle ne pouvait pas utiliser l’air. Elle réfléchis à toute vitesse. Oui ! Ca pouvait le faire !  Elle dédoubla son image en trois et se jeta sur le côté. Les rayons virent s’écraser à un ou deux mètres d’elle. Les débris vinrent l’écorcher. Elle se remit avec difficulté sur ses jambes. Le bas de son pantalon avait été déchiré et elle s’était râpée l’avant bras en évitant de se faire toucher par les rayons meurtriers. Elle passa sa main à l’endroit douloureux. C’était humide. Elle saignait.

A ce niveau de la salle il y avait d’autres gens. D’autres victimes. D’autres futures dépouilles qui s’empileraient à ses pieds. Elle passa sa main à sa bouche. C’était salé. Métallique. Du sang. Elle aurait bientôt plus de sang. Un premier assaillant. Il se jeta sur elle, la pointant de son épée. Rei sourit. Elle enroula son bras autour de celui de son assaillant. Elle le fit tomber et lui tordit le bras pour lui enfoncer son arme dans la gorge. Elle le regarda un instant, agonisant la gorge tranchée, lâchant quelques gargouillis diffus. La psychopathe, attrapa la poignée de l’épée et l’arracha du corps inanimé du soldat. Elle releva la tête, le visage orné d’un sourire. D’autres assaillants se jetèrent sur elles. Cette fois-ci, ils avaient compris que y aller un par un ne serait que suicidaire et s’y étaient mis à quatre. Bande de lâches ! La jeune femme se dédoubla. Les deux jeunes femmes dédoublèrent leurs épées de façon à en avoir une dans chaque main et une dans chaque corps. Les lames perforèrent les corps. Le sang gicla. Rei fut prise d’un rire de démente.

Elle s’arrêta de rire, toute essoufflée. Les mains posées sur se genoux, elle respirait bruyamment. La foldingue se redressa. Redevenant une seule et même personne, elle se dirigea vers la sortie l’arme au poing. Partir de cet endroit, retrouver l’air frais du dehors devint sa priorité. Elle grimpa les marches avec difficulté. Ses jambes la faisaient souffrir. Avoir passé quelques heures dans cette minuscule cellule les avaient engourdies. N’importe qui, quoi qui rencontrait sa route se trouvait découpé en morceaux. C’est ce qui arriva aux soldats retardataires qui étaient encore en train de traîner dans le couloir.  Le sol devint couvert de sang. Rei ne se gêna pas pour piétiner les dépouilles des pauvres malheureux qui se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment. L’odeur du sang était devenue plus agressive pour les narines de la jeune femme. Dans la salle l’effluve était plus diffuse, diluée par l’eau. Alors que ici, dans l’espace restreint l’odeur âcre du sang était plus concentrée. Elle monta les marches ne prêtant pas attention aux traces macabres qu’elle laissait derrière elle.

On pouvait trouver une énorme quantité à l’étage supérieurs. Ils avaient dû se replier vu l’échec lamentable de l’armée du Conseil. Bien, alors rendons cet échec encore plus lamnetable ! se dit Rei avec un sourire jusqu’aux oreilles. Elle fit tomber son épée par terre, pour se jeter sur ses anciens “collègues“. Elle en plaqua un au sol. Elle s’approcha de son visage, sentant sa respiration saccadée qui témoignait de sa panique. Son sourire s’élargit. Bien que cette scène put paraître romantique, elle perdit tout cet aspect quand la psychopathe maintenant transformée en une bête féroce enfonça ses dents dans la gorge de sa victime. Il lâcha un cri effroyable avant de se taire d’un coup. La jeune femme se détacha du corps inerte. Elle se releva recrachant le sang qu’elle avait dans la bouche.  Elle s’essuya la bouche avec le dos de la main. En plus de l’odeur, le gout du sang n’arrivait pas à partir... Un suicidaire se jeta sur elle. De dos en plus. Lâche ! Elle se retourna et l’attrapa à la gorge. Elle serra. Il s’étouffa. Il essaya de lui attraper le bras pour qu’elle lâche mais la jeune femme  resserra ses doigts sur le cou du pauvre homme. Une fois qu’il ne bougea plus, elle le laissa tomber à terre. Une femme la mit en joue. Rei s’esclaffa. Pathétique. Son adversaire lui tira dessus. Esquiver ses coups de feu fut aisé et l’ex-Conseillère passa son bras autour de son cou empoigna sa chevelure et fit craquer sa nuque. Crac ! Son cadavre tomba tel un pantin inanimé.

Sa tuerie fut interrompue par Akusei. Sa voix grinçante la fit sursauter.

- La Déchue? J'espère que t'es arrivée là. Lance-moi un cadavre de sous-m*rde si tu veux me le prouver... Bref, sortons de cette c*nnerie de bastille.

Bon il veut un cadavre ? Ainsi soit-il. La jeune femme posa son pied sur la dépouille de la malchanceuse qui avait voulu la tuer à coup de pistolet. Elle la poussa du pied en bas des escaliers. Rainer arriva à son étage. Rei se mit à le gronder.

- Non mais tu aurais quand même pu me passer une arme. A cause de toi j’ai été obligée de me battre avec ça ! Et pis…

Elle fut interrompue par l’aspect répugnant de la main de son interlocuteur. Il avait dû se la brûler. Il n’était vraiment pas doué… Rei, quant à elle était en meilleur état. Elle poursuivit prenant un air inquiet.

-Oh tu t’es blessé ? C’est cet enfoiré de général qui t’a fait ça ?

La jeune femme s’approcha de ce dernier. Elle prit sa main blessée et la prit entre les siennes. Rei le soigna. La peau de sa main enfin restaurée, elle lui fit un grand sourire en la serrant de toute ses forces jusqu’à entendre un Crac ! La jeune femme, satisfaite sa vengeance, se retourna en s’adressant à son prétendu sauveur.

- Allons-y Akusei.

Elle prit la tête et gravit les escaliers. Elle avait été trop longtemps à l’intérieur, loin du ciel bleu, loin des arbres, loin de la surface, enfermée dans un espace confiné, une minuscule cellule insalubre, une cage à rats. Ils débouchèrent sur une salle grande mais minuscule par rapport à celle qu’ils venaient de quitter quelques minutes auparavant.

Des gens, encore des gens, des futures victimes, des cadavres qui, d’ici là, pourriront empilés les uns sur les autres. Un sourire des plus malfaisants se dessina sur sa face couverte de sang. Rei lança à Akusei.

- Hé le dégénéré ! J’espère que ton bobo à la main ne te gênera pas pour perpétrer un autre massacre à cet étage…

Avec ou sans arme, la jeune femme allait continuer ce qu’elle avait commencé et même dépasser son quota semestriel. Le quota trimestriel était dépassé depuis longtemps mais elle n’allait pas s’arrêter en si bon chemin.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Ven 9 Jan 2015 - 20:48



feat. Rei & Rainer


La conseillère déchue

 White Dragon's Madness and Ally


Il y a eu une bataille… Deux camps…
Beaucoup sont morts, mais nous sommes encore là, nous quatre…
C’est pourquoi… C’est pourquoi…
Pour ceux tombés au combat…
Nous vaincrons !







Les hommes du général rentraient au bercail. Tout s'annonçait bien pour eux... En apparence. L'homme aux cheveux blancs avait sans le vouloir, amené ses troupes à leur inéluctable trépas... Cruelle destinée, était-ce là ta décision ? Devait-il mourir pour le plaisir de deux fous dangereux ? Eux, qui avaient en leurs mains mille et une envie de sauver ce monde ?! Et bien, aujourd'hui et en cet instant, notre brave Anders n'allait pas laisser le destin s'en tirer à si bon compte...

Un hurlement de rage désignant son élément ainsi que son état draconique, le fit se mettre en garde et à regarder vers son semblable. Le pathétique paysan des mers souleva son élément et alla le claquer au plafond du bâtiment. Et bien... Tout cela était réellement... Inconvenant. Le Dragon Blanc voulait offrir au reptile aquatique, le repos éternel afin de purifier son âme impie... Quel infâme humain !

Fort heureusement, grâce à sa vitesse ô combien fulgurante... Anders parvint à faire la moitié du chemin qui le séparait de ses hommes... Cependant, même la lumière ne pouvait être intouchable... Même notre paladin pouvait être blessé... Ce fut le cas lorsque le plafond, anéantit, fit tomber nombre de ses rejetons de roc... Certains touchèrent une épaulière de notre vaillant chevalier du bien, d'autres le haut de son crâne...

À maintes reprises, il tomba au sol, sous les impacts rocailleux... Mais tout autant de fois, il se releva aussi rapidement qu'il trébucha... Esquivant par instant, quelques pierres tombantes... Notre hargneux nobliau, gravissait courageusement les derniers mètres qui le séparaient du couloir où les rescapés de la bataille, avaient trouvé refuge. Et juste à temps ! Derrière lui, de plus gros blocs tombèrent, scellant le passage vers les anciennes cellules...

Que la justice soit louée ! Un petit sourire de satisfaction orna le doux visage de notre général. D'un petit grognement de douleur, il révéla ses faiblesses d'homme. Il se tint quelques endroits du corps, qui avaient été touchés relativement sérieusement. Au loin, les soldats courraient vers leur survie... Leur lueur d'espoir... Vers une masse sombre s'approchant dangereusement d'Anders... Comment ?! Les yeux de ce dernier s'écarquillèrent, puis avant même qu'il ne comprenne ce qu'il se passe, des flots meurtriers inondèrent l'endroit.

Beaucoup de survivants moururent rien qu'avec le choc de cette eau macabre ! Ils allaient rejoindre le royaume des morts, les poumons noyés par ces torrents insalubres... Le corps du lumineux avait percuté le tas de ruines se trouvant derrière lui. Ce fut une douleur de plus, qui s'ajouta à quelques dizaines d'autres... Non... Ce n'était point grave... Le problème n'était pas là... Ce fut la vision des dernières recrues du conseil défuntes, qui perturba l'esprit de notre homme pur.

Ses miroirs d'âme ne virent qu'horreur sur horreur... Certains avaient été démembrés, sans doute durant la bataille précédente, d'autres brûlés, on ne sait comment... Dévisagés... Et tous, sans exception, avaient l’émotion de la peur gravé sur leurs visages meurtris... L'idée de périr ici, avec ses hommes lui avait traversé l'esprit... Une fraction de secondes. Mais ouvrant les yeux d'un air déterminé, armé d'une volonté de fer, il montra que cette supposition avait été rejetée !

Son instinct de survie combiné à son intelligence naturelle, trouva une solution simple et efficace pour se sortir de ces eaux funèbres. Manquant d'air pour réaliser un Hurlement du Dragon Blanc correct, il ne put  cracher qu’un fin rayon sacré... Néanmoins, cela suffit à craqueler le barrage crée par ce Rainer. Il s'arma de ses Liens de Lumière, puis les lança pour les accrocher aux fissures. Une fois bien agrippé, Anders tira un bon coup sur ses ficelles lumineuses !

Cela fonctionna ! Les débris empêchant d'accéder à la cage d'escalier cédèrent et laissèrent passer de ce côté, l'eau malveillante du dragon des mers... L'endroit se vida peu à peu, pour au final, laisser la magie de cet Akusei aux genoux de notre justicier... Faisant disparaître sa magie utilitaire, le général resta quelques secondes en ce lieu, une jambe pliée, la tête baissée... Murmurant des excuses et prières pour les courageux, morts en cette sinistre journée.

Il se releva, remonta sa tête faisant ainsi ruisseler de nombreuses gouttes de sa chevelure éblouissante, reflétant tel un miroir, l’image d’un homme brisé... Ses yeux étaient pointés sur l'escalier... Malgré le fait qu'il était atteint psychologiquement et physiquement, son but restait le même. Intercepter les deux tourtereaux et les anéantir. Cette mission en tête, il s'enveloppa de son habit luminescent et alla à sa vitesse phénoménale, rejoindre ses deux cibles... Le juge allait juger, même si celui-ci n'avait plus son apparence sacrée.

Quelques secondes suivirent pendant ce voyage. Anders se retrouvait dans une salle infiniment plus petite que le champ de ruines, qui faisait dorénavant office de cimetière, aux anciens incarcérés... Quand il balaya la salle de son regard ambré, il aperçut cette garce de Bunkatsu, accompagné de son amant reptilien ! Son sang ne fit qu'un tour... Ses veines ressortaient de manière étrange... Son visage n'était plus celui de la noblesse, mais celui de la vengeance !


Raiiiiiiiineeeeeeeer, Buuuuuuunnnnnkaaaaaatsu ! Hurla-t-il, tel un ange déchu en quête de rédemption…

Car c'était cela qu'il était en ce moment... Un être divin, souillé et bafoué... Ridiculisé... Pour reconquérir son titre sacré, une seule chose devait être faite... Tuer les infidèles ! D'un ricanement dévoilant sa folie, il se mit à courir en titubant pathétiquement vers les impur... Main gauche toujours accroché à sa garde... Criant sa haine, la crachant à la face de ces deux insectes misérables ! Il utilisa sa paume libre afin de la garnir de son élément si charmant. Arrivé non loin d'eux, il annonça la sentence, d'une voix à vous en faire froid dans le dos...

Hakuryû no… Hori Rei…  

D'un mouvement sec et circulaire, il lança ses rayons de manière imprécise. Son état de simple humain l'avait regagné... Sa faiblesse... Aussi. Damnées soit ses réserves, maudites soit ses limites ! Il allait les surpasser ! Les exploser ! Quitte à en souffrir... D'un mouvement furtif, il recula de plusieurs mètres, leva son bras droit, ouvra sa main... Puis, de son expression dégénérée, il regarda en direction des impies.

Hakuryû no… Insek..

Général ! Cria une voix familière et étrangère à la fois.

Cette action inattendue, vint stopper dans son élan, notre juge saint. Il tourna légèrement la tête pour voir celle de cette voix... Un autre homme semblant avoir la même tranche d'âge du général était là. Ses vêtements étaient aussi raffinés que sa voix charmeuse et à la fois... Insolente. L'inconnu avait un fusil à sa main droite, posé au préalable, sur son épaule du même côté. Un sourire orgueilleux était dessiné sur la face de l'incongru... Était-il avec eux ?! Les paroles qui allaient suivre seraient décisives pour sa survie.




Être à deux contre un… Ceci n’est point très fair-play. Permettez-moi de rejoindre votre sinistre ballet de sang… Deux généraux valent mieux qu’un ! Dit-il en s’amusant à faire tourner son arme à feu, un doigt sur la détente.

Anders en resta bouche bée… Enfin un renfort, enfin une personne prête à mener un combat acharné… Il n’avait aucune allure d’un vétéran, mais tout comme le lumineux, quelque chose émanait de lui… Seul son sourire troublait le jeune Dragon Slayer. Savait-il que nombre d’innocents étaient morts ?! Que d’enfants ayant à peine sorti de leur berceau, avaient été tué impunément ?! Sans doute… Ce n’était point un sourire nerveux… Le O.Kalvoz connaissait cette expression.

Et sans crier gare, il mit sa main droite ouverte en direction de la conseillère déchue. Il regarda notre bien-aimé justicier, l’air de dire qu’il allait s’en occuper. Deux cercles étranges apparurent à l’extrémité de son membre, puis une boule rouge fut crée, puis propulsée sur la blondinette. Alors que ledit général fonçait sur sa proie, notre haut gradé envoya une de ses faux lumineuses, afin d’éviter que Rainer intervienne.


Toi… Kuhuhu… Tu es à moi !

Suite à ces paroles en disant bien assez… Il redevint cette lumière ambulante et alla trouver le Dragon des Mers, au corps-à-corps. Sortant son sabre familial à une vitesse troublante, il joua les escrimeurs avec le terroriste de Thunder Light… Ce galopin était agile et semblait se jouer de la haine animant Anders… Mais il était confronté à un maître épéiste, pas à une recrue de bas étage !

De son côté, l’autre autorité cherchait à pousser la psychopathe dans une salle différente. Il fanfaronna, se déhancha et s’amusa à tirer ses cartouches sur la demoiselle, comme s’il tirait sur une prise de choix… Il rechargeait son arme à la vitesse de la lumière, visait tel un tireur d’élite et s’éclatait comme un gosse jouant à l’un de ses premiers jeux… Toutefois… Prenant d’un coup une expression des plus sérieuse, il dit…


Le Cercle des Cinq Feuilles Magiques, Chant Sacré ! Ce petit jeu n’a que trop duré.

Cinq cercles magiques se créèrent au-dessus de l'ancienne conseillère... De taille et couleur différente. Un puissant rayon violet sortit du sol et passa sans doute à travers Rei pour rejoindre les cercles lévitant. La puissance du sort semblait s'augmenter au fur et à mesure que le rayon pénétrait les ronds remplis de runes en tout genre.

Ne sachant pas s'il avait vraiment fait mouche, il se prépara à toute offensive de la part de la vile ex-prisonnière... Du côté du Dragon Blanc, la danse macabre continuait et il était toujours armé de sa lame. Mais redoutant une attaque du mécréant, il fit un sacré, bond en arrière, puis commença un de ses sorts. Rangeant son arme rapidement. Il rapprocha ses mains près de sa taille et concentra la lumière dans l'espace séparant ses membres.


Hakuryû no… Ryūsei…
           
Ainsi, le nobliau envoya quelques dizaines de boules faites de sacré, en direction du mage d’eau. Son épuisement lui avait sans doute fait tirer à côté, la plupart de ses sphères, qu’importait ! Le bombardement dura au moins quinze secondes… Envoyant relativement lentement ses sorts, de manières différentes pour troubler le malade mental, il essayait lui, de ne pas rester statique.

Tu m’avais parlé d’une hiérarchie… Ridicule ! Tu te penses au somment car tu détruis la vie d’humains, alors que comble de l’ironie, tu n’es qu’un simple humain toi aussi ! Si tu as ta magie de Slayer, ce n’est que pour cette raison. Les dragons toléraient et protégeaient  la race humaine, alors un véritable Dragon Slayer, se doit de protéger cette race qu’avaient défendue nos « parents » respectifs ! Dans tous les cas, tu es une honte pour les dragons mais aussi pour les humains, tu n’es qu’un raté…  

Que ce maudit ne pense pas que son « frère », le prenait en pitié. Mais il est vrai qu'Akramus lui avait dit ces mots... Quand bien même ce dernier n'avait plus foi en l'homme... Il gardait son amour pour cette race au fond de son cœur... C'était l'une des raisons qui poussait le général runique, à détruire ceux étant indigne de l'amour de son père draconique. À la fin de son attaque, il manqua de cracher au sol, face à l'humiliation d'avoir un lien quelconque avec cet énergumène...

Il voulait mettre en avant leur titre draconique ? Il allait être servi ! S'il voulait que les deux princes des cieux se battent, alors ainsi soit-il... Même avec le peu de réserves en lui, Anders allait combattre jusqu'à la mort ! Il se prépara à parler, alors que du côté du général fusilier, la même chose se produit... Comme portés par une force invisible, leurs deux esprits semblaient s'être connectés, pile à ce moment-là...


Il y a eu une bataille… Deux camps… Beaucoup sont morts, mais nous sommes encore là, nous quatre… C’est pourquoi… C’est pourquoi… Pour ceux tombés au combat… Nous vaincrons !      
   
Les deux hommes de justice plièrent leurs jambes… Avancèrent leur bras droit et reculèrent leur gauche… Et n’ayant plus aucune crainte, poussée par une entité supérieure, leur foi et leur courage… Ils avancèrent vaillamment vers leurs ennemis ! Deux généraux, deux criminels… Mais seulement deux places en enfer… Qui allaient y siéger ? Telle était la question…

© Code de Anéa pour N-U

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Mer 14 Jan 2015 - 17:23



feat. Rei Bunkatsu & Anders O.Kalvoz


La Conseillère Déchue

Psycho Tag Battle


“On t’a choisi, c*nnard. T’es un loup et tes troupes, ton pote et tes supérieurs sont des moutons. Un loup qui tente de se déguiser en mouton… Ca fait de toi le pire d’entre eux !”









Pour toute réponse à l’appel de Maelström, une forme chuta lourdement du haut des escaliers. Elle s’écrasa aux pieds de Rainer avec de sinistres craquements et un bruit de pastèque qui explose. En effet, ayant la nuque brisée, la tête du cadavre de ce qui avait jadis été une femme avait impacté la première le sol. En conséquence d’une chute de plusieurs mètres, le crâne avait tout simplement éclaté, aspergeant les murs et le pantalon du Dragon Slayer de sang, de liquide céphalique et de matière cérébrale.
En bref, Bunkatsu était vivante.
Akusei monta comme il le put les escaliers, forcé, par moment, de s’appuyer au mur poisseux de sang avant l’heure… Il y allait avoir tant d’effusions d’hémoglobine que, bientôt, la forteresse se changerait en une éponge gorgée de ce sérum vital. Si bien qu’elle en tomberait sous son propre poids, abattus par les morts de ses propres soldats…
Les cheveux du Dragon Slayer lui tombaient sur les yeux. Il passa une main ennuyée à travers les brins d’écume afin de les rabattre vers l’arrière et ne pas gêner sa vision. Ainsi, le front dégagé, les yeux malfaisants, les rubis du Mal incrustés sur sa face semblaient encore plus intimidants et maléfiques.
Lorsqu’il monta la dernière marche de l’escalier, une furie aux cheveux blonds le gronda comme s’il était un petit enfant.


- Non mais tu aurais quand même pu me passer une arme. A cause de toi j’ai été obligée de me battre avec ça ! Et pis…

Ah oui, sale garnement que ce Rainer !
Se faire gronder de la sorte surprit grandement le fils d’Abyssia qui connut un moment de solitude. Lui, l’homme qui avait provoqué une évasion de masse au sein de la plus importante prison du Royaume, lui, le seigneur des Dragon Slayers, lui, l’effrayant chasseur de primes.
Se faire rabrouer aussi vulgairement par une petite humaine ingrate car il ne lui avait pas apporté le thé et les petits gâteaux pour son évasion lui semblait si… Irréaliste.
Si bien qu’il n’en réagit pas.
Stoïque, le rang S considéra silencieusement la Conseillère Déchue.



Soudain, la jeune femme changea de sujet.

-Oh tu t’es blessé ? C’est cet enfoiré de général qui t’a fait ça ?

La main blessée du dragon se retrouva soudain entre celles de la folle. Il fronça les sourcils et regarda ce que cette dernière s’apprêtait à faire. Que lui prenait-il ? Etait-ce ce simili-baiser qui avait éveillé de bas instincts de primate ?
Serrant la mâchoire, le mage abyssal esquissa un geste de retrait avant d’écarquiller les yeux devant l’action de la curieuse magie de Bunkatsu. Un rictus apparut sur ses lèvres à mesure que sa peau brûlée était renouvelée et que ses blessures cramoisies se refermaient.
Elle était bien utile, cette blondasse.
Ce petit tour de magie accompli, les deux paires d’Enfer cristallisé se croisèrent. Leurs porteurs sourirent à l’unisson.
Cependant…
Maelström flaira à la dernière minute une sorte de fourberie infantile dans les profondeurs de la bouche rieuse de la condamnée à mort…

Un étau puissant se referma sur les doigts raidis par réflexe de l’homme-dragon. Cette traîtresse de femme serra la main de son sauveur… Assurément de la même manière dont elle devait serrer les têtes de ses victimes pour voir leur crâne exploser !
Une douleur (au demeurant, assez faible) s’attaqua aux nerfs de Rainer.
De façon extrêmement étrange, le signal nerveux passa rapidement dans le sang. Il le chauffa, le fit bouillonner !
Comment… ?
Sale ingrate…
Elle osait…
Lui qui l’avait sauvée…


- Allons-y Akusei.

La Conseillère Déchue ne semblait pas réaliser ce que son petit morceau de bravoure allait lui coûter. Oui, elle en était bien loin… Elle semblait même ne pas s’en préoccuper le moins du monde. Sans se retourner, elle prit la tête et se mit à gravir une nouvelle série de marches toute aussi pénible pour la jambe boiteuse du fils d’Abyssia. Mais celui-ci, animé par une sourde colère envers cette garce de Bunkatsu, ignora la douleur et tenta d’accélérer le pas pour la rattraper et lui donner une bonne leçon. Malheureusement, son membre endommagé ne lui permit pas.
Cela n’eut pour effet que de décupler son énervement !

Dans la salle où ce qui devait être le duo le plus dangereux de Fiore déboucha se trouvaient… D’autres pantins à massacrer ! D’autres jouets à bousiller !
La cohue affluait dans les couloirs de la prison. Les troupes Runiques, cependant, ne semblaient pas réellement savoir où intervenir et comment. Désorganisées, chaotiques, ce n’était que recrues, Chevaliers et Lieutenant accumulées, amassés. Confus. Perdus. Ces pauvres hères empruntaient sûrement des couloirs au hasard, ne sachant où se trouvait l’ennemi. Et quand ils avaient le malheur de tomber sur lui…


- Hé le dégénéré ! J’espère que ton bobo à la main ne te gênera pas pour perpétrer un autre massacre à cet étage…

Mais voyons… Rainer Akusei ne se laissait pas abattre par si peu ! Cela dit, la manière dont la blondinette se foutait de lui le faisait écumer de rage.
Du reste, sa raison le rappela à l’ordre. Il n’était pas là pour fracasser Rei Bunkatsu au sol mais pour se faire une alliée. Et pour l’aider à s’échapper.
Tant pis.
Sa colère allait devoir pourrir en lui. Mûrir et gagner en force. Et paix aux âmes situées dans un rayon d’un kilomètre autour de cet avatar de la dévastation quand celui-ci la relâcherait !
Sans s’en rendre compte, Maelström s’était rapproché de la schizophrène, une main levée, prête à s’abattre sur elle.
Ce fut bien plus fort que lui.
Au moment où cette Saiga allait se planter dans la joue de la blonde, un cri arrêta net l'assassin.
L’eau se retira comme une vipère arrête son attaque pour mieux préméditer la prochaine…


- Raiiiiiiiineeeeeeeer, Buuuuuuunnnnnkaaaaaatsu !

Les dents du roi des flots grincèrent sinistrement à l’entente de ce son ô combien désagréable… Puis leur propriétaire sourit. Finalement, cette rage avait rapidement trouvé une nouvelle échappatoire…
Le Dragon des Mers resta un moment de dos, histoire de ne pas accorder d’importance à son pitoyable frère. Lorsque les pas se firent plus proches de lui, alors, seulement à ce moment, il daigna regarder par-dessus son épaule pour voir une créature enragée slalomer autour d’obstacles invisibles et se ruer sur lui.
La paume illuminée par un sort en préparation, ce cher aristocrate défiguré et détrempé prononça quelque incantation d’une voix étonnamment froide :


- Hakuryû no… Hori Rei…  

Rainer laissa son sourire s’étaler sur son visage comme une tâche de sang sur un tissu blanc. Il enfonça un ongle dans la joue de la Conseillère.

- Bonne chance…, murmura-t-il.

Une fois ces paroles prononcées, il ne se fit pas prier. L’homme-dragon, fort de sa mobilité, s’éjecta en arrière grâce à son Hikou, ignorant les soldats Runiques qui s’écartèrent (ou fuirent) pour ne pas se faire toucher par la salve de lasers lancés à l’encontre des criminels. Ce Dragon de la C*nnerie ne savait même plus distinguer ses alliés de ses adversaires…
Enfin, Maleström n’allait pas s’en plaindre. Il déplorait simplement l’inexpérience évidente du combat sous laquelle ployait son frère lumineux.
Ainsi, grossièrement régurgitée, cette infâme lumière s’avéra aussi facile à éviter, pour Rainer, qu’un hippopotame lancé à pleine vitesse avec, accroché à chacune de ses pattes, un boulet.
Virevoltant dans les airs, le maître de l’eau, en véritable virtuose, évita avec agilité les traits étincelants. Il s’élevait, s’abaissait, se déportait sur le côté, se cambrait, bondissait, tournait sur lui-même. Un insaisissable prédateur ! Malgré tout, l’un des rayons, bien fourbe, rasa le flanc draconique d’Akusei. Sa chair en fut brûlée (du moins, assez superficiellement) sur toute l’épaisseur de son corps (ce qui ne représentait, tout bien pensé, qu’une petite surface).
Un frisson de dégoût parcourut le corps du Sea Dragon Slayer lorsqu’il s’en rendit compte, une fois l’assaut de l’aristocrate terminé. Il grimaça. Cette sale lumière… Tenter si futilement de le purifier par une justice à laquelle il n’était pas soumis… Non ! Cette justice-là, seuls les Hommes devaient répondre devant ! Le Dragon n’avait pas à être jugé. Le Dragon était destiné à régner au-dessus de l’humanité… Et s’en servir comme casse-croûte quand l’envie lui prenait !
Suivre les fondements de la justice humaine n’était pas digne de celui se targuant d’être un Slayer ! Voilà donc la preuve que ce Holy Judge n’avait aucun pouvoir sur Rainer. Aucun.
Aucun droit. Si ce n’est celui de disparaître…

Maleström s’apprêtait à répliquer pour contrer une attaque sur le point d’être lancée lorsqu’une voix retentit, impertinente.
Les esquisses d’assaut disparurent. Un homme, un autre de ces gros poissons de l’Armée Runique se hasardait à interrompre le combat du chasseur de primes !


- Être à deux contre un… Ceci n’est point très fair-play. Permettez-moi de rejoindre votre sinistre ballet de sang… Deux généraux valent mieux qu’un !

Les manières, les critiques, le ton amusé de l’artilleur provoquèrent une sympathique réaction de la part du fils d’Abyssia…

- Va te faire gomgom, l’enc*lé au gros fusil !

Avez-vous compris le sous-entendu planant dans ce groupe de mots : « gros fusil » ?
Si non, vous l’avez sûrement deviné, désormais.
Bref, cette tafiole ignora royalement les insultes, arborant le même petit sourire énervant et se concentra sur Bunkatsu. Il tendit le bras et deux sortes de cercles complexes apparurent devant lui pour libérer quelques instants plus tard un orbe d’énergie rougeâtre.
Rainer expira bruyamment, montrant littéralement ses crocs. Il se ramassa sur lui-même, prêt à déchiqueter à mains nues ce nouvel adversaire. Son air d’animal enragé était rehaussé par la salive corruptrice qui dégoulinait de ses canines avides de chair !
Le tireur se rua sur la blondasse.
Non !
Il était à Rainer !
Les deux l’étaient !
Les trois mêmes !
Et les troupes aussi !
Tous ! Tous ! Tous des proies ! Et lui seul les chassait !

Akusei entreprit de sprinter afin d’intercepter le mage rieur en pleine course. Oui, il allait se jeter sur lui et le mordre à la gorge, la lui arracher et lui recracher à la gueule ! Effacer une bonne fois pour toute son putain de petit sourire !
Soudain, ses sens l’avertirent d’un danger.




Un projectile lumineux lui barra tout à coup la route, passant à quelques centimètres à peine de son visage. Ce croissant de lune tueur… Celui-là même qui avait précédemment grignoté la main de Rainer. Il  se stoppa net dans son élan.
L’insupportable voix de son frère se fit alors entendre.


- Toi… Kuhuhu… Tu es à moi !

Non mon cher, c’était tout l’inverse !
Le Général Runique s’était rapproché à la vitesse de la lumière et avait sorti une lame bleutée de son fourreau.
Sans laisser au mage abyssal le temps de réagir, il l’entailla à plusieurs reprises, malgré les ridicules tentatives d’esquives du Dragon des Mers. Enfin, après avoir donné un bel avant-goût de son sang au sabre, ce dernier eut le temps et la présence d’esprit d’invoquer à nouveau son armure aquatique. Il compressa son élément aux endroits que l’épée voulait tailler, rendant les coups aussi efficaces que s’ils avaient été donnés sur les murs pierreux du couloir.
Près de cette zone d’affrontement, une colossale puissance fut relâchée, faisant trembler la forteresse comme si elle était effrayée.
L’eau se rassembla alors autour du poing fermé du rang S. Cette masse d’eau allait faire exploser les viscères souillés de son scandaleux frère lorsqu’elle allait impacter son abdomen !
Mais !
Averti par une redoutable intuition draconique, le Dragon Blanc fit un mouvement de recul, laissant le coup partir dans le vide.
Alors, des balles éclatantes furent tirées par ses soins. Le jeune homme s’avérait être tout de même plus qu’un simple néophyte. Du moins, l’on pouvait le considérer comme astucieux. En effet, sa cadence de feu était chaotique au possible ! Trajectoires ascendantes, descendantes, directes. Orbes enchaînés, espacés dans le temps et l’espace. Un bombardement totalement confus ! Cela coûta à Rainer deux ou trois télescopages avec les météores du Holy Judge.


- Tu m’avais parlé d’une hiérarchie… Ridicule ! Tu te penses au somment car tu détruis la vie d’humains, alors que comble de l’ironie, tu n’es qu’un simple humain toi aussi ! Si tu as ta magie de Slayer, ce n’est que pour cette raison. Les dragons toléraient et protégeaient  la race humaine, alors un véritable Dragon Slayer, se doit de protéger cette race qu’avaient défendue nos « parents » respectifs ! Dans tous les cas, tu es une honte pour les dragons mais aussi pour les humains, tu n’es qu’un raté…, épilogua-t-il tout en pilonnant la position de sa cible.

Maelström surgit d’un nuage de poussière produit par l’impact d’un projectile sur le mur, plus démoniaque que jamais.
Les deux voix des justiciers se firent écho.


- Il y a eu une bataille… Deux camps… Beaucoup sont morts, mais nous sommes encore là, nous quatre… C’est pourquoi… C’est pourquoi… Pour ceux tombés au combat… Nous vaincrons !    

Alors, le Dragon Blanc s’élança à la rencontre de celui des Mers.  Une course fraternelle. Une course mortelle. Une course leste. Une course funeste.
Au moment où le clash allait se produire, le porteur d’armure aquatique la laissa tomber et profita d’avoir détrempé le sol pour s’y laisser glisser.
Ses cheveux tombant devant ses yeux comme un store sur deux fenêtres donnant directement sur l’Enfer, il tendit ses cinq doigts vers l’avant, invoquant son Umiryuu no Saiga.
D’un mouvement vif, il la lança dans le ventre de son adversaire. Oh, comme il aimait faire ça ! Et comme l’expression de plaisir intense s’étant affichée sur son visage en témoignait !
Retirant aussi rapidement son avant-bras, Rainer continua sa glissade jusqu’à se retrouver derrière l’ennemi. Le mage noir se redressa sans pour autant se retourner.
Si tout c’était bien passé, le général Runique devait avoir été proprement éventré et titubait derrière Akusei, vivant ses derniers instants.
L’assassin, quant à lui, était couvert de sang. De nombreuses entailles zébraient sa peau et ses vêtements n’étaient plus que des bouts de tissu pendant lamentablement autour de son corps svelte.


- Ma mère m’a lâchement abandonné à mon sort. J’ai aucun compte à lui rendre. Son œuvre, peu importe ce qu’elle a pu être, j’m’en fous comme la vie de tes soldats que j’ai massacré. Et si je la recroise… Je la tuerai.

Alors, la crinière blanche voleta, son possesseur se retournant. Une moue belliqueuse et écœurée tordant les traits de son visage blafard.

- T’as choisi ta voie. T’as déshonoré notre famille. Tu t’rends compte que tu t’abaisses au niveau de marionnettes ? On t’a choisi, c*nnard. T’es un loup et tes troupes, ton pote et tes supérieurs sont des moutons. Un loup qui tente de se déguiser en mouton… Ca fait de toi le pire d’entre eux ! Retourne bouffer la merde rose de ton Dragon en Enfer ! Et t’inquiète pas, il t’y rejoindra vite !

Le Sea Dragon Slayer, malgré ses blessures, fonça sur son homologue, l’un de ses bras armé.

- Umiryuu no…

Il arriva au niveau du Dragon Blanc et tenta de le saisir à la gorge.

- TEKKEN ! TEKKEN ! TEKKEN ! TEKKENTEKKENTEKKENTEKKENTEKKEN !

Chaque poing avait pour cible la tête du général Runique. Chaque poing était infusé de haine, de rage et de fureur. Il allait faire rentrer son discours dans la tête du militaire, qu’il le veuille ou non !
Essoufflé, haletant, Rainer Akusei tomba dans les bras de son frère une fois son assaut fini.


- Dernière chose…

Une sphère aquatique commença à se former autour du duo draconique. Les flots remuaient, pressés de tuer.

- M’appeler « humain » est la pire erreur que tu aurais pu commettre…, murmura-t-il.

Le sort se referma sur eux. Akusei en sortit rapidement, laissant le haut-gradé s’y noyer. Chancelant, il fut pris d’une affreuse migraine. Sa tête tournait… Encore quelques sorts et il tomberait de fatigue, assurément.
Maelström s’appuya sur un mur pour se reposer quelques instants. Juste un peu… Pour reprendre ses esprits…
Pensant avoir défait son ignoble frère, il espérait que Rei avait fait de même avec le mage au fusil. Désormais, il lui fallait s’en aller au plus vite pour ne pas que toute cette opération se solde par un cuisant échec.
Le mage de Thunder Light se rapprocha de la dernière position où s’était trouvée Bunkatsu.


- REI !

Il s’approcha comme il le put d’elle, suivant son odeur. Lorsqu’il l’eut en visuel, Maelström prit appui sur ce qu’il trouva.

- Oi ! On s’casse ! Mets fin à ton combat si c’est pas d’jà fini ! L’aristo’ est mort.

Gehehahaha... Ainsi, le Holy Judge, le Dragon Blanc, avait été le premier à tomber sous les coups de Rainer. A cette pensée, un sentiment de satisfaction inouï imprégna chaque parcelle de son corps... L'élimination avait commencé. Et l'élément Lumière avait été le plus faible d'entre tous... L'Eau, quant à elle, avait remporté une première victoire totale dans ce macabre tournoi.
Le mage noir demanda à son acolyte si elle connaissait un moyen d’atteindre la surface le plus rapidement possible...


© Code de Anéa pour N-U

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Dim 18 Jan 2015 - 14:33



Akusei était furieux. Furieux que la jeune femme ait osé lui tenir tête. Il était clair que le but de Rei n'était en aucun cas d'infliger de quelconques blessures aux doigts du jeune homme bien qu'elle aurait pu lui les arracher sans problème.

La jeune femme ne tirait pas une réelle satisfaction de ces doigts cassés mais il était normal de rendre son geste déplacé à ce cher Rainer. Rei sentit tout à coup le chasseur de Dragon proche d'elle. Par réflexes elle fit volte face. Il se tenait là à quelques centimètres, prêt à abattre une main meurtrière sur l'ex-Conseillère. Elle soutint son regard de la façon la plus insolente qu'il soit. Elle aurait pu lui offrir un de ses grands sourires dont elle avait la prédilection, mais ne pas baisser le regard face à Monsieur-J'asperge-d'eau-tout-ce-qui-bouge (et-ce-qui-ne-bouge-pas) montrait déjà qu'elle n'avait aucun respect pour lui. Il était capable, de la blesser, de la rouer de coup, de lui arracher la peau du visage. Mais sa pulsion meurtrière fut interrompue par un hurlement de la part du général vaincu qui témoignait de sa fureur.  

- Raiiiiiiiineeeeeeeer, Buuuuuuunnnnnkaaaaaatsu !  

Il s'approchait. Rei ne bougea pas. Il réclamait vengeance. Il voulait montrer que c'était lui le plus puissant. Les deux fuyards l'avait ridiculisé, tué ses soldats, saccagé le bâtiment du Conseil. Hors de lui il prononça le nom de son sort. Et il se mit à tirer des lasers vers eux. Rainer, avait pris le visage de le déchue dans sa main. Elle se contenta de le fixer, essayant de deviner ce qu'il allait faire. Non ! Il était hors de question qu'il essaie de l'embrasser encore une fois ! Il la regardait dans les yeux, enfonçant son ongle dans la chair de sa joue. Son amante forcée pria intérieurement pour qu'il la lâche, la laisse partir, pour qu'elle aille ensuite toutes les parties du corps où elle avait été en contact avec lui à l'acide. Il pouvait au moins essayer de ne se concentrer que sur sa mission ?! Les lèvres du jeune homme s'entrouvrirent.

- Bonne chance… murmura-t-il.  

Il esquiva ensuite le laser. La jeune femme se prit de plein fouet l'attaque. Elle tomba à la renverse sans émettre un bruit, le corps perforé de part en part. Son image se craquela pour exploser telle une sculpture de verre. La Rei originale atterrit. Elle avait eu le temps de sauter pour mettre à sa place une copie de son image. Le jeune femme jeta un coup d'œil derrière elle avant d'apercevoir Rainer. Elle doutait fortement que ces deux murmurés par son prétendu sauveur soient réellement sincères. Pff... De toute façon, la chance, c'est pour les minables. Il continuait sa lutte contre le général, se battant sans relâche. Aucun ne cédait. Ils étaient tous es deux déterminés à gagner, à écraser l'autre, à se voir ramper par terre, implorant la pitié de l'autre. Bon il était temps de continuer son massacre. La psychopathe arracha une épée d'un corps sans vie. Elle passa sa main sur la lame qui lui fit une légère entaille sur la paume. Cette arme devrait faire l'affaire pour un massacre de se type. Foncer dans le tas, agiter son épée de droite à gauche, et le tour était joué. Elle brandit son épée, en s'examinant. Bien qu'elle était lourde, sa solidité demeurait un mystère. L'ex-Conseillère s'apprêtait à s'élancer sur les quelques survivants de cet étage quand elle se fit interrompre par une voix qui, à la première syllabe prononcée lui tapait déjà sur les nerfs.  

- Être à deux contre un… Ceci n’est point très fair-play. Permettez-moi de rejoindre votre sinistre ballet de sang… Deux généraux valent mieux qu’un !

Pff... Encore un snobinard. A près les gens qui jouaient à ses joujoux, l'ex-membre du Conseil détestait encore un type de personnes. Les snobinards. Ils vous regardent avec un air méprisant. Il se permettent d'utiliser des termes soi-disant compliqués parce que nous pauvres mortels ne sommes limités qu'à "Moi Faim" "Moi aimer pas toi" donc "Moi tuer toi". Il se la jouait vraiment beaucoup. C'était vraiment trop exagéré. S'il portait un panneau avec écrit "JE SUIS LE MEILLEUR BANDE DE CONS", ça aurait fait exactement le même effet. Il portait un fusil magique et s'amusait à le faire tourner autour de son doigt. Il avait un air insolent, stupide et d'une grosse feignasse. Comme tous les abrutis du Conseil. D'un certain point de vue, Rei appréciait son bannissement du Conseil de la Magie. Elle pouvait dorénavant cracher sur le dos de tous ses collègues sans exception. Sauf bien sûr ceux qu'elle avait tués...

- Va te faire gomgom, l’enc*lé au gros fusil !  

Ignorant totalement les insultes de Rainer, il tendit la main paume ouverte vers la jeune femme. Après avoir adressé un signe de la tête à son camarade pour lui dire qu'il prenait l'ex-Conseillère contre lui, il envoya une boule rouge par je-ne-sais-quelle-magie sur la jeune femme. Rainer banda les muscles. Il était comme un prédateur qui allait bondir sur sa proie pour la réduire en bouillie. Le haut gradé s'interposa entre son collègue et Rainer, peut-être pour empêcher ce dernier de venir à la rescousse de la demoiselle en danger, mais surtout pour qu'il puisse donner une correction à son dit frère. De toute façon Rei Bunkatsu savait pertinemment que le mage aquatique n'allait pas esquisser le moindre mouvement pour elle, mais il était surtout intéressé par la tuerie.  

La boule de magie écarlate n'atteint pas son but premier qui était de la blesser mais l'adversaire de la jeune femme continuait à attaquer en frimant, tirant de ça de là. Rei évitait sans effort chacune des attaques mais était obligée de reculer. La vermine était en train de la pousser vers une autre pièce. Soit. Il pouvait la manipuler pour le moment, mais plus pour longtemps. Elle continuait à reculer. Son ennemi était heureux. Il souriait, il riait bref il s'amusait comme un petit fou. Quand elle en eut marre de s'effacer devant ce prétentieux elle s'arrêta de reculer. Elle se campa sur ses appuis. Ses vêtements était vraiment une plaie. Seules ses bottes étaient à sa taille. Elle aurait du mal à se mouvoir avec cette chemise et ce pantalon trop grands. Elle remonta son pantalon et retroussa ses manches. Il reprit une expression sérieuse, invoquant un sort.

- Le Cercle des Cinq Feuilles Magiques, Chant Sacré ! Ce petit jeu n’a que trop duré.

La jeune femme au son de cet enchantement, se mit en garde, les poings fermés devant son visage, serrant dans une main son arme de fortune, les coudes légèrement décollés de ses côtes. C'est ça ramène toi ! Cinq cercles se matérialisèrent au dessus de la tête de la jeune femme. Elle regarda le sol ou se formait une importante quantité de magie. La magie accumulée rejoint les cercles magiques passant par le corps de Rei. Elle serra les dents. La chaleur provoquée par la magie parcourut son corps et augmentait en puissance. Elle devait faire quelque chose. Elle était paralysée. C'était comme sentir un important choc électrique. Elle libéra une grande quantité de sa propre magie et réussit à s'imposer face au sort. Il se dissipa. Il y avait de la fumée qui brouillait la vue de Rei. La jeune femme se passa la main sur le front. Pff... Déprimant. Elle n'avais pas subit des dommages considérables même si les blessures qu'elle avait reçues à cause du général s'étaient rouvertes. Son équipement de pacotille avait été réduit en morceaux. De la peau avait été arrachée, brûlée par endroits. Elle était faible. Elle avait baissé sa garde. Et prise au dépourvu, elle était maintenant mal en point. Ça la bassinait vraiment de devoir se concentrer pour écraser un cafard si insignifiant.  

Il reprit la parole. Sa voix, forte, se mêla à celle de l'autre général.

- Il y a eu une bataille… Deux camps… Beaucoup sont morts, mais nous sommes encore là, nous quatre… C’est pourquoi… C’est pourquoi… Pour ceux tombés au combat… Nous vaincrons !      

Le visage de Rei se fendit d'un sourire. Son sourire s'élargit. Il s'agrandit. Encore et Encore. Ses zygomatiques lui faisaient mal. Mais ce n'était pas grave, elle était heureuse. Elle était agitée de sursauts d'excitation, elle ne pouvait plus attendre. Un adversaire digne de ce nom ! Un réel être vivant qui pourrait se mesurer au monstre qu'elle était ! Ce n'était pas un pantin animé par la peur comme les autres, c'était un individu animé par la rage du combat ! Elle lui répondit essayant de contrôler ses tremblements fébriles.

- Soit...Tu as voulu m... me prendre com... comme adversaire. Elle pointa le reste de son épée sur le jeune homme. Tu.. tu vas m... mourir. Hi hi hi, ha ha ha ! Elle partit dans son typique rire de démente.  

Elle s'arrêta de se tordre de rire. Les mains appuyées sur ses genoux, elle reprenait son souffle. Sa respiration ayant pris un rythme normal, elle se releva. Sa lèvre avait été fendue. Elle se passa la langue dessus. Ses pupilles se dilatèrent au contact de ce goût salé, métallique et irrésistible. Il sembla invoquer un sort. Trop lent ! Elle ne lui laissa pas cette chance et bondit en un éclair sur le général. Elle l'attrapa par le col de sa chemise et lui enfonça sa prétendue arme de toute sa force dans la gorge. Elle fut réduite en plus petits morceaux. Pff... La psychopathe lâcha la garde de son épée. Ce n'était pas grave, elle avait toujours ses dents. Elle entrouvrit la bouche et l'approcha de sa gorge. Soudain elle se souvint d'un objet cylindrique dont l'embout pourrait bien la tuer. Elle bondit en arrière, évitant une salve de balles.  

Elle ne pouvait pas s'approcher avec cette arme à feu. Et elle ne devait pas rester trop loin pour éviter ses attaques magiques. De toute façon, elle n'avait pas le choix. Son rayon d'action était bien trop restreint pour qu'elle puisse se permettre de rester éloignée. Elle s'élança une seconde fois. Mais au lieu de se jeter sur lui, elle se jeta sur sa main qui tenait l'arme. L'attaquante le plaqua cette fois-ci contre un mur et l'empoigna de toutes ses forces, résignée à ne pas lâcher lorsqu'elle fut interrompue par une voix familière qui l'appelait du fond du couloir.

- REI !

C'était Rainer. Elle devait se dépêcher d'en finir. Laisser ce général vivant était inacceptable ! Il n'avait pas l'air de cet avis et lui tira dessus. Dans un mouvement de défense, la jeune femme blonde mit sa main entre le projectile magique et sa tête. Elle grimaça lorsqu'elle la sentit traverser sa peau. Elle contracta les muscles de sa main. Elle avait eu le temps de densifier l'air, ce qui fit ralentir la balle qui ne put pas traverser sa chair. Il s'était moqué d'elle ! L'attaquer de si près n'était pas digne d'un général ! Il ne méritait plus de vivre l'enfoiré ! Dans ses instincts instinctifs, elle planta ses dents dans la chair de sa nuque. C'est ce moment que l'autre, son soi-disant allié choisit pour faire irruption dans la pièce en hurlant.

- Oi ! On s’casse ! Mets fin à ton combat si c’est pas d’jà fini ! L’aristo’ est mort.

Bon elle desserra la mâchoire. Elle était censée avoir réussi à toucher la carotide. La bouche maculée de sang, elle lui répondit.

- Celui-ci aussi est condamné. Bonne idée allons-nous en !

Elle le laissa passer devant. Elle avait décider de s'écraser un peu. Aujourd'hui elle avait eu ce qu'elle voulait, des massacres à la chaines et une vengeance. Rei retira la balle de sa main. Elle ne put se retenir de couiner de douleur lorsqu'elle enfonça ses doigts dans sa chair pour récupérer l'objet inopportun. Elle sentit ses phalanges toucher sa chair à vif. Elle tressaillit lorsqu'elle parvint à l'extraire. La jeune femme serra le poing pour vérifier s'il n'y avait pas de tendon sectionné. Sa main était plus légère désormais. Elle le suivit. Le nombre d'escalier à gravir était interminable...

La dédale que constituait les prisons du Conseil était une manière de dissuader les fuyards. Mais les deux psychopathes étaient déterminés à sortir. Le jeune homme avançait rapidement avec Rei sur les talons. Ils traversaient des couloirs déserts, montaient des escaliers étroits, et passaient à côté de Conseillers pétrifiés de voir ces deux monstres ensanglantés. Rei n'avait pas pensé une seule seconde à son apparence. Elle faisait peur à voir. Ses cheveux en bataille avaient pris une teinte rougeâtre suite aux plongeons dans l'eau de la grande salle. Ses vêtements s'étaient transformés en lambeaux et dévoilaient par ci par là des bouts de peau éraflée. Son visage était maculé aussi de sang. Des gouttes de ce liquide écarlates perlaient à ses cils. Étant donné qu'elle souriait, on pouvait voir ses dents qui avaient pris une teinte rougeâtre. Seuls ses yeux bleus glacés contrastaient avec cet être macabre.  

Ils débouchèrent dans une énième grande salle, mais Rei eu une impression bizarre. Il y avait quelqu'un ici. Ou plutôt des gens qui firent leur apparition. Tsk... Ça ne pouvait pas plus mal tomber... Il y avait une cinquantaine de soldats. Elle devait faire appel à sa magie. Elle se dédoubla en cinq exemplaires. Mais quand elle voulut les faire bouger elle sentit ses membres qui semblaient peser un poids colossal. Elle avait utilisé trop d'énergie. Et elle devait faire appel à son énergie et à sa magie pour faire bouger ses doubles. Elle comprit avec horreur que c'était du suicide. Non ! Elle voulait se battre, les étriper, leur découper la tête, leur crever les yeux ! Ils allaient devoir... Fuir ?!  

[/i]


Dernière édition par Rei Bunkatsu le Mer 18 Fév 2015 - 19:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Ven 30 Jan 2015 - 2:40



feat. Rei & Rainer


La conseillère Déchue

Resurrection Of White Dragon


Tu es encore plus inférieur...
Qu'un humain... Tu ne mérites aucun titre,
tellement tu es... Misérables...






L'ombre et la lumière se battaient encore dans les ténèbres... Hors du champ de vision de la plèbe. Là où les braves mourraient et les mécréants pourrissaient. Un combat étant présent, seulement pour justifier l'existence de deux factions. Le bien et le mal. Un affrontement éternel, qui était destiné à le rester...

Les courageux combattants du bien, rivalisaient avec leur alter ego du mal. Chacun se défendait incroyablement bien. Ne voulant céder leur vie à aucun prix. Sur le sol humide et détérioré d'une salle menant à une cage d'escalier. Deux seigneurs des cieux s'affrontaient péniblement, majestueusement et violemment.

Les torrents abyssaux tentaient de rivaliser contre la lumière purificatrice, et vice-versa. La course qu'avait entamait le général blanc, fut brusquement interrompue par une glissade de son opposant. Il se déroba, mettant cinq de ses doigts crispés en sa direction. Sentant un coup fatal arrivé, le courageux se munit de sa vitesse extraordinaire, puis esquiva une mort certaine, d'un bond de côté.

Sa magnifique armure avait quelques grosses entailles, qui laissaient place à des cicatrices hideuses sur son abdomen. Anders avait cru voir sa vie défilée. L'expression de surprise avait peint son visage, aux apparences si folles. Toutefois, il se reprit bien assez vite, secoua sa tête et se prépara à lancer un autre assaut.

Mais des paroles aussi froides et vides de sens que le néant lui-même, l'arrêta dans ses intentions. Un enfant de dragon était en train de cracher sur son parent adoptif. Cela ne semblait point suffisant pour ce Rainer. Il s'attaqua ensuite, au dragon de notre général. Un léger pincement au cœur se fit ressentir par ce dernier. Et la colère monta en lui.

Les dires du Dragon des Mers étaient comme brouillés par les tympans du Dragon Blanc. Seules quelques brides arrivèrent distinctement à lui. Ses poings se serrèrent. Son corps entier était contracté. À lui en donner des crampes de partout ! Il ne bougea point lorsque le criminel fonça sur lui. Il était comme déconnecté de ce monde. Il n'y appartenait plus.

Les poings d'aciers du Dragon d'Eau, résonnaient tels des échos sourds, quand ceux-ci frappèrent sa tête. Elle tanguait de gauche à droite, de haut en bas... Les forces du haut gradé s'amenuisaient, son sang si princier dégoulinait sur tout son visage. Lézardait les creux de sa face haineuse, pétrifiée... L'attaquant tomba théâtralement dans les bras de son frère draconique. Ce coup-ci, ses paroles étaient claires, comme de l'eau de roche.


Tu es encore plus inférieur... Qu'un humain... Tu ne mérites aucun titre, tellement tu es... Misérables... Lâcha-t-il, juste avant que le manieur d'eau ne s'échappe.

De l'eau, aussi impure que son créateur, enveloppa le général runique. Le berçant dans un sommeil mortifère... En parallèle de ces événements, un autre justicier affrontait vaillamment une conseillère déchue. Le fusilier avait pu remarquer une certaine agilité chez l'ex-conseillère. Elle avait pu aisément esquiver ses tirs, en reculant. Pourtant, ce n'était pas comme s'il visait ses pieds...

Lors des enchaînements du virtuose au fusil, ce dernier put percevoir un curieux sentiment. N'émanant point de lui, mais de la schizophrène. Suite à une prise de parole plutôt étrange... La demoiselle rit de bon cœur. Les rumeurs sur la folie de la conseillère Bunkatsu, n'étaient pas infondées... Ridicule !


*Comment a-t-elle pu ne serait-ce devenir conseillère ?!* Se posa-t-il comme question.

Il était vrai, que d'un certain point de vue, cela était une hérésie ! L'on pouvait mieux comprendre pourquoi le conseil était souvent tourné en ridicule... Cette rencontre aurait aidé le fusilier au moins à cela. Mais son sang bouillait. Sa colère montait... Tant d'idéaux réduits à néant, tant d'idées anéanties en si peu de temps. Elle devait payer.


Le cercle des trois feuilles magiques, Pyramide de Destruction ! Annonça-t-il.

Mais il était trop tard. La blondine bondit sur le général et tenta de l'agripper au cou. Il réussit à ne pas se faire prendre, mais une lame alla essayer de taillader sa gorge. Heureusement, celle-ci se brisa en mille morceaux, sans raison apparente, à part son état médiocre. L'instinct de combat du fanfaron, le poussa à placer son arme à feu en avant.

Se souvenant sans doute de ce détail. La belle psychopathe bondit en arrière. En voyant cela, notre expert en tir, tira plusieurs fois en sa direction. Cette garce bougea rapidement, semblait danser pour éviter chaque tir. En prime, elle revint vivement sur le brun élégant. Le plaqua contre un mur, lui et son bras tenant son arme. La sal*pe était habile...

La folle-dingue ouvrit sa bouche, et voulut se prendre pour un vampire, lorsqu'une voix insupportable s'entendit. Cet assassin de Rainer ! Il dit une chose qui interpella le noble militaire. Un aristocrate était mort ? Parlait-il d'Anders ? Le juge sacré ?! Dans toutes ses pensées, il avait essayé de corriger la déséquilibrée. Une balle en pleine tête aurait bien fait l'affaire...

Mais une paume se mit en travers de son chemin. Et la rage s'empara de la blondinette sans cervelle. Elle allait réellement mordre à mort cet homme remarquable. Dans un élan d'adrénaline, il bougea vivement son cou. Dans sa folle entreprise, Rei n'avait pas remarqué qu'elle n'avait pas touché l'endroit qu'elle voulait, puis laissa le général Falcon tomber. Ce dernier faisait le mort, il savait qu'il n'avait que de minces chances de remporter cette bataille, mais la guerre n'était pas finie.

Ils partirent... Attendant patiemment, Adam savait déjà ce qu'il allait faire. Une fois à bonne distance, il alla immédiatement dans la salle avoisinante. Une sphère liquide trônait en celle-ci. Avec à l'intérieur, un humain draconique. Dans un état plus que respectable, Adam Falcon sauva son ami et égal. L'eau retomba après cela...

Après avoir fait ce qu'il fallait, l'O.Kalvoz reprit connaissance. Son visage était redevenu celui du noble épéiste, du chevalier de Fiore... Son camarade lui expliqua ce qu'il s'était passé, puis l'aida à se relever. Bien que ce jour ait été témoin d'un trop grand nombre de victimes... Il vit aussi, une solide amitié éclore.

Les deux généraux parcouraient les couloirs interminables des lieux. Lorsqu'ils finirent par atteindre malgré eux, une large baie vitrée donnant sur l'extérieur. Ils se mirent à regarder d'un regard semi-attentif ce qu'il se passait. Lorsque tout d'un coup, ils aperçurent deux fuyards courir pour leur liberté. Deux criminels qui allaient un jour connaître, le courroux de la justice...


Ne t'en fais pas Adam... Ils mourront un jour. Sois-en certain. Dit-il calmement, avant de bien se placer devant la grande fenêtre.

Il demanda à son nouvel ami, de s'écarter. Il prit une grande inspiration, avalant la lumière des lacrymas alentours... Puis hurla tel son père draconique. Un fort, éclatant et puissant tourbillon de lumière concentrée sortit de sa bouche pleine de grâce. Celui-ci n'avait pas pour cible les deux assassins... Mais juste de prévenir son dit frère, qu'il était en vie et qu'il serait bientôt prêt, à détruire son existence, de la réalité même...

© Code de Anéa pour N-U

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Mer 4 Fév 2015 - 17:22



feat. Rei Bunkatsu & Anders O.Kalvoz


La Conseillère Déchue

Psycho Retreat


“ Mission accomplie. ”










La blonde se retourna, présenta son joli minois à Rainer. Elle était barbouillée de sang. Le liquide dégoulinait de sa bouche, de ses dents et de son menton. On aurait dit qu’elle avait voulu mettre du rouge à lèvres malgré une dextérité digne d’un pingouin… Mais, tout bien pensé, Rei Bunkatsu ressemblait plus à une louve enragée qu’à un volatile pataud.


- Celui-ci aussi est condamné. Bonne idée allons-nous en !

Naturellement, Akusei en déduit que Rei ignorait tout des possibles raccourcis entre leur position et la surface. Voilà pourquoi elle avait éludé sa question et semblait attendre qu’il prenne les choses en mains.
Il fit claquer sa langue. Elle aurait quand même pu lui répondre, cette blondasse. Le Dragon Slayer était dans un état de fatigue peu confortable. Si jamais quelqu’un les rattrapait, c’en était fini de lui… Et ç’aurait été à cause de cette psychopathe ne sachant pas tirer profit de son cerveau simiesque !
Maelström jura dans sa barbe et finit par prendre les devants, puisque Bunkatsu tenait tant à être un mouton… Enfin… Après, tout, c’était dans la logique des choses. Si l’on prenait en considération les paroles précédemment tenues au feu Dragon Blanc, le fils d’Abyssia était un loup. Un chasseur. Un meneur.
Cependant, le prédateur sortait d’une lutte acharnée. Sa superbe en avait pris un coup, et ce, malgré l’ivresse de la victoire. Avec la Conseillère Déchue, le duo s’apparentait à un couple de zombies tous justes revenus à la vie…




Rainer entreprit de fuir, mettant difficilement un pied devant l’autre, traînant ses jambes alourdies par les lambeaux textiles gorgés d’eau dont elles étaient enroulées. Derrière lui, Rei laissa s’échapper un petit cri aigu. Il ne prit même pas la peine de se retourner. Après tout, l’on ne pouvait réchapper d’un combat contre deux Généraux Runiques sans y laisser des plumes.
Les corridors sentaient le sang frais et les viscères chauds. Un fumet entêtant, s’il en était. Partout, des traces d’affrontement, des membres détachés de leur corps, ces mêmes corps quelques mètres plus loin, des éclats de divers matériaux. La bataille avait fait rage. Mais voilà qu’elle était terminée. Morte en même temps que le White Dragon Slayer. Morte en même temps que la forteresse. Morte en même temps que le Conseil.
Le crime appelle le crime. Une évasion de cette envergue allait être suivie de nombreux autres attentats.
Le chaos appelle le chaos. Le Conseil, devant tant de folie, devant tant d’événements ingérables, allait paniquer. Se perdre.
Et tomber.

Après un fastidieux parcours dans les entrailles d’un monstre pierreux, les criminels, décidés à revenir de l’Enfer se déchaîner sur Terre, arrivèrent au milieu d’une grande pièce circulaire. A vrai dire, celle-ci était le sas de sortie, en témoignaient les nombreux tentacules dont elle était affublée.
Rainer s’arrêta un instant, enroulant son dos et s’appuyant sur ses jambes avec ses bras pour expectorer quelque fluide corporel. Une petite flaque rougeâtre s’étala, s’allongea entre les dalles de pierre.
Lorsque le psychopathe se redressa, il écarquilla les yeux, tituba en arrière par réflexe. Il observa la salle, tournant sur lui-même.
Un défilé de fer, de chair et de colère.
L’angoisse put se lire l’espace de quelques secondes dans les pupilles d’Akusei. Ils étaient faits, lui comme Rei. Faits comme un lézard et un rat.
Toutes les issues étaient condamnées, les portes salvatrices bloquées par les militaires.

Les deux criminels n’avaient pas le choix.
Il allait falloir se battre. Encore.
Cinq autres blondes semblèrent être vomies par le corps de l’originale alors que de l’eau se mettait à gronder autour du Sea Dragon Slayer. Les soldats Runiques dirigèrent leurs armes vers le centre du cercle, focalisés sur leurs cibles.
L’atmosphère était plus que pesante. C’était à peine si l’on aurait pu s’y déplacer. Les gouttes de sueur des militaires perlant sur leur front avant de s’en jeter, les mouvements impétueux des flots, la multitude de Rei prêtes à se battre. Tout semblait se dérouler au ralenti.

Soudain, le temps reprit son cours.
Et le contrecoup de tous les affrontements précédents frappa de plein fouet le mage abyssal. Ses muscles se relâchèrent d’un seul coup, son corps s’affaissa comme une grotesque et effrayante marionnette dont on aurait sectionné les fils. Il lui sembla qu’il se vidait instantanément de toute forme d’énergie. Les rubis dont sa face était incrustée perdirent leur connexion avec le monde. Un voile ténu mais bien ténébreux se profila au contour de son champ de vision. L’eau se rétracta, comme blessée, éreintée, trop mal en point pour se battre. L’homme-dragon avait-il atteint ses limites ? Était-ce là la déchéance du Dragon ? Toute cette préparation, tout ce chemin parcouru, toute cette humiliation infligée au Conseil, tout ça pour… Rien. Tout ça pour finir aux fers, pour tenir compagnie à Bunkatsu plutôt que de la libérer. Non, non, non, non ! Un échec si cuisant, si dur, si cruel !
Mais…
Maelström était-il réduit à contempler l’effondrement de son oeuvre ? Ce sombre bastion du chaos qu’il devait encore parachever… Allait-il le laisser tomber en poussière, dans l’oubli ? Comme une tentative avortée ? Comme un château de sable ? Non ! Cette forteresse symbolique, ce drapeau planté dans la gorge du Conseil de la Magie, jamais il ne la laisserait être démontée !


Animé par un ultime sursaut d’énergie, l’être draconique retrouva sa vigueur et inspira de nouveau la peur. La machine se remit en route, l’eau se remit à rugir, rugir pour un dernier assaut ! Il dévoila ses crocs rouges de sang qui étincelèrent au milieu d’un avatar aux habits déchiquetés, à la chair meurtrie, aux cheveux dévitalisés. Son regard fou de fatigue, la décharge d’adrénaline dilatant ses pupilles, faisant battre son coeur plus fort que n’importe quel tambour de guerre. La façon dont il faisait face à ses adversaires, ce rire plus que dérangé qui se mit à monter de sa gorge.
Cette monstruosité avait fait s’effondrer le centre de contrôle, libéré un nombre incommensurable de prisonniers, ramené Bunkatsu à la surface, tué des dizaines de soldats Runiques et (visiblement) mis en échec les Généraux Falcon et Kalvoz ! Les militaires prirent soudainement et brièvement peur.
Cet instant, Rainer en profita pour attraper fermement la Conseillère Déchue par le bras et se propulser d’un seul coup sur un groupe de Chevaliers Runiques situés devant la sortie. Momentanément affaiblis par la peur, ils laissèrent passer le duo de criminels comme s’ils avaient été en mousse. Après les avoir percutés, le bélier humain perdit instantanément forme et Akusei roula sur plusieurs mètres, faisant se diffuser une multitude de serpents de douleur dans tout son corps. Mais ce n'était pas le moment de faiblir !
Il se releva difficilement et se mit à courir ridiculement vers la lumière, vers son salut. Bunkatsu sur les talons, le Sea Dragon Slayer émergea enfin de la forteresse. Entre celle-ci et le portail, du sang, des cadavres et pléthore d'autres éléments organiques jonchaient un sol rendu poisseux par les fluides dont s'étaient vidés les corps.

La vision du ciel, la sensation du vent froid comme la mort cinglant son visage, les sirènes de la prison qui faiblissaient, l'odeur des morts et le goût de la liberté galvanisèrent le rang S qui produisait d'infâmes bruitages en piétinant les tripes gorgés de sang étalées sur le pavé. Fort heureusement, les troupes Runiques étaient toutes à l'intérieur bien que certaines s'étaient lancées à leur poursuite.
Brusquement, alors que Rainer allait passer le portail défoncé, ce qu'il ne voulait pas voir arriver... Arriva.
Entre les fuyards et leurs suiveurs, une tempête lumineuse se déchaîna. Simultanément, un tumulte mental balaya les pensées du Sea Dragon Slayer. Il tourna son regard vers le sort de lumière perçant à travers l'air. Cette magie il pensait l'avoir éradiquée, piétinée, noyée. Mais ce fils de p*te de Dragon Blanc avait survécu ! Il était là ! Il le provoquait en envoyant un souffle qu'il n'était pas digne de posséder ! Ce faible c*nnard incapable de se rendre compte de sa condition supérieure ! Cette immonde râclure de ce qu'il y avait de plus bas se complaisant dans sa médiocrité ! Maleström sembla un instant pouvoir faire tomber en poussière toute chose croisant son regard meurtrier.

Néanmoins, il fallait se dépêcher. A contrecoeur, il dut se détourner et profita plutôt de la déconcertation des militaires pour prendre de l'avance sur ces derniers et s'enfoncer dans un dédale de rues. Les badauds avaient déserté ces dernières depuis plusieurs dizaines de minutes (voire plusieurs heures). La pluie s’était arrêtée mais le ciel restait plombé. Akusei finit par se perdre dans une petite ruelle ou il trébucha pour tomber bien piteusement dans une grande flaque boueuse. Il ne pouvait plus tenir. Un effort en plus, et c’était la syncope. Des écoulements de sang vinrent former de petits tentacules rougeâtres convulsant dans l’eau souillée. A peine conscient, le jeune homme oublia momentanément tous ses principes et s’empressa d’absorber l’ignoble liquide. Comme sucé par un aspirateur aux proportions démesurées, l’élément aqueux se replia instantanément sur lui-même,rappelant une araignée qui place ses pattes sous son abdomen, avant de pénétrer l’organisme de son maître. Cet infâme solution d’eau, de sang, de boue, de saleté et de déchets organiques revitalisa le corps du démon aquatique. Se déversant à travers ses veines, ses organes... Pénétrant la plus infime de ses cellules… Accélérant instantanément sa production d’énergie…
Le Dragon des Mers parut revenir à la vie. Ses blessures s'amenuisèrent, sa fatigue diminua. Bien que la quantité d’eau ingérée ne s’avéra pas suffisante pour le remettre à neuf, une amélioration toute relative de son état se fit sentir.

Il put de nouveau entourer son poing d’eau et s’en servir pour défoncer le sol sur lequel il était allongé. Prenant appui sur son bras, il se releva et s’en prit cette fois-ci à un mur qui laissa des éclats pierreux voleter. Il avait... Presque… Eté vaincu… Non…
Il avait été vaincu ! Forcé de fuir un ridicule escadron du Conseil. Forcé de se repaître d’une eau insalubre dont le goût répugnant semblait pourrir ses chairs intérieures. Il laissa s’échapper une flopée de juron d’une voix contrôlée pour ne pas se faire repérer.

Après cela, il défonça une porte donnant sur ce qui semblait être un local à vendre. Ils y seraient cachés, lui et Rei.
Rei…
Finalement, Rainer relativisa. Bunkatsu était avec lui, saine et sauve. Certes, elle n’avait pas l’air au meilleur de sa forme, mais la voilà libre et sûrement reconnaissante.
Le svelte homme-dragon alla s’affaler contre un mur. Dans l’obscurité, il n’était repérable que grâce à ses yeux plus rouges que jamais après un bon bain de sang.
Telle la sombre créature se complaisant dans les ombres qu’il était, il les releva, les posa sur la blonde, et éclata d’un rire à la fois nerveux et satisfait. De ceux qui aurait provoqué l’écoulement du contenu de bon nombre de vessies.
Mission accomplie.


© Code de Anéa pour N-U



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long.... Mer 18 Fév 2015 - 21:59



Les multiples Rei(s) Bunkatsu(s) se tenaient debout faisant face à de nouveaux assaillants qui en voulaient visiblement encore. La(es) jeune(s) femme(s) se jeta(èrent) dans la mêlée de Soldats. De nouvelles victimes jonchèrent le sol de leur corps ensanglanté. Le temps s’écoulait. Rei se fatiguait. Ses doubles se faisaient plus flous, leurs mouvements étaient plus saccadés. C’était vraiment du suicide. repensa-t-elle. Mais… Si elle perdait à l’issue de cet affrontement, elle allait mourir, se faire exécuter, se plier aux stupides règles du Conseil. A quoi aurait servi tout ça ? Se faire secourir par un gars détestable pour ensuite le supporter dans une cellule insalubre. Devoir le supporter pendant ses derniers instants.  Non !  Rei allait remonter à la surface, perpétrer d’autres massacres, se venger de ceux qui l’avaient trahie. Elle ne voulait pas fuir. Ce n’est pas digne de Rei Bunkatsu de fuir face à de tels mollusques ! Sous l’épuisement, ses doubles disparaissaient un à un annonçant le décompte de sa fin prochaine. Une première tomba, puis une deuxième, puis encore une troisième. La quatrième Rei tomba. Elle n’avait plus la force de tenir debout. Il n’en restait plus qu’une seule. Un seule Rei. La dernière. L’ex Conseillère serra les poings. Soudain, elle sentit quelque chose lui attraper le bras. Sans avoir le temps de réaliser la cause de cette action, elle se retrouva propulsée vers la sortie. Rei atterrit lourdement avec l’élan de l’autre psychopathe. Son instinct la poussa à se relever. Sur sa joue, elle sentait un vent frais, de l’air. Rainer sortit. La jeune femme regarda en arrière, vers son passé, vers son ancienne vie… Et surtout les Soldats Runiques qui la poursuivaient pour lui couper la tête ! Elle bondit sur ses pieds et courut à la suite de son prétendu sauveur.

Rei franchit le pas de la porte. Libre ! Enfin libre ! C’était comme si sa détention dans son trou à rat avait duré des semaines, des semaines voire des années entières. Aveuglée par la lumière extérieure, elle plissa les yeux. La jeune femme ouvrit la bouche. L’air frais s’engouffra dans ses poumons. Elle sentit le vent lui fouetter le visage. Les bruits auparavant bloqués par d’épais murs parvenaient à ses oreilles. Un sourire dévoila ses dents. Un sourire de bonheur. Elle revint ensuite à la réalité. C’était une fugitive maintenant. Elle devait à présent courir, fuir ses anciens collègues qui voulaient sa peau maintenant. Soudain, sa vue se fit de nouveau altérer par une source de lumière encore plus forte, si forte qu’elle dût poster sa main devant son visage pour tenter de se créer un semblant d’ombre. Cette lumière ne pouvait elle, qu’être le fruit de la magie. Faisant volte-face, la jeune femme jeta un coup d’œil à son allié. L’incompréhension totale mêlée à une rage profonde se lisait sur son visage. Ce général était censé mourir. Rei préféra ne pas croiser les iris écarlates du Chasseur de Dragon et redirigea son regard. Ils se remirent aussitôt à courir dans les ruelles d’Era. Le sol pavé rendait difficile la course. En effet, les pavés étaient glissants et irréguliers ce qui faisait mal aux pieds. Rei se contentait de suivre Rainer bien qu’elle avait beaucoup de mal à se mouvoir. Ses vêtements trempés semblaient peser des tonnes, ses jambes sanguinolentes la faisait atrocement souffrir à chaque foulée, la vitesse de Rainer l’obligeait à puiser dans ses dernières réserves de magie pour doubler sa vitesse, sa vision n’était pas performante à cause de ses cheveux trempés et rougis qui lui tombaient dans les yeux, … C’en était trop. La jeune femme s’arrêta. Elle devait absolument récupérer. Son corps bascula en avant mais elle réussit à se rattrapa en s’appuyant sur ses genoux. Elle n’en pouvait vraiment plus, sa respiration était sifflante. Rei releva les yeux. Rainer, quant à lui s’était effondré un peu plus loin.

A en juger par les bruits qu’il faisait, Rainer buvait. Ou plutôt il reprenait des forces. Sa main enveloppée d’eau, il donna des coups de poings rageurs accompagnés de jurons dans tout ce qu’il put trouver, le sol pavé, un innocent mur. Finalement, il se défoula d’un dernier coup de poing dans la porte d’un local qui constitua une parfaite cachette. A l’intérieur, je jeune homme se trouva un mur contre lequel se laisser choir. L’obscurité régnait. Rei pouvait entendre la respiration de son sauveur entrecoupée de rires qui pouvaient s’apparenter à ceux d’un démon. Maintenant elle pouvait l’appeler ainsi, son sauveur. Elle était saine et sauve et avait échappé à l’exécution. Son sourire s’élargit. Des rires hystériques et incontrôlés s’échappèrent de sa gorge. Peu après elle s’arrêta, bien trop essoufflée par leur course infernale dans les ruelles d’Era. Elle soupira en s’asseyant en tailleur en face de lui. Fixant la lueur écarlates que produisaient ses yeux rouges, elle prit une inspiration.

- Je… Je vous remercie de m’avoir sauvée. lâcha-t-elle.

Bon c’était dit. Mais un banal remerciement n’allait pas rembourser la dette énorme qu’elle avait envers cet inconnu. Elle se releva en grimaçant et posa un genou par terre. Elle prit une seconde inspiration.

- Moi Rei Bunkatsu, anciennement affiliée en tant que membre du Conseil je me mets à votre service Rainer Akusei. déclara-t-elle. Je vais donc rejoindre une guilde noire. Elle marqua une courte pause. Je rejoindrais Dark Dragon. Cette guilde m’est plus familière que Thunder Light. Bien sûr je ne serais pas aussi proche de vous mais au moindre besoin vous pouvez compter sur moi.

C’était fait. Elle ne pouvait plus faire marche arrière à présent. Ces mots étaient irrévocables. C’était le début de sa nouvelle vie. Une nouvelle vie en tant que hors-la-loi. Plus de règles, plus de personnalités à tenir en laisse. Elle allait enfin pouvoir laisser s’exprimer toutes les Reis qui étaient en elle. Elle sentit tout à coup une sensation de brûlure. Elle sentait l’écusson du Conseil cousu à son pantalon. Elle l’empoigna et de ses ongles elle sectionna un à un les fils qui le reliaient à son habit. Sa besogne terminée, elle le serra dans son poing et dans une jouissance absolue, elle le déchira.

Rainer, quant à lui, souriait de toutes ses dents. il était content d'avoir trouvé une alliée de choix. Il lui répondit.

- Geheha... Eh bien... Je te remercie de ton allégeance, tu ne le regretteras pas. Dark Dragon se situe à Akurio. C'est à l'Ouest d'ici, au Sud d'Oak. Nous ne serons pas loin...

Rei hocha oui de la tête. Il poursuivit.

- T'as qu'à dire à Lastblow que t'es un cadeau de Celcius... Non... Mon cadeau à moi. Et tu passeras le bonjour à ce cher Fuyuki.

C'est ainsi que la nouvelle vie de Rei Bunkatsu débuta.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long....

Revenir en haut Aller en bas

La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La Conseillère déchue PV GM, Conseillers, TL & DD Rah c'est long....
» 07. Conseillère et désorientation
» La royauté déchue
» Monsieur le président Martelly, combien de conseillers avez-vous ?
» Charte du Conseil Comtal du Maine: Abrogée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ancienne disposition :: Fiore Centre-